Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    E. Venohr, S. Rival, Écrire l'histoire

    Scholar Guide – Faire de l’histoire en Allemagne


    Elisabeth Venohr, Sébastien Rival

    Écrire l 'histoire : l 'allemand comme langue scientifique


    Résumé

    Les principales difficultés que connaissent les étudiants et les doctorants en phase de mobilité internationale ne sont généralement pas liées à un manque de connaissances dans leur discipline ou à un défaut de compétences en langue étrangère, mais bien souvent aux normes et règles du discours scientifique, qui se révèlent propres à chacune des cultures universitaires 1 . Cela se manifeste notamment dans les actes communicatifs de langue qui caractérisent les textes universitaires, comme la citation, marque de référence aux discours intra-disciplinaires et plus ou moins distincte selon les conventions ou préférences culturelles. Mais on doit également évoquer les pratiques de recherche, les genres textuels, les corpus et les systèmes référentiels qui s 'y rattachent. Ils sont souvent tout aussi spécifiques aux traditions académiques et aux cultures universitaires nationales. Ainsi le transfert à l 'écrit de connaissances et de conventions narratives issues de la langue maternelle en langue étrangère peut laisser apparaître des différences discursives à plusieurs niveaux.

    Introduction

    <1>

    Wolfgang Schmale, auteur d 'un guide renommé sur les écrits universitaires et la rédaction de textes à l 'intention des étudiants allemands en histoire 2 , explique que faire des études d 'histoire signifie toujours savoir écrire l 'histoire. Nous prolongeons cette idée en affirmant que faire de la recherche en histoire dans un contexte franco-allemand exige de savoir écrire celle-ci en développant une argumentation scientifique et en respectant les concepts désignés en Allemagne par le terme de « Wissenschaftlichkeit » et en France par celui de « scientificité ».

    <2>

    Cela induit naturellement la maîtrise de l 'écriture scientifique, dont le jeune chercheur, pour chaque type de texte, doit connaître les règles et les conventions. L 'acquisition des compétences textuelles dans une autre langue et un autre contexte académique nécessite par conséquent l 'apprentissage de connaissances à propos de différents types de textes – la thèse de doctorat constituant ici l 'ultime horizon –, dont le « style scientifique » joue un rôle de premier ordre dans la formation et la délimitation de la culture universitaire en question.

    La recherche en France et en Allemagne : des cultures discursives différentes

    <3>

    Dans un contexte de recherche internationale, le passage d 'une langue à une autre présuppose toujours le passage d 'une tradition universitaire à une autre. Or, au sein même de ces dernières, les différentes disciplines disposent de leur(s) propre(s) langage(s) spécialisé(s). On considère souvent que ceux-ci dessinent une langue « culturellement » non marquée, grâce à leurs termes bien définis, qui se distinguent de la langue quotidienne ou littéraire. Mais on aurait tort d 'oublier que les disciplines sont institutionnellement ancrées et qu 'elles recèlent également de ce fait un aspect « culturel » : il importe donc aussi de souligner la culturalité de toute communication de recherche.

    <4>

    Si nous comparons deux systèmes universitaires nationaux (voir à ce propos le concept d '« identité nationale des disciplines » d 'après J.-L. Fabiani), nous nous apercevons non seulement que le découpage disciplinaire diffère souvent 3 , mais aussi que les disciplines ne se correspondent pas toujours tant du point de vue de leur périmètre que de leurs méthodes 4 .

    <5>

    Les différences qui émaillent la recherche historique dans le contexte franco-allemand en constituent une bonne illustration :

    « In allen europäischen Ländern steht die Entwicklung der Zeitgeschichtsforschung in engem Zusammenhang mit nationalen Traditionen und Traumata. In Frankreich hat sich zwischen Forschung und nationalem Selbstverständnis eine besonders enge Interdependenz herausgebildet. Ebenso wirken die spezifisch französischen institutionellen Rahmenbedingungen auf die inhaltliche und methodische Entwicklung der Wissenschaft ein » 5 .

    <6>

    Toute activité de recherche dans un contexte interculturel a donc des implications culturelles et linguistiques, sur lesquelles on ne peut faire l 'impasse. La préférence pour un style ou un type d 'argumentation englobe toujours des aspects discursifs (à l 'écrit comme à l 'oral), qui sont soumis à l 'influence de la culture dite « académique » fixée dans des types précis de textes scientifiques.

    <7>

    En France, la dissertation constitue sans nul doute le fil rouge principal dans la socialisation du lycéen puis de l 'étudiant, et donc dans son initiation à la recherche. L 'exercice, héritier d 'une tradition remontant aux jésuites, se décline sous différentes formes, en mettant davantage l 'accent sur l 'interprétation d 'une problématique, la construction d 'une argumentation structurée de manière logique, l 'acquisition et la reformulation d 'un savoir académique, que sur les techniques de citation ou la confrontation des opinions contradictoires 6 .

    <8>

    En Allemagne, l 'étudiant (et éventuellement futur thésard) parcourt des étapes, dans la production de textes et dans l 'initiation au travail de recherche, qui lui permettent d 'acquérir au fur et à mesure les connaissances nécessaires à la rédaction d 'un texte scientifique. Cette progression dans la rédaction scientifique (wissenschaftliches Schreiben) commence par la rédaction de plusieurs minimémoires (Haus - et Seminararbeit), qui suivent le modèle de l 'article scientifique. Cet exercice a lui-même fait l 'objet de nombreuses publications scientifiques dans des perspectives linguistique et didactique 7 . Il est donc indispensable de connaître la place qu 'occupe ce type de texte argumentatif dans l 'enseignement universitaire allemand.

    <9>

    Pour réussir dans le cadre d 'une cotutelle de thèse, cadre censé offrir une synthèse harmonieuse des systèmes d 'enseignement universitaire français et allemand, il apparaît inévitable de mener une réflexion sur ses propres habitudes textuelles au regard des différences culturelles que nous venons d 'évoquer.

    Qu 'est-ce que la « scientificité » (ou le concept de « Wissenschaftlichkeit ») ?

    <10>

    Le concept de « scientificité » français ne recouvre pas toutes les nuances du concept de « Wissenschaftlichkeit » allemand et on rencontre d 'ailleurs moins souvent le premier dans le contexte universitaire français que le second dans le contexte universitaire allemand.

    <11>

    La compréhension de la notion de « Wissenschaftlichkeit » semble constituer l 'un des obstacles les plus importants auxquels sont confrontés les étudiants allemands de deuxième cycle et parfois même les jeunes chercheurs de troisième cycle. Le système éducatif en Allemagne se réclame de fait toujours du concept connexe de « Bildung » forgé par Humboldt, qui se distingue fortement de celui d '« éducation » au sens français 8 , et les réformes LMD (ou Bachelor /master en Allemagne) – introduites dans le cadre du processus de Bologne et devant permettre l 'uniformisation de l 'enseignement supérieur européen – ne tendent pas nécessairement à estomper le caractère marqué de ces distinctions.

    <12>

    Dans toute activité scientifique, le savoir encyclopédique (voir à ce propos le concept de « savoir collectif ») issu de la réception de textes scientifiques antérieurs doit être (re)produit, tout comme doit être produit un nouveau savoir. Ces deux mouvements doivent aboutir à l 'atteinte d 'un stade discursif supérieur, que l 'on appelle en allemand « Erkenntnis » (à ne pas confondre avec « Kenntnis/se »). Ainsi le processus de recherche scientifique en Allemagne semble mettre en avant une discursivité très explicite qui se manifeste en général – si l 'on excepte les sciences naturelles et les mathématiques – dans l 'adoption d 'un style éristique. Ce qui prévaut est davantage l 'autorité du meilleur argument construit au sein du débat, plutôt que l 'inscription de cet élément du savoir dans une tradition et sa transmission à travers les relais académiques reconnus.

    <13>

    Si l 'on compare l 'approche allemande avec son équivalente française, on est frappé par l 'importance que revêt dans cette dernière le caractère formel de la présentation du savoir scientifique au sein d 'un texte argumentatif :

    « Il semble bien qu 'avec les structures de la langue, il faille s 'emparer d 'un modèle de présentation de la recherche que les étudiants désignent comme 'le modèle français ' qu 'ils opposent au 'modèle anglo-saxon' ou au modèle en vigueur dans leurs pays, qui est quelquefois qualifié de 'non-modèle '. Selon ce modèle, il faut poser une problématique et des hypothèses, et avancer selon un plan qui est annoncé au début du document » 9 .

    <14>

    Bien que la dissertation 10 à la française puisse être considérée comme un modèle textuel pour tout type d 'argumentation (y compris dans des contextes non scientifiques – voir à ce propos le regroupement de cadres), la thèse française présente un plan d 'un autre type mais elle demande également des parties équilibrées, tandis que la Doktorarbeit allemande n 'impose aucune contrainte de ce type et que l 'ampleur des parties peut varier selon le sujet et l 'argumentation privilégiée. Il n 'est pas rare que l 'ampleur de la partie théorique, qui comporte notamment la présentation des auteurs qui ont déjà abordé la question et les limites de leur contribution (le Forschungsstand et Forschungsdesiderat ), désarçonne, voire irrite le lecteur français.

    <15>

    La scientificité se manifeste de façon différente non seulement selon les disciplines mais encore selon les cultures scientifiques. Les sciences humaines en Allemagne ont été marquées par Wilhelm von Humboldt – philosophe et linguiste, fondateur de l 'université à Berlin en 1810 – qui propagea l 'idée de l 'unité de la recherche et de l 'enseignement, parfaitement illustrée par la formule lehrendes Forschen und forschendes Lehren.

    <16>

    Les études en Allemagne et par conséquent les examens sont également marqués par cette forte discursivité. L 'étudiant n 'acquiert pas seulement des connaissances dites « partagées » ou « collectives » dans une discipline, mais peu à peu également les méthodes discursives qui la structurent. En raison des évolutions qui résultent du processus de Bologne ( Bachelor /master), notamment au niveau de l 'organisation et de l 'évaluation des études, le système d 'apprentissage semble s 'orienter de plus en plus vers l 'acquisition d 'un savoir encyclopédique, qui tend à influencer, non pas directement le travail de recherche, mais le discours universitaire qui en est la base. Malgré les réformes des programmes d 'études, les professeurs d 'université en Allemagne exigent dès le niveau Bachelor (licence) que leurs étudiants soient formés à la recherche scientifique, c 'est-à-dire qu 'ils soient aptes à travailler de manière scientifique (wissenschaftliches Arbeiten). En France, cette formation ne commence en général qu 'au niveau du master 11 .

    <17>

    Dès le lycée, en Allemagne, on essaie plus ou moins de poser des bases dans ce domaine. Lors de l 'année du baccalauréat, on impose une spécialité (Seminarfach) ou la rédaction d 'une Facharbeit, qui constitue déjà un dossier écrit à caractère scientifique. Dans cette formation préscientifique (wissenschaftspropädeutisches Arbeiten), on ne met pas l 'accent sur le style scientifique, son caractère neutre, non personnalisé et par conséquent normalisé : le « je » n 'est pas complètement exclu. On apporte cependant un soin particulier au respect des techniques de citation, au regroupement des arguments et à l 'exigence d 'une prise de position non narrative. À l 'université, les règles du discours scientifique sont données plus ou moins explicitement dans chaque séminaire avant la distribution des sujets des exposés (Referat). Mais le professeur exige également que l 'étudiant s 'approprie le style scientifique en s 'adonnant d 'une part à la réception d 'articles scientifiques (Sekundärliteratur) et d 'autre part à l 'exercice de la Haus-/Seminararbeit, archétype du texte universitaire allemand 12 . Ces connaissances en méthodologie scientifique sont en général transmises dans des séminaires ou cours dont l 'intitulé est « Techniken des wissenschaftlichen Arbeitens ».

    Conséquence pour le travail dans un contexte de recherche universitaire multilingue et interculturel

    <18>

    1. En Allemagne, le professeur de sciences humaines attend de ses étudiants de master (et a fortiori de doctorat) une réflexion critique sur les outils de la recherche scientifique et les connaissances acquises au fur et à mesure par l 'exercice de la Haus-/Seminararbeit. Chaque discipline (voire chaque professeur) impose ses propres conventions de rédaction et de citation pour ce type de texte. Il est donc important de consulter les fiches méthodologiques (Merkblätter) distribuées dans ces séminaires, et qui fixent notamment les conventions de citation. Le professeur renvoie généralement également à des sources externes, c 'est-à-dire aux fameux Anleitungs-/Ratgebertexte, ouvrages nombreux qui décrivent les principaux traits du travail de recherche. Pour une approche transdisciplinaire, on consultera de préférence le Schreibtrainer sur Internet 13 .

    <19>

    En outre, le programme universitaire en Allemagne prévoit dans presque chaque discipline en Bachelor un cours de rédaction scientifique, dans lequel les principes et les conventions sont expliqués et des exercices sont proposés en guise d 'entraînement. Pour des raisons évidentes, notamment de temps, cet élément du travail scientifique est rarement évoqué en séminaire ou en colloque.

    <20>

    Un étudiant ou thésard français en Allemagne devrait par conséquent s 'enquérir non seulement des méthodes mises en œuvre dans sa propre discipline, mais encore des fondements culturels et linguistiques du travail scientifique, même si à première vue cela ne rentre pas dans le cadre de son travail initial. Les guides de recherche en langue allemande à l 'intention des thésards présentent des principes approchant de ceux indiqués pour la rédaction d 'un mémoire en master 14 .

    <21>

    2. Le style scientifique n 'est pas uniquement une catégorie rhétorique mettant l 'accent sur une expression qui se distinguerait par le rôle qu 'y jouent la sélection des mots et la variation du vocabulaire, mais il se caractérise également par une forme d 'abstraction de la pensée et d 'orientation vers son objet, qui est censée se substituer à l 'expressivité individuelle.

    <22>

    Ainsi, lorsqu 'un enseignant-chercheur allemand parle de « style scientifique », il se réfère certes à des règles rhétoriques, mais aussi à un type d 'argumentation fondée sur une scientificité singulière. Cette dernière se caractérise par une intersubjectivité rapportée dans un style neutre qui – dans la théorie de la communication interculturelle – renvoie également à une préférence donnée à l 'objectivité (Sach- et Inhaltsorientierung), l 'une des orientations que l 'on prête souvent aux Allemands 15 .

    Problèmes d 'écriture ou de recherche ?

    <23>

    Au-delà de la spécificité de chaque culture universitaire, il existe des principes transculturels d 'écriture. Dans toute production de texte, quelle que soit la langue utilisée, on distingue plusieurs activités qui s 'ordonnent selon une certaine chronologie (planification, formulation, révision). Ces activités peuvent aussi s 'effectuer de manière simultanée quand, par exemple, l 'auteur entreprend de reformuler ou restructurer son texte, lors de sa révision. L 'écriture scientifique se fonde finalement sur les mêmes principes que l 'écriture scolaire, dessinant avec elle une forme de continuité, mais elle est considérée comme plus complexe, du fait de la profondeur de sa réflexion et de l 'ampleur de son argumentation.

    <24>

    Lorsque l 'on éprouve des difficultés pendant la rédaction d 'un texte scientifique dans une langue étrangère, il suffit très souvent, pour se sortir de ce mauvais pas, de se poser la question de savoir s 'il s 'agit vraiment d 'un problème de langue ou plutôt d 'un problème de recherche (définition d 'un sujet trop vaste, méthode inadéquate, hypothèse bancale, etc.). Une fois la réponse trouvée, il est alors possible de « découper » le processus d 'écriture en plusieurs étapes en mettant successivement l 'accent sur chacune d 'entre elles.

    <25>

    La révision doit être considérée comme un des principes primordiaux de l 'écriture scientifique en raison de son caractère discursif. Pour le dire autrement : Writing is rewriting !

    Quels genres de textes faut-il distinguer ?

    <26>

    La compétence textuelle fait partie intégrante de la socialisation universitaire de l 'étudiant. Il acquiert au fur et à mesure les connaissances nécessaires à la rédaction de textes scientifiques. Cette progression passe par la lecture des œuvres scientifiques importantes (einschlägige Sekundärliteratur/Grundlagenwerke) et, sur le principe de la mimesis, par la rédaction de plusieurs mémoires (Seminararbeiten), qui doivent familiariser le futur thésard avec les normes et les standards du discours scientifique.

    <27>

    La structure d 'un projet de thèse (Forschungsexposé) reflète bien le travail méthodologique du chercheur. En France comme en Allemagne, il constitue un texte à part entière, autonome, et non le premier chapitre de la thèse. Pour cette même raison, il peut servir de cadre structural pour la rédaction de celle-ci.

    <28>

    Dans la mesure où toute activité de recherche se révèle être en même temps un travail textuel et linguistique, il est important de connaître le sens des notions de méthodologie dans la langue cible. Des mots comme Forschungsdesiderat ou Forschungsgegenstand devraient donc être compris et employés dans leur dimension culturelle, puisqu 'ils sont susceptibles de porter des significations et des représentations culturelles qui dépassent leur simple traduction littérale. Ainsi le concept d '« Erkenntnis » recouvre des significations autres que le concept de « cognition » par lequel on le traduit d 'ordinaire. Il est donc particulièrement important pour le doctorant placé dans un contexte franco-allemand de pouvoir désigner avec justesse les outils de recherche, afin de pouvoir communiquer de manière plus effective avec son directeur de thèse allemand.

    <29>

    La rédaction d 'un projet de thèse obéit tant à des standards de recherche universels qu 'aux différents standards disciplinaires en France ou en Allemagne. Considérons le projet de thèse à la française :

    Présentation du sujet 16 :
    1. Problématique (thème, question générale) ;
    2. Motivations à l
    ' endroit du sujet de recherche, importance théorique et pertinence actuelle du problème et de la question générale ;
    3. Spécification en profondeur : explorer, décrire, analyser ou évaluer ?
    4. Spécification verticale : justification du niveau de généralité de la question spécifique de recherche ;
    5. Question spécifique de recherche ;
    6. Hypothèse de recherche.

    Cadre conceptuel :
    1. Présentation et justification de la méthode retenue ;
    2. Présentation et justification de la théorie proposée ;
    3. Définition des concepts ;
    4. Discussion des auteurs ayant abordé la question et les limites de leurs contributions ;
    5. Opérationnalisation des concepts en vue de la recherche.

    <30>

    Comme on peut l 'observer, l 'introduction est d 'une importance capitale dans un contexte francophone : après avoir situé la problématique dans un champ de recherche plus large, on aborde la question de la méthode, puis on définit les concepts centraux avant de s 'intéresser à l 'état de la recherche sur la question approchée.

    <31>

    Le projet de thèse à l 'allemande s 'en rapproche mais comporte néanmoins quelques différences, dans l 'ordre et la nature des différentes étapes. Nous donnons ici, pour l 'exemple, le plan (Gliederung) d 'un projet de thèse à l 'allemande :

    1. Forschungsthema/Forschungsgegenstand 17 ;
    - Relevanz des Themas/der Fragestellung erläutern und begründen ;
    - Aktualität des Themas/der Frage darstellen ;
    - Abgrenzungen zu bestehenden Arbeiten ;
    - Feststellung von Forschungsdesideraten (-lücken).

    2. Problem/Fragestellung
    - Frage eingrenzen/auf den Punkt bringen ;
    - Randständige Fragen ausschließen.

    3. Thesen/Hypothesen :
    - Frage in überprüfbare Aussagesätze übersetzen (voir aussi plus bas le passage sur le style scientifique).

    4. Theorie :
    - Theorie-Bezüge herstellen ;
    - Zentrale Begriffe/Konzepte klären.

    5. Methode :
    - Vorgangsweise klären/begründen ;
    - Operationalisierung von Begriffen/der Fragestellung.

    6. Teilschritte/Gang der Argumentation :
    - geplante Gliederung der Arbeit.

    7. Materiallage (kommentieren)

    8. mögliche Ergebnisse

    9. Fragen zum Forschungsprozess, die noch geklärt werden müssen/noch offen sind.

    10. Zeitplan :
    - Rechercheplan/Arbeitsplan (ebenfalls in Teilschritten).

    <32>

    Outre la thèse, le doctorant doit produire d 'autres types de textes pendant sa formation. On peut ainsi citer le résumé (Abstract) qui répond à l 'appel à contribution pour une conférence, ou encore la lettre de motivation (Motivationsschreiben) 18 qui accompagne une demande de bourse. La façon dont on présente son projet et son orientation scientifique (wissenschaftliche Verortung) suit également des règles culturellement marquées. Ces textes seront lus par un comité d 'experts ne disposant pas seulement de connaissances dans leur discipline, mais aussi d 'une compétence textuelle s 'inscrivant elle-même dans une tradition culturelle.

    <33>

    Il faut enfin considérer la soutenance (Verteidigung/Disputation) comme un texte spécifique qui non seulement suit un modèle culturellement marqué 19 , mais qui influence également la rédaction de la thèse elle-même, par exemple dans sa manière de citer, mais aussi souvent dans son ampleur. Il est ainsi conseillé dans un premier temps de s 'inspirer – sans néanmoins abandonner complètement son propre style – des travaux du professeur qui dirige la thèse, tout en le citant avec mesure 20 .

    Qu 'est-ce qu 'une hypothèse à l 'allemande ?

    <34>

    Invoquer la notion d '« hypothèse » nécessite de distinguer son usage quotidien de son usage scientifique, d 'autant plus qu 'en allemand on opère dans le domaine de l 'approche méthodologique une forte distinction entre Hypothese et These. Tandis que la These désigne une simple assertion qui ouvre une piste de recherche et sert de fil conducteur pour la suite du travail, l ' Hypothese désigne en général une relation entre des faits, qu 'il s 'agit de démontrer par l 'analyse.

    « Der Unterschied zwischen Thesen und Hypothesen ist, dass eine These eine einfache Behauptung ist und eine Hypothese eine Zusammenhangsbehauptung bzw. etwas zugespitzter das Postulat einer Ursache-Wirkungsbeziehung » 21 .

    <35>

    Le mot « These » en allemand a donc pour équivalent réel l 'hypothèse en français. On peut également évoquer ici le Thesenpapier, texte court qui accompagne un exposé et qui sert de repère pour l 'audience, bien qu 'il ne contienne pas uniquement des Thesen. Pour en savoir davantage à ce propos, vous pouvez par exemple consulter la fiche méthodologique à l 'intention des étudiants de romanistique de l 'Université de la Sarre 22 .

    Comment citer en allemand ?

    <36>

    Les conventions de citation en langue maternelle comme en langue étrangère sont souvent source de fautes aisément évitables, si l 'on considère que les règles à respecter sont en effet souvent transmises de façon explicite.

    <37>

    Il est donc indispensable de connaître la fonction et les différentes formes de citation et cela au-delà de sa propre discipline. Vous trouverez quelques exercices de citation en ligne (dans le domaine de la germanistique allemande) 23 .

    <38>

    Dans les sciences historiques allemandes, il n 'existe pas de conventions fixes pour la citation. Pour davantage d 'informations, vous pouvez consulter le guide de W. Schmale mentionné précédemment, ou observer avec minutie la bibliographie d 'une œuvre de référence (Grundlagenwerk) afin de vous familiariser avec les conventions fixées, que cela soit dans le texte même (Harvard-Beleg) ou en note de bas de page. Il serait également tout à fait judicieux de consulter le Schreibtrainer online à ce propos.

    <39>

    La citation dans une langue étrangère pose également des problèmes d 'ordre linguistique. Voici par exemple quelques expressions pour introduire une citation en langue allemande. Nous rendons compte ici de la citation indirecte, qui se réfère à l 'idée d 'un auteur XY :
    - In Anlehnung an die Thesen von XY … ;
    - Der Argumentation von XY folgend … ;
    - Der Begriff « Nation » soll hier im Sinne von XY verwendet werden ;
    - Nach XY … ;
    - Wie von XY überzeugend dargestellt werden konnte, … ;
    - Der Begriff « Nation » wurde von XY geprägt.

    Des listes de formules figées pour un grand nombre de types de texte et pour la citation sont à consulter sur le CD qui accompagne le manuel pour les enseignants dans les séminaires pour étudiants étrangers édité par Grit Mehlhorn (2005) 24 .

    Qu 'est-ce que le style scientifique en allemand ?

    <40>

    Dans tous ces exemples, on peut remarquer que le style allemand exige des formules marquées par une certaine neutralité. L 'auteur se place ainsi, sur le plan linguistique, en arrière plan par rapport à son objet. La voix passive (accompagnée du style nominal) est par conséquent employée avec une grande rigueur dans la langue scientifique allemande. Ainsi, on écrira : « In dieser Arbeit soll der Frage nach der methodischen Umsetzbarkeit der aufgestellten Thesen nachgegangen werden » ; et non : « Ich will/werde mit dieser Arbeit der Frage nachgehen, ob die aufgestellten Thesen methodisch umsetzbar sind ».

    <41>

    L 'emploi du « je » ou « ich » pour annoncer le plan de votre travail est fortement déconseillé. En effet, le verbe « sollen » assume ici une fonction similaire, sans pour autant trahir l 'expressivité contenue dans l 'expression Ich will/werde.

    <42>

    On a parlé pendant très longtemps du Ich-Verbot dans les textes scientifiques en allemand, c 'est-à-dire de l 'interdiction d 'utiliser la première personne du singulier, mais il faut signaler que la croissance des échanges académiques internationaux et la montée de l 'influence des conventions issues de la tradition anglo-américaine ont favorisé depuis plusieurs années l 'emploi de « wir », première personne du pluriel. En France, il est conseillé de ne pas l 'utiliser, sauf de manière exceptionnelle.

    <43>

    En France, d 'autres stratégies seront employées pour former ce style scientifique : l 'utilisation du « on », de verbes modaux ou d 'adverbes, pour nuancer le propos par exemple.

    <44>

    Comme en France, le questionnement au fondement de la recherche (Fragestellung) est souvent introduit en Allemagne par une interrogation indirecte. Il ne s 'agit pas ici d 'une préférence de style au sens rhétorique, mais plutôt d 'une règle implicite du discours scientifique. Tout en respectant la langue allemande et ses restrictions grammaticales, la convention exige que ce questionnement soit très rarement exprimé sous la forme d 'une question directe. On écrira ainsi : a) « Die Frage nach der Angemessenheit der gewählten Methode steht im Zentrum des Interesses » ; et non : b) « Die Frage stellt sich, ob die gewählte Methode angemessen ist/sei ».

    <45>

    Hormis la préférence donnée au style nominal – phénomène déjà évoqué auparavant et illustré par l 'exemple a) – l 'ordre syntaxique des mots dans l 'interrogation indirecte (par la proposition subordonnée en allemand) peut poser dans l 'exemple b) davantage de problèmes grammaticaux pour un non- native-speaker, de même que l 'emploi du Konjunktiv I dans le discours indirect (indirekte Rede).

    Conclusion

    <46>

    Toute comparaison de discours ou de tradition scientifique importe nécessairement que l 'on prenne un recul suffisant sur sa propre identité scientifique. Tôt ou tard, tout chercheur, étudiant ou thésard placé en situation universitaire interculturelle est confronté à cette réalité. Cette question devient d 'autant plus sensible et importante de nos jours que les principales cultures européennes semblent avoir, à travers la mise en œuvre du processus de Bologne, fait de la mobilité internationale universitaire l 'un des objectifs déterminants de l 'enseignement supérieur. Cependant, la création de nouveaux échanges ne saurait garantir à elle seule le succès de cette entreprise ; encore faut-il que les participants de ces programmes soient sensibilisés aux différences culturelles académiques qui demeurent fortes d 'un pays à l 'autre.

    <47>

    Celles-ci se manifestent d 'ailleurs à des niveaux divers : au sein même de la structure du discours scientifique, délimitant et influençant ainsi la structuration du milieu académique dans son ensemble, la formation des traditions de recherche et de leurs objectifs, etc. Il est certes de coutume de conclure un travail comparatif par une généralisation. Cependant notre but est ici uniquement de souligner les principales différences qui marquent les discours scientifiques français et allemand. Nous espérons ainsi que ces dernières seront mieux perçues. Il est en effet important que, au sein même des processus de recherche, on puisse sortir d 'une illusion parfois encore largement répandue : celle de la fidélité de la traduction littérale, fidélité constamment démentie par un usage qui nous apprend que toute traduction est nécessairement une interprétation.

    <48>

    Il convient donc d 'éviter l 'écueil de la réduction, voire de la négation du sens, qui intervient parfois au cours du passage d 'une langue à l 'autre, tout comme il est important de se prémunir contre l 'oubli des représentations multiples et complexes portées souvent par un terme spécifique dans son contexte scientifique original.

    Auteurs

    Elisabeth Venohr
    Collaboratrice scientifique et remplaçante (chaire professorale) en allemand langue étrangère à l
    'Université de la Sarre (Sarrebruck)
    e.venohr@mx.uni-saarland.de

    Sébastien Rival
    Doctorant à l
    'Université de la Sarre (Sarrebruck)
    se.rival@mx.uni-saarland.de

    1 La notion « discours, Diskurs », telle que nous l 'entendons, ne se limite pas dans cet article à la forme de communication orale, mais inclut l 'ensemble des interactions et intertextes qui apparaissent dans un domaine précis.

    2 Wolfgang Schmale (éd.), Schreib-Guide Geschichte. Schritt für Schritt wissenschaftliches Schreiben lernen, Vienne, Cologne, Weimar 2006.

    3 Béatrice Durand, Stefanie Neubert, Dorothee Röseberg, Virginie Viallon (éds.), Studieren in Frankreich und Deutschland. Akademische Lehr- und Lernkulturen im Vergleich, Berlin 2006, p. 56–60. Le lecteur pourra également consulter à ce sujet le cours en ligne Destin@tion UdS (Christoph Vatter, Sébastien Rival) proposé à l 'Université de la Sarre afin de préparer les étudiants français à leur séjour académique en Allemagne et les étudiants allemands à leur séjour académique en France, http://www.romanistik.uni-saarland.de/bereiche/destination/ (19/4/2011).

    4 Katja Schubert, Virginie Viallon, Nicht deutsch, nicht französisch – binational? Zur Problematik des Erwerbs einer interkulturellen Wissenschaftskompetenz am Beispiel der ersten deutsch-französischen Sommeruniversität für junge Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler (Berlin, Juli 2002), in : Lendemains. Études comparées sur la France 28 (2003) 109, p. 127–135.

    5 Rainer Hudemann, Histoire du temps présent in Frankreich. Zwischen nationalen Problemstellungen und europäischer Öffnung, in: Alexander Nützenadel, Wolfgang Schieder (éds.), Zeitgeschichte als Problem. Nationale Traditionen und Perspektiven der Forschung in Europa, Göttingen 2004 (Geschichte und Gesellschaft, cah. hors-série 20), p. 175–200, ici p. 175.

    6 Béatrice Durand (éd.), Studieren in Frankreich und Deutschland (voir n. 3), p. 68–73.

    7 Almut Fischer, Melanie Moll, Die Seminararbeit als Einstieg ins wissenschaftliche Schreiben, in : Angelika Redder (éd.), Effektiv studieren. Texte und Diskurse in der Universität, Duisbourg 2002 (Osnabrücker Beiträge zur Sprachtheorie, cah. 12), p. 135–166.

    8 Christoph I. Barmeyer, « On ne sait que ce que l 'on pratique » – Einblicke in das französische Bildungssystem unter Einbeziehung kulturspezifischer Aspekte, in : Französisch heute 32 (2001) 2, p. 170–186.

    9 Karine Roquet-Brutin, La transmission de la recherche d ' une langue à l ' autre, in : Actes du colloque « Étudier, chercher ailleurs : Les étudiants étrangers dans l ' université française », Paris 2004, p. 121–132, ici p. 123–124.

    10 Nous rappelons au passage que le terme de Dissertation en allemand désigne la thèse de doctorat et non l 'exercice formel forgeant la pensée éducative française.

    11 Annick Wehrle, De l 'Allemagne à la France, in : Le français dans le monde. Recherches et Applications 47 (janvier 2010) cahier 1, p. 16–26.

    12 Christiane Beinke et al., Die Seminararbeit. Schreiben für den Leser, Constance 2008.

    14 Pour les pratiques de recherches empiriques, on pourra se référer au guide de Theo Hug, Gerald Poscheschnik, Empirisch Forschen. Die Planung und Umsetzung von Projekten im Studium, Constance 2010.

    15 Voir par exemple Alexander Thomas (éd.), Kulturstandards in der internationalen Begegnung, Sarrebruck, Fort Lauderdarle 1991 (Sozialwissenschaftlicher Studienkreis für internationale Probleme, 61), p. 7.

    16 François-Pierre Gingras , La préparation d 'un projet de thèse en science politique : http://aix1.uottawa.ca/~fgingras/text/projet.html (19/4/2011) .

    17 Marion Löffler, Forschungs-Exposé, http://mailbox.univie.ac.at/marion.loeffler/techniken_0304/materialien/forschungsexpose.pdf (19/4/2011). À consulter également Ulrich von Alemann, Das Exposé. Ja, mach nur einen Plan…, in : Sabine Brenner (éd.), Promotionsratgeber für die Doktorandinnen und Doktoranden der Philosophischen Fakultät , 2 e édition, Düsseldorf 2001, p. 24–40, http://www.phil-fak.uni-duesseldorf.de/politik/Mitarbeiter/Alemann/aufsatz/01_expose2001.pdf (19/4/2011).

    18 Helga Kotthoff, Positionierungen in Stipendienanträgen: Zur interkulturellen Pragmatik einer akademischen Gattung, in : Info DaF – Informationen Deutsch als Fremdsprache 36/6 (2009), p. 483–498.

    19 Le déroulement d 'une soutenance de thèse est très différent de part et d 'autre du Rhin, celle-ci se révélant par exemple souvent bien plus longue en France (voir à ce sujet également l 'article « La thèse de doctorat en histoire et la cotutelle en Allemagne » de ce guide http://www.perspectivia.net/content/publikationen/scholar-guide/histoire-en-allemagne/bretschneider-duhamelle_these-de-doctorat ) , à consulter également : Ratgeber zu Exposé – Doktorarbeit – Doktortitel – Promotion, http://www.gavagai.de/schule/HHA03.htm#s (19/4/2011).

    20 Le CIERA (Centre interdisciplinaire d 'études et de recherches sur l 'Allemagne à Paris) propose régulièrement des séminaires d 'initiation à la méthodologie de thèse en cotutelle. Dans ce programme, la partie linguistique contrastive a été assurée depuis 2009 par l 'un des auteurs de cet article (EV).

    21 Elivar Rosert, Was unterscheidet eine These von einer Hypothese, http://www.gesellschaftswissenschaften.uni-frankfurt.de/uploads/images/672/thesen_hypothesen.pdf (19/4/2011).

    22 Uni Saarland, Abfassen eines Thesenpapiers, http://www.uni-saarland.de/fak4/polzin-haumann/uploads/CPH/Thesenpapier.pdf (19/4/2011) .

    23 Zitieren in wissenschaftlichen Arbeiten, http://spzwww.uni-muenster.de/~griesha/eps/zit/index.html (19/4/2011).

    24 Grit Mehlhorn, Studienbegleitung für ausländische Studierende an deutschen Hochschulen, Munich 2005.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Sébastien Rival, Elisabeth Venohr
    Écrire l'histoire : l'allemand comme langue scientifique
    Les principales difficultés que connaissent les étudiants et les doctorants en phase de mobilité internationale ne sont généralement pas liées à un manque de connaissances dans leur discipline ou à un défaut de compétences en langue étrangère, mais bien souvent aux normes et règles du discours scientifique, qui se révèlent propres à chacune des cultures universitaires. Cela se manifeste notamment dans les actes communicatifs de langue qui caractérisent les textes universitaires, comme la citation, marque de référence aux discours intra-disciplinaires et plus ou moins distincte selon les conventions ou préférences culturelles. Mais on doit également évoquer les pratiques de recherche, les genres textuels, les corpus et les systèmes référentiels qui s'y rattachent. Ils sont souvent tout aussi spécifiques aux traditions académiques et aux cultures universitaires nationales. Ainsi le transfert à l'écrit de connaissances et de conventions narratives issues de la langue maternelle en langue étrangère peut laisser apparaître des différences discursives à plusieurs niveaux.
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Neuere Zeitgeschichte (1945-heute)
    Deutschland / Mitteleuropa allgemein
    Theorie und Methode der Geschichtswissenschaften
    2000 - 2019
    Allemand langage spécialisé/scientifique scientificité discours scientifique types de textes culture universitaire style scientifique écriture scientifique Deutsch Wissenschaftssprache Wissenschaftlichkeit wissenschaftlicher Diskurs Textsorte Universitätskultur Wissenschaftskultur wissenschaftliches Schreiben
    PDF document venohr-rival_langue-scientifique.doc.pdf — PDF document, 368 KB
    E. Venohr, S. Rival, Écrire l'histoire
    In: Elisabeth Venohr, Sébastien Rival: Écrire l'histoire : l'allemand comme langue scientifique.
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/scholar-guide/histoire-en-allemagne/venohr-rival_langue-scientifique/index_html
    Veröffentlicht am: 26.05.2011 15:02
    Zugriff vom: 29.05.2017 21:09
    abgelegt unter: