Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    C. Duhamelle, Les revues historiques allemandes

    Scholar Guide – Faire de l’histoire en Allemagne


    Christophe Duhamelle

    Les revues historiques allemandes


    Résumé

    Les revues historiques allemandes présentent des caractéristiques qui se rapportent au caractère décentralisé du paysage scientifique, à un découpage particulier des disciplines qui se consacrent à l ' histoire et à la puissance des institutions extra-universitaires (commissions historiques locales, instituts, associations) dans l ' organisation de la recherche. L ' article présente ces singularités en examinant les revues généralistes, les revues historiques qui relèvent d ' autres disciplines que l ' histoire, les revues régionales et enfin les revues des instituts allemands à l ' étranger.

    <1>

    L ' historien français est habitué à un certain paysage des revues historiques : les plus importantes sont parisiennes (même si leurs animateurs, eux, ne le sont pas forcément) ; elles ont fondé leur réputation sur la grande ouverture de leurs champs thématiques ; et enfin le nombre de celles qui comptent est relativement limité, même si l ' on observe, comme partout, une division des périodiques selon les périodes et les grands domaines de recherche.

    <2>

    Les revues allemandes d ' histoire présentent bien sûr de nombreux points communs avec leurs homologues français. Elles en ont d ' ailleurs parfois été les modèles, comme la Historische Zeitschrift pour la Revue historique. Toutefois, la situation en Allemagne est marquée par plusieurs traits spécifiques. Les revues éditées à Berlin, par exemple, n ' ont aucune préséance reconnue sur leurs homologues publiés ailleurs. La localisation des périodiques reflète un paysage éditorial et scientifique beaucoup plus décentralisé qu ' en France. Les répartitions thématiques sont en outre différentes : ainsi, l ' histoire locale n ' est pas l ' application régionale de l ' histoire générale, mais possède une tradition, une méthode et un intérêt propres ; certains domaines de la recherche historique ne relèvent pas des historiens proprement dits, mais d ' autres départements universitaires. Enfin, ces différences s ' expriment dans une diversité qui n ' a pas son équivalent en France et peut, par conséquent, désorienter assez vite l ' historien qui s ' y aventure.

    <3>

    Les revues scientifiques allemandes ont en effet elles aussi une histoire et une sociologie ; davantage qu ' en France, les Lumières se sont appuyées dans le Saint-Empire du XVIII e siècle sur une floraison de revues, plus ou moins éphémères, mais reflétant une des plus fortes spécificités de l ' Aufklärung : son ancrage universitaire. Dès cette époque, les revues sont réparties selon de nombreux centres intellectuels et politiques. La propension de chaque pôle intellectuel à se doter d ' une revue est ainsi devenue un réflexe multiplié par l ' absence d ' une capitale dominante. En outre, au XIX e siècle, la différence confessionnelle s ' est renforcée dans ce domaine et est venue épauler une dichotomie croissante entre l ' histoire générale, principalement d ' inspiration protestante, et les histoires régionales, enclines à défendre des spécificités locales et religieuses contre le pôle prussien prétendant à la centralité. De surcroît, la puissance des institutions extra-universitaires au sein de la recherche historique introduit encore une diversité et une richesse supplémentaires dans le vaste paysage des revues d ' outre-Rhin, dont la profusion tient aussi à la puissance d ' achat des nombreuses bibliothèques.

    <4>

    Dans ces conditions, proposer une recension exhaustive de toutes les revues historiques allemandes est un défi impossible à relever. Il semble plus utile d ' indiquer quelques lignes directrices et de souligner les différences réelles entre les structures allemandes et françaises de la recherche. Ce faisant, on ne cherchera pas à établir de palmarès ni à proposer de tableaux d ' excellence ; toute revue mérite considération et le choix effectué, nécessairement restrictif, comporte une part d ' arbitraire.

    Les revues « générales »

    <5>

    La plus classique des revues allemandes est née en 1859 : il s ' agit de la Historische Zeitschrift 1 . Publiée à Munich par l ' éditeur Oldenbourg, elle constitue encore aujourd ' hui le carrefour le plus fréquenté et le plus incontournable des historiens allemands, même si, à cause de nombreuses nouvelles revues nées depuis 1900, elle a perdu un peu d ' impact. Elle est d ' ailleurs liée à l ' Union des historiens et historiennes d ' Allemagne ( Verband der Historiker und Historikerinnen Deutschlands 2 ) qui dispose d ' un poids institutionnel et d ' une représentativité dont aucune association professionnelle d ' historiens français ne peut se targuer. C ' est donc dans la Historische Zeitschrift – parfois avec quelque retard que les débats et les tendances de la recherche allemande finissent toujours par s ' exprimer. Ses nombreux comptes-rendus, en particulier, font référence.

    <6>

    Cette suprématie de la Historische Zeitschrift a longtemps été celle des chaires d ' histoire générale, d ' inspiration surtout protestante ; la revue est en effet née d ' une volonté d ' imposer une histoire nationale au-delà des traditions érudites locales, selon un programme exposé par Leopold Ranke dans le premier numéro, et dont certains des principes sont encore vivants aujourd ' hui 3 . Rien d ' étonnant donc à ce que dès 1880, en plein Kulturkampf, ait été fondée une revue catholique émanant de la Görres-Gesellschaft 4 et aspirant elle aussi à devenir un pôle de ralliement de portée générale. Ce périodique, le Historisches Jahrbuch 5 , continue à jouer son rôle et à offrir, en particulier dans le domaine religieux, un bon panorama des spécificités de la recherche catholique en histoire. Comme sa sœur longtemps ennemie, le Historisches Jahrbuch couvre toutes les ères historiques.

    <7>

    Depuis, l ' éventail des grandes revues s ' est considérablement ouvert. Celles qui concernent toutes les périodes sont certes assez rares, mais on peut néanmoins compter au nombre des revues généralistes la Zeitschrift für historische Forschung 6 , fondée en 1974 et comptant parmi les rares grandes revues à être publiées à Berlin, chez Duncker & Humblot. Couvrant surtout les périodes médiévale et moderne, ce périodique se distingue par la grande qualité de ses articles et son reflet assez vivant des renouvellements de la recherche.

    <8>

    Il en est de même de Geschichte und Gesellschaft 7 , éditée à Göttingen et fondée en 1975 autour d ' une « école de Bielefeld » qui proposait à la fois une réflexion théorique et conceptuelle plus acérée et une compréhension des évolutions historiques en termes de processus sociaux globaux ; un temps revue-phare de l ' historiographie allemande, surtout en histoire contemporaine, Geschichte und Gesellschaft continue de proposer des débats – parfois animés et des renouvellements constants.

    <9>

    Ces revues (comme bien d ' autres), se sont dotées d ' une collection de « suppléments », ouvrages collectifs qui constituent souvent une sorte de reconnaissance pour une direction nouvelle de la recherche, ou de consécration pour un domaine mieux étudié. Ces Beihefte doivent donc retenir l ' attention au même titre que les périodiques eux-mêmes, puisqu ' ils proposent un bon aperçu des thèmes, mais aussi des personnages dominants et parfois même des engouements de l ' historiographie allemande.

    <10>

    En ex-RDA, la Zeitschrift für Geschichtswissenschaft 8 , publiée depuis 1953 à Berlin, avait elle aussi une vocation généraliste ; après 1989 elle renonça à ses orientations marxistes pour devenir une revue centrée sur l ' époque contemporaine, et notamment l ' histoire du national-socialisme.

    <11>

    Cette présentation des revues « généralistes » ne pourrait cependant s ' arrêter là ; comme en France, il semble bien que leur nombre ne cesse de s ' accroître et leur orientation de se diversifier. On ne prendra que deux exemples : l ' entrée en force – non sans controverses de l ' anthropologie historique, de la microhistoire et plus largement de l ' histoire vue « d ' en bas » dans les champs de recherche allemands s ' exprime depuis 1993 dans la revue Historische Anthropologie 9 , qui couvre toutes les périodes et se caractérise par son ouverture interdisciplinaire et internationale ainsi que par la place qu ' elle réserve aux débats méthodologiques.

    <12>

    Autre nouveau courant de la recherche, l ' histoire globale a trouvé son havre éditorial dans Comparativ – Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichende Gesellschaftsforschung 10 , revue centrée sur une approche comparative et interdisciplinaire et publiée depuis 1991 à Leipzig. Par ailleurs, un petit détour par l ' Association des professeurs d ' histoire du secondaire s ' impose, pour signaler sa revue fondée en 1950, Geschichte in Wissenschaft und Unterricht 11 ; on y trouve non seulement des débats sur la pédagogie de l ' histoire mais aussi des bibliographies et des états de la recherche qui peuvent se révéler très utiles, en tous les domaines.

    <13>

    S ' imposent en outre de plus en plus de revues électroniques, dont le paysage évolue constamment ; un tour d ' horizon est donc condamné à une rapide obsolescence. Ce foisonnement est particulièrement net dans le domaine des recensions. Davantage qu ' en France, plusieurs sites se sont imposés, offrant une information rapide et de qualité sur les parutions nouvelles . Les deux principaux sont sans doute H-Soz-u-Kult 12 et Sehepunkte 13 . Mais d ' autres publications en ligne prennent une importance croissante dans des domaines plus ou moins spécialisés : Zeitenblicke 14 par exemple apporte une information générale, y compris sur l ' actualité des études historiques ; Sozial.Geschichte online 15 traite depuis 2009 d ' histoire du temps présent ; dans le domaine franco-allemand, la revue Trajectoires 16 présente depuis 2007, sous l ' égide du CIERA, les travaux de jeunes chercheurs, et la revue Trivium 17 , éditée par la Maison des sciences de l ' homme et l ' Institut historique allemand, publie depuis 2008 des traductions croisées de textes de référence, français et allemand, en histoire et en sciences humaines et sociales.

    <14>

    Il faudrait enfin faire droit aux revues qu ' on qualifierait volontiers de « revues générales sectorielles », points de ralliement reconnus d ' une spécialité au sein des sciences historiques allemandes, comme les Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte 18 , édités à Munich depuis 1953 pour l ' histoire immédiate, le Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte 19 , fondé en 1903 et publié à Stuttgart pour l ' histoire économique et sociale, la Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie 20 , fondée en 1953 et publiée à Francfort/M. pour l ' histoire rurale de toutes les périodes, l ' Archiv für Kulturgeschichte 21 , fondée en 1903, publiée à Cologne, Weimar et Vienne pour l ' histoire culturelle, etc.

    <15>

    La puissante association des médiévistes possède également depuis 1996 sa revue, Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung 22 , ce qui n ' ôte rien au rôle de forum joué depuis 1937 par le Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 23 lié à la grande entreprise éditoriale des Monumenta Germaniae Historica, ou encore, pour les spécialistes du haut Moyen Âge, par les Frühmittelalterliche Studien 24 depuis 1967. Les modernistes, quant à eux, disposent depuis 1997 d ' une revue éditée à Francfort/M. et consacrée spécifiquement à leur période : Zeitsprünge 25 . Cessons la liste cependant, et revenons à ce qui nous intéresse ici : les caractéristiques globales des revues historiques allemandes.

    Les revues historiques relevant d ' autres disciplines

    <16>

    Tous les domaines historiques ne sont pas, en Allemagne, couverts par les départements d ' histoire. Suscitant parfois quelques frictions, certains secteurs de la recherche ont longtemps constitué des prés carrés où l ' historien généraliste venait assez peu s ' aventurer. Ce temps est désormais révolu et l ' existence de ces instituts d ' histoire rattachés à d ' autres facultés engendre de plus en plus une richesse supplémentaire et un échange avec les historiens proprement dits. Mais toutes les traditions ne disparaissent pas en un jour et les revues permettent, par leur durabilité même, de retracer leur historique en les prenant comme objet d ' étude archéologique.

    <17>

    Ainsi en est-il par exemple de l ' histoire du droit, fleuron des facultés juridiques et dont l ' autonomie disciplinaire est consacrée également par l ' existence d ' un institut Max-Planck situé à Francfort/M., qui publie une revue très vivante, d ' abord intitulée de 1967 à 2001 Jus commune (avec de très nombreux volumes de suppléments), et depuis 2002 Rechtsgeschichte 26 . Les historiens du politique et des institutions, médiévistes et modernistes, savent que les travaux des historiens allemands du droit leur sont indispensables et constituent souvent les apports les plus précieux, à la connaissance précise des institutions impériales par exemple, ou à celle du droit confessionnel.

    <18>

    Une revue peut servir d ' emblème à ce dynamisme de l ' histoire du droit : il s ' agit de la Zeitschrift der Savigny Stiftung für Rechtsgeschichte 27 , revue particulièrement prolixe puisqu ' elle paraît en trois sous-revues distinctes, l ' une consacrée au droit allemand ( Germanistische Abteilung, fondée en 1880), l ' autre au droit romain et à ses dérivés ( Romanistische Abteilung, fondée en 1882), la dernière enfin au droit canon et plus largement au droit confessionnel ( Kanonistische Abteilung, fondée en 1911). Chacune de ces séries publiant trois gros volumes par an, on comprendra que le voyage dans cette revue requière un peu de courage mais se révèle rarement vain et ne puisse qu ' inciter à aller explorer les autres revues d ' histoire du droit.

    <19>

    Dans le même ordre d ' idées, l ' histoire de la médecine relève encore en partie des instituts d ' histoire dépendant des facultés de médecine et dispose donc elle aussi de revues qui lui sont propres – par exemple Medizin, Gesellschaft und Geschichte 28 , revue fondée en 1991 en continuation de l 'Annuaire de l 'institut d 'histoire de la médecine de la Fondation Robert-Bosch, ou Gesnerus 29 , revue suisse dont l 'influence dépasse largement les frontières helvétiques.

    <20>

    On s ' attardera plus particulièrement sur l ' exemple de l ' histoire religieuse, pour laquelle la coexistence de plusieurs traditions scientifiques différentes est particulièrement flagrante et continue à marquer de son empreinte les revues aussi bien que les résultats scientifiques, malgré d ' importants progrès vers le dialogue, entre historiographies protestante et catholique d ' une part, et entre les différentes approches et méthodes d ' autre part.

    <21>

    Certes, l ' histoire des confessions, et en particulier du rôle de l ' État dans l ' établissement des différentes Églises allemandes à l ' époque moderne, est bien représentée un peu partout, y compris dans les revues généralistes des historiens qui sont à l ' origine de cette réintégration du religieux dans l ' étude plus globale de la modernité. Il n ' en reste pas moins que les grandes revues d ' histoire religieuse émanent avant tout des spécialistes d ' histoire de l ' Église, rattachés aux facultés de théologie protestante et catholique, qui en Allemagne font partie intégrante de l ' université publique mais sont bien sûr également organiquement liées aux Églises elles-mêmes.

    <22>

    On a déjà vu le cas du Historisches Jahrbuch, on pourrait également parler, du côté catholique, de l ' une des meilleures revues d ' histoire religieuse allemande, le Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte 30 , publié à Ostfildern, qui couvre depuis 1980 les trois périodes médiévale, moderne et contemporaine, propose des numéros thématiques de haut niveau et constitue l ' organe de l ' association historique et de l ' académie du diocèse de Rottenburg-Stuttgart.

    <23>

    La revue d ' histoire religieuse protestante la plus importante, l ' Archiv für Reformationsgeschichte 31 , fondée en 1903 et publiée à Gütersloh, connaît également un fort ancrage confessionnel qui fait bon ménage avec une grande ouverture scientifique. Le lien entre les revues et les institutions ecclésiastiques ou les facultés de théologie est encore plus net dans le cas des revues locales d ' histoire religieuse dont la richesse, la qualité et le nombre ne peuvent que laisser rêveur le chercheur français. Une liste serait fastidieuse et inutile, puisque chaque land ou encore chaque diocèse et église territoriale protestante possède le sien ou presque.

    <24>

    Les revues historiennes, les revues d ' histoire ecclésiastique et les revues historiques liées aux institutions religieuses ne suffisent pourtant pas encore à couvrir tout le champ de ce qui, en France, se nomme histoire religieuse. Il faut y ajouter, d ' une part, l ' histoire du droit signalée plus haut, et, d ' autre part, l ' ethnologie, ou Volkskunde, qui par tradition prend également en considération l ' histoire des pratiques religieuses : il n ' est pas « naturel » en Allemagne qu ' un historien, et même un historien de l ' Église, s ' aventure sur le terrain des pèlerinages ou de la culture matérielle religieuse.

    <25>

    La Zeitschrift für Volkskunde 32 , publiée à Münster depuis 1891, joue dans ce secteur de la recherche le rôle de forum et de revue fédératrice mais, au même titre que les revues historiques ou que les revues d ' histoire ecclésiastique, les revues d ' ethnologie existent également à l ' échelle des régions et des principaux centres universitaires. Afin de filer l ' exemple du religieux (mais, bien sûr, l ' intérêt des revues de Volkskunde pour les historiens dépasse ce domaine), on signalera ainsi qu ' aucun spécialiste français d ' histoire religieuse ne peut se faire une idée des travaux allemands dans ce qu ' il considère comme sa spécialité sans consulter le remarquable Bayerisches Jahrbuch für Volkskunde 33 (publié à Ratisbonne depuis 1950) , le non moins riche Rheinisch-Westfälische Zeitschrift für Volkskunde 34 ou d ' autres périodiques similaires.

    Les revues régionales

    <26>

    Répartition spécifique des champs disciplinaires, dispersion géographique des lieux d ' édition et importance de l ' ancrage régional : ces trois aspects caractérisent les revues autant que la recherche elle-même. Revenons sur le troisième, qui représente peut-être l ' originalité allemande la plus forte et le « piège » le plus important pour l ' historien français.

    <27>

    L ' histoire régionale (Landesgeschichte) ne constitue pas, en effet, une variation localisée de l ' histoire générale, mais pratiquement une discipline à part entière, qui bénéficie d ' un engagement important des autorités politiques régionales ( länder ), de ses propres chaires, de ses instituts universitaires, d ' un enseignement scolaire et, surtout, d ' un appareil non universitaire impressionnant (associations, commissions, académies…) qui en font un champ de recherche très vivant. Cette discipline repose donc sur d ' autres principes que l ' histoire générale : alors que le goût de la source et de la monographie a longtemps constitué en France un socle de la culture des historiens – si bien qu ' un spécialiste consacré d ' un domaine le devenait généralement grâce à une étude locale, sans que quiconque n ' y trouve de contradiction l ' historien « général » allemand se devait au contraire de quitter très vite le terrain local (voire le travail en archives) pour atteindre à la consécration de la réflexion générale et du concept englobant.

    <28>

    Les deux traditions se rejoignent désormais dans la multiplicité des approches, mais cet héritage permet de comprendre la place en Allemagne de l ' histoire régionale, ainsi que l ' importance toute particulière des revues de l ' Allemagne du Sud et de l ' Ouest, spécialement en pays catholique : certains de ces périodiques ont en effet constitué autant de bastions de résistance face à l ' historiographie universaliste dominante, protestante et longtemps prussienne dans ses thèmes et ses approches.

    <29>

    Il est en effet nécessaire de se souvenir que les différents territoires allemands ont connu des histoires très spécifiques et autonomes – diversité qui justifie en soi la force des histoires régionales. Par ailleurs, le travail en archives a longtemps été davantage cultivé par ce champ, où les archivistes tiennent une place importante (dans les revues, les commissions, etc.). Enfin, cette opposition structurelle s ' est parfois doublée d ' une concurrence méthodologique (pour ne pas parler de préventions réciproques) : qui veut savoir comment s ' est effectuée en Allemagne la réception de la network analysis sera par exemple bien inspiré de regarder d ' abord les revues d ' histoire du Sud-Ouest allemand.

    <30>

    Les revues régionales ne doivent donc être négligées d ' aucune façon et le type d ' histoire qu ' elles promeuvent possède une originalité telle que des revues « générales » d ' histoire régionale trouvent parfaitement leur place dans toutes les périodes, comme les vénérables Blätter für deutsche Landesgeschichte 35 , fondés en 1853, ou le plus récent Jahrbuch für Regionalgeschichte 36 , créé en 1965 en RDA, et devenu ensuite une revue de portée générale, malgré une orientation préférentielle vers l ' est de l ' Allemagne. Il est désormais publié à Stuttgart après l ' avoir longtemps été à Leipzig.

    <31>

    Les revues régionales bénéficient en outre de traditions extrêmement anciennes : les Nassauische Annalen 37 , d ' une grande richesse, existent depuis 1827, les Annalen des Historischen Vereins für den Niederrhein 38 depuis 1855, le Neues Archiv für sächsische Geschichte 39 depuis 1863, les Hansische Geschichtsblätter 40 depuis 1871, etc. D ' importantes sections de comptes-rendus rendent un grand nombre d ' entre elles indispensables à une bonne connaissance de la production allemande. En dehors des revues déjà citées, on signalera en particulier la richesse de la Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte 41 , éditée par la commission historique de la puissante académie bavaroise des sciences et publiée à Munich depuis 1928, du Jahrbuch für Westdeutsche Landesgeschichte 42 , publié par les archives du Land de Rhénanie-Palatinat depuis 1975, des Rheinische Vierteljahrsblätter 43 , des Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte 44 ou du Jahrbuch für fränkische Landesforschung 45 .

    <32>

    Cette énumération n ' a rien de limitatif : à chacun, selon ses centres d ' intérêt, de bâtir la liste de ses revues favorites ; l ' expérience prouve qu ' en fonction des sujets traités, ce vivier de l ' histoire régionale peut se révéler parmi les plus féconds. Il faut cependant s ' armer de courage face à la surabondance des titres : la Hesse, par exemple, ne compte pas moins de quatre revues d ' histoire régionale (sans compter les périodiques plus locaux), dont le premier existe depuis 1834, et qui reflètent aussi bien les anciennes rivalités entre Hesse-Cassel, Hesse-Darmstadt et autres territoires ou villes libres, que la puissance des institutions extra-universitaires qui les financent ou les font vivre (commission d ' histoire régionale, grands dépôts d ' archives, etc.).

    Les institutions non universitaires et les revues étrangères

    <33>

    L ' exemple hessois nous permet de souligner la place occupée par les institutions extra-universitaires dans la publication de revues historiques. On les a rencontrées déjà dans bien des revues citées. Pour les programmes de recherche de longue haleine et pour les publications, ces institutions, leurs revues et leurs collections de suppléments jouent un rôle central. Elles permettent à un nombre considérable de travaux monographiques – en particulier de thèses de trouver le chemin des bibliothèques et du public savant.

    <34>

    Mais contentons-nous des revues et encore une fois d ' un seul exemple, celui des instituts allemands à l ' étranger. Celui de la Görres - Gesellschaft (déjà éditrice du Historisches Jahrbuch ) à Rome édite avec l ' institution ecclésiastique du Campo Santo Teutonico depuis 1887 la Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte 46 , indispensable pour l ' histoire religieuse de l ' Allemagne à toutes ses périodes. Mais l ' autre institut allemand à Rome, le Deutsches Historisches Institut in Rom , héritier quant à lui de l ' institut prussien, n ' est pas en reste et fait paraître depuis 1898 les Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken 47 ; depuis 1975, une troisième revue, bilingue, accompagne les travaux de l ' institut historique germano-italien de Trente, le Jahrbuch des italienisch-deutschen historischen Instituts in Trient 48 .

    <35>

    Il faut évidemment signaler l ' excellente et abondante revue que l ' Institut historique allemand publie depuis 1973. Intitulée Francia 49 , elle a longtemps consacré un tome annuel à chacune des trois périodes (Moyen Âge, époque moderne, époque contemporaine) mais rassemble désormais ses articles en un seul volume, depuis que les nombreux comptes-rendus sont directement accessibles en ligne via perspectivia.net 50 . On signalera d ' ailleurs ici, en écho, que de nombreuses recensions en français d ' ouvrages historiques allemands, parues dans le Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, désormais Revue de l ' Institut français d ' histoire en Allemagne, sont également disponibles en ligne 51 .

    <36>

    Il faudrait évoquer, pour être complet, les revues éditées par les musées, les plus grandes bibliothèques, certaines associations, certaines fondations – mais trente pages ne suffiraient pas à les énumérer toutes. D ' autant que ce petit tour d ' horizon sur les revues intéressant l ' histoire de l ' espace germanique ne saurait se terminer sans réserver une place aux revues étrangères consacrées, au moins en partie, à ce domaine.

    <37>

    Les revues en anglais peuvent, dans cette optique, rendre de grands services, aux contemporanéistes surtout, mais aussi aux modernistes. C ' est le cas singulièrement de deux revues américaines qui non seulement présentent les nombreux travaux de nos collègues des États-Unis sur l ' Allemagne, mais aussi offrent des tours d ' horizon historiographiques et de précieux comptes-rendus : Central European History 52 , fondée en 1968 et publiée à Boston, qui sort régulièrement des cahiers thématiques, et German Studies Review 53 , fondée la même année . L ' Angleterre dispose également depuis 1983 d ' une revue consacrée à l ' Allemagne et intitulée German History 54 .

    <38>

    Enfin, on ne peut oublier que l ' Autriche et la Suisse font, avec toutes leurs spécificités, partie de l ' espace germanique ; l ' Autriche en particulier était pleinement intégrée à l ' ancien Saint-Empire, elle en abritait même, à l ' époque moderne, les principales institutions centrales, dont les archives sont toujours à Vienne. Les revues autrichiennes sont donc elles aussi indispensables au chercheur, à commencer par celle qui recueille sans doute l ' écho le plus large, les Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung 55 , fondée en 1880.

    <39>

    Mais le paysage autrichien des revues d ' histoire compte également des exemples plus récents, comme la Wiener Zeitschrift zur Geschichte der Neuzeit 56 , revue généraliste centrée sur les époques moderne et contemporaine et fondée en 2001, ou L ' Homme. Europäische Zeitschrift für feministische Geschichtswissenschaft 57 , revue d ' histoire des femmes et des genres depuis le Moyen Âge, fondée en 1990. Côté suisse, la Schweizerische Zeitschrift für Geschichte 58 ou Revue suisse d ' histoire, porte ce nom depuis 1951, mais existe depuis 1877 ; la Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde 59 , créée en 1902, traite nécessairement d ' objets et de thèmes qui intéressent l ' Allemagne du Sud-Ouest.

    <40>

    Ce bref tour d ' horizon n ' a qu ' imparfaitement dépeint la diversité des revues allemandes. Ce foisonnement exprime une vitalité et une hétérogénéité de la recherche telle que l ' historien français ne la perçoit pas toujours au premier abord. Il serait vain de vouloir dresser la liste de tous les thèmes dont on ne trouve trace que dans les revues d ' histoire régionale, ou celles d ' histoire du droit – ou encore uniquement dans les revues « générales » – et qui peuvent au premier chef intéresser les historiens français. Une telle liste permettrait pourtant d ' inciter les collègues français à mieux surmonter une barrière linguistique parfois surévaluée et de s ' étonner une fois de plus que les revues allemandes soient si peu présentes dans les bibliothèques françaises.

    Auteur

    Christophe Duhamelle
    Directeur d 'études à l ' École des hautes études en sciences sociales Paris (EHESS)
    christophe.duhamelle[at]ehess.fr

    1 Notice de la Historische Zeitschrift sur le site d 'Oldenbourg Verlag, http://www.oldenbourg-verlag.de/wissenschaftsverlag/historische-zeitschrift/00182613 (19/4/2011).

    2 Historikerverband, http://www.historikerverband.de/ (19/4/2011).

    3 Une citation de Ranke dans ce premier numéro de 1859 : « La vie de la Nation [allemande] repose sur cette tension permanente entre le particulier et le général : ce dernier a toujours été l 'élément le plus fort. Si l 'on voulait bâtir une histoire globale de l 'Allemagne à partir des histoires provinciales particulières, quelle masse d 'incompréhensibles notices ne produirait-on pas ! Ce n 'est que par l 'histoire générale que l 'histoire des différentes contrées reçoit la lumière et la vie ». Leopold Ranke, Zur Charakteristik der heutigen Geschichtschreibung in Deutschland : Denkschrift von Leopold Ranke, in : Historische Zeitschrift 1 (1859), p. 28–35, ici p. 30–31.

    4 Görres-Gesellschaft zur Pflege der Wissenschaft, http://www.goerres-gesellschaft.de/ (19/4/2011).

    5 Notice du Historisches Jahrbuch sur le site de la maison d 'édition Karl Alber, http://www.verlag-alber.de/jahrbuecher/uebersicht_html?k_onl_struktur=1375124 (19/4/2011).

    6 Notice de la Zeitschrift für Historische Forschung sur le site de la maison d 'édition Duncker & Humblot – Berlin, http://www.duncker-humblot.de/?mnu=1000&cmd=1002&tid=48&pid=7 (19/4/2011).

    7 Notice de la revue Geschichte und Gesellschaft sur le site de la maison d 'édition Vandenhoeck & Ruprecht, http://www.v-r.de/de/zeitschriften/500007/ (19/4/2011).

    8 Notice de la Zeitschrift für Geschichtswissenschaft (ZfG) sur le site de Metropol Verlag, http://www.metropol-verlag.de/pp/zfg/zfg.htm (19/4/2011).

    9 Présentation de la revue Historische Anthropologie sur le site de l 'université de Zurich (UZH), http://www.historische-anthropologie.uzh.ch/zeitschrift.html (19/4/2011).

    10 Présentation de la revue Comparativ – Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichende Gesellschaftsforschung, http://www.uni-leipzig.de/comparativ/index.php (19/4/2011).

    11 Notice de la revue Geschichte in Wissenschaft und Unterricht sur le site Friedrich Verlag, http://www.friedrich-verlag.de/go/index.cfm?1865FC34B2E04B5C933603C8BB18D4B1 (19/4/2011).

    12 H-Soz-u-Kult – Kommunikation und Information für die Geschichtswissenschaft, « Rezensionen », http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/rezensionen/ (19/4/2011).

    13 Sehepunkte – Rezensionsjournal für Geschichtswissenschaften, http://www.sehepunkte.de/ (19/4/2011).

    14 Zeitenblicke, http://www.zeitenblicke.de/ (19/4/2011).

    15 Présentation de la revue Sozial.Geschichte online sur le site de l 'université de Duisbourg, http://duepublico.uni-duisburg-essen.de/go/sozial.geschichte-online (19/4/2011).

    16 Trajectoires – Travaux des jeunes chercheurs du CIERA, http://trajectoires.revues.org/ (19/4/2011).

    17 Trivium – Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, http://trivium.revues.org/ (19/4/2011).

    18 Notice des Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte sur le site d 'Oldenbourg Verlag, http://www.oldenbourg-wissenschaftsverlag.de/olb/de/1.c.335323.de (19/4/2011) .

    19 Notice de la Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte sur le site Franz Steiner Verlag, http://www.steiner-verlag.de/programm/zeitschriften/zeitschriften-alphabetisch/view/titel/51619.html (19/4/2011) .

    20 Présentation de la Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie (ZAA) sur le site de la Gesellschaft für Agrargeschichte (GfA), http://www.agrargeschichte.org/111.0.html (19/4/2011) .

    21 Présentation de l ' Archiv für Kulturgeschichte sur le site H-Soz-u-Kult, http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/zeitschriften/id=205 (19/4/2011) .

    22 Présentation de la revue Das Mittelalter – Perspektiven mediävistischer Forschung sur le site du Mediävistenverband, http://www.mediaevistenverband.de/veroffentlichungen/zeitschrift/ (19/4/2011) .

    23 Notice du Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters sur le site de la Monumenta Germaniae Historica, http://www.mgh.de/publikationen/zeitschriften/deutsches-archiv-fuer-erforschung-des-mittelalters/ (19/4/2011) .

    24 Notice des Frühmittelalterliche Studien sur le site de l 'éditeur De Gruyter, http://www.degruyter.com/cont/fb/ge/geMbw.cfm?rc=16178 (19/4/2011) .

    25 Présentation de la revue Zeitsprünge – Forschungen zur Frühen Neuzeit sur le site de l 'éditeur Vittorio Klostermann, http://www.klostermann.de/zeitsch/zspr_hmp.htm (19/4/2011) .

    26 Sommaires des numéros de la revue Rechtsgeschichte (n o 1 à 17), http://www.rg-rechtsgeschichte.de/ (19/4/2011) .

    27 Notice de la Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte – Germanistische Abteilung sur le site de l 'éditeur Böhlau Verlag, http://www.boehlau.at/0323-4045.html ; ZRG Romanistische Abteilung http://www.boehlau.at/0323-4096.html ; ZRG Kanonistische Abteilung, http://www.boehlau.at/0323-4142.html (19/4/2011) .

    28 Notice de la revue Medizin, Gesellschaft und Geschichte sur le site de l 'éditeur Steiner Verlag, http://www.steiner-verlag.de/titel/51615.html (19/4/2011) .

    29 Présentation de Gesnerus sur le site de la revue, http://www.gesnerus.ch/ (19/4/2011) .

    30 Notice des numéros du Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte sur le site de l 'éditeur Thorbecke, http://www.thorbecke.de/reihen-rottenburger-jahrbuch-fuer-kirchengeschichte-c-310_138_252.html (19/4/2011) .

    31 Verein für Reformationsgeschichte, http://www.reformationsgeschichte.de/ (19/4/2011) .

    32 Présentation de la Zeitschrift für Volkskunde sur le site de la Deutsche Gesellschaft für Volkskunde, http://www.d-g-v.org/index.html?mainFrame=http://www.d-g-v.org/veroeffentlichungen/zfvk.shtml (19/4/2011) .

    33 Présentation du Bayerisches Jahrbuch für Volkskunde sur le site de la Kommission für bayerische Landesgeschichte, http://www.kbl.badw.de/publ/jbvolksk.htm (19/4/2011) .

    34 Présentation de la Rheinisch-Westfälische Zeitschrift für Volkskunde , http://www.uni-muenster.de/RWZeitschriftVolkskunde/ (19/4/2011) .

    35 Présentation des Blätter für deutsche Landesgeschichte sur le site H-Soz-u-Kult http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/zeitschriften/id=156 (19/4/2011) .

    36 Notice du Jahrbuch für Regionalgeschichte sur le site de l 'éditeur Franz Steiner Verlag, http://www.steiner-verlag.de/programm/zeitschriften/zeitschriften-alphabetisch/view/titel/54636.html (19/4/2011) .

    37 Présentation des Nassauische Annalen sur le site du Verein für Nassauische Altertumskunde und Geschichtsforschung, http://www.nassauischer-altertumsverein.de/annalen.php (19/4/2011) .

    38 Présentation des Annalen des Historischen Vereins für den Niederrhein sur le site de l 'université de Duisbourg, http://www.uni-due.de/inkur/annalen.php (19/4/2011) .

    39 Notice du Neues Archiv für sächsische Geschichte sur le site de l 'Institut für Sächsische Geschichte und Volkskunde (ISGV), http://web.isgv.de/index.php?page=763 (19/4/2011) .

    40 Présentation des Hansische Geschichtsblätter sur le site du Hansischen Geschichtsverein, http://www.hansischergeschichtsverein.de/geschichtsbll.htm (19/4/2011) .

    41 Notice de la Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte sur le site de l 'éditeur C.H. Beck, http://www.chbeck.de/productview.aspx?product=21241&toc=3419 (19/4/2011) .

    42 Informations sur le Jahrbuch für Westdeutsche Landesgeschichte sur le site de la Landesarchivverwaltung Rheinland-Pfalz, http://www.landeshauptarchiv.de/index.php?id=160&tx_ttproducts_pi1%5bcat%5d=3&cHash=f288ab0088 (19/4/2011) .

    43 Présentation des Rheinische Vierteljahrsblätter, http://www.landesgeschichte.uni-bonn.de/publik/rvjb_intr.htm (19/4/2011) .

    44 Notice des Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte sur le site de l 'éditeur Duncker & Humblot, http://www.duncker-humblot.de/?mnu=1000&cmd=1002&pid=6&tid=48 (19/4/2011) .

    45 Présentation du Jahrbuch für fränkische Landesforschung sur le site de l 'éditeur Wi-Komm-Verlag, http://www.wikommverlag.de/JFL.html (19/4/2011) .

    46 Présentation de la Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte sur le site H-Soz-u-Kult, http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/zeitschriften/id=316 (19/4/2011) .

    47 Présentation des Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken (QFIAB) sur le site de l 'Institut historique allemand de Rome, http://www.dhi-roma.it/qfiab.html (19/4/2011) ; un projet de rétronumérisation est en cours de réalisation qui débouchera sur la mise en ligne des volumes de cette revue dans le cadre de perspectivia.net .

    48 Présentation du Jahrbuch des italienisch-deutschen historischen Instituts in Trient sur le portail Clio-online, http://www.clio-online.de/Default.aspx?TabID=57&mid=10392&ItemID=1705&txt=Staat&ord=relevance+ desc&sbl=AND&idx=0&f=&cp=9&returnTabID=40208091 (19/4/2011).

    49 Présentation de la revue Francia sur le site de l 'Institut historique allemand, http://www.dhi-paris.fr/index.php?id=60&L=1 (19/4/2011).

    50 Les articles de la revue, après un délai de deux ans, sont eux aussi accessibles gratuitement sur perspectivia.net : http://www.perspectivia.net/content/publikationen/francia/francia-retro (19/4/2011).

    51 Base de données de recensions sur le site de l 'Institut français d 'histoire en Allemagne, http://www.ifha.fr/spip.php?article184 (19/4/2011).

    52 Notice de la revue Central European History sur la plateforme Cambridge Journals Online, http://journals.cambridge.org/action/displayJournal?jid=ccc (19/4/2011).

    53 Présentation de la German Studies Review sur le site de la German Studies Association, http://www.people.carleton.edu/~dprowe/GSR.index.html (19/4/2011).

    54 Notice de la revue German History sur la plateforme Oxford Journals, http://gh.oxfordjournals.org/ (19/4/2011).

    55 Notice des Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung (MIÖG) sur le site de l 'éditeur Oldenbourg Verlag, http://www.oldenbourg-verlag.de/wissenschaftsverlag/mioeg-mitteilungen-des-instituts-oesterreichische-geschichtsforsc/00738484 (19/4/2011).

    56 Présentation de la Wiener Zeitschrift zur Geschichte der Neuzeit (WZGN) sur le site de l 'université de Vienne, http://www.univie.ac.at/Geschichte/htdocs/site/arti.php/90098 (19/4/2011).

    57 Site de la revue L 'Homme – Europäische Zeitschrift für feministische Geschichtswissenschaft, http://www.univie.ac.at/Geschichte/LHOMME/ (19/4/2011).

    58 Présentation de la Schweizerische Zeitschrift für Geschichte (SZG) sur le site de la Schweizerische Gesellschaft für Geschichte, http://www.sgg-ssh.ch/de/publikationen.php (19/4/2011).

    59 Notice de la Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde (BZGA) sur le site de la Historische und Antiquarische Gesellschaft zu Basel (HAG), http://pages.unibas.ch/hag/publikationen.htm (19/4/2011).

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Christophe Duhamelle
    Les revues historiques allemandes
    Les revues historiques allemandes présentent des caractéristiques qui se rapportent au caractère décentralisé du paysage scientifique, à un découpage particulier des disciplines qui se consacrent à l'histoire et à la puissance des institutions extra-universitaires (commissions historiques locales, instituts, associations) dans l'organisation de la recherche. L'article présente ces singularités en examinant les revues généralistes, les revues historiques qui relèvent d'autres disciplines que l'histoire, les revues régionales et enfin les revues des instituts allemands à l'étranger.
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Neuere Zeitgeschichte (1945-heute)
    Deutschland / Mitteleuropa allgemein
    Theorie und Methode der Geschichtswissenschaften
    2000 - 2019
    Allemagne histoire historiographie revue périodique revue scientifique Deutschland Geschichtswissenschaft Geschichte <Fach> Zeitschrift wissenschaftliche Zeitschrift
    PDF document duhamelle_revues-historiques.doc.pdf — PDF document, 494 KB
    C. Duhamelle, Les revues historiques allemandes
    In: Christophe Duhamelle: Les revues historiques allemandes.
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/scholar-guide/histoire-en-allemagne/duhamelle_revues-historiques/index_html
    Veröffentlicht am: 26.05.2011 15:00
    Zugriff vom: 29.03.2017 19:07
    abgelegt unter: