Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    M. Pauly, F. Irsigler (dir.), Urban Liberties and Citizenship from the Middle Ages up to now (Patrick Gilli)

    Francia-Recensio 2017/2 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

    Michel Pauly, Franz Irsigler (dir.), Urban Liberties and Citizenship from the Middle Ages up to now/Libertés et citoyenneté urbaines du moyen âge à nos jours/Städtische Freiheiten und bürgerliche Partizipation vom Mittelalter bis heute. Actes du Colloque 2009 de la Commission internationale pour l’Histoire des villes, Trier (Porta Alba Verlag) 2015, 284 p. (Beiträge zur Landes- und Kulturgeschichte, 9), ISBN 978-3-933701-50-3, EUR 42,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Patrick Gilli, Montpellier

    Le titre de ce volume dit bien la double visée qui animait les travaux de ce colloque: examiner l’articulation qui s’est nouée au fil des siècles entre les conquêtes urbaines en matière d’autogouvernement et les formes de la participation civique à ce même pouvoir. Une question qui n’est évidemment pas neutre car longtemps l’histoire des villes, assimilée chez les médiévistes à l’histoire des libertés urbaines, a pu faire l’économie de cet examen socio-politique des véritables bénéficiaires de l’émancipation urbaine à l’égard des pouvoirs, qu’ils soient comtaux, épiscopaux ou royaux, voire des états contemporains. L’image de la bourgeoisie triomphante de la féodalité avait été produite dès le XIXe siècle par Augustin Thierry dont le curateur du volume nous rappelle en introduction l’importance que la vision de l’historien du XIXe siècle avait occupée jusque tard dans le XXe siècle.

    L’un des mérites de ce volume rassemblant seize auteurs embrassant un large spectre chronologique (jusqu’à nos jours) et géographique de la Russie au Portugal, de l’Italie aux pays scandinaves (avec quelques lacunes nécessairement, comme les îles Britanniques, tenant aux aléas de la représentation de la Commission internationale d’histoire des villes) est précisément de recentrer le propos sur les formes de la participation active des citoyens et les tensions issues de cette dynamique. L’organisation du volume suit classiquement l’ordre chronologique.

    On ne s’étonnera pas si sur un tel thème la moitié des contributions concerne le Moyen Âge. Inévitablement les contributions portent la marque des historiographies nationales dont elles sont le témoignage autant que de la diversité de la manière de traiter le sujet. À des fresques très larges, utiles pour des non-spécialistes mais pas nécessairement neuves comme celle de Francesca Bocchi (»Urban Liberties in Italy: Communes of the North and Towns of the South [12th–14th centuries]«) succèdent de courtes synthèses bienvenues sur des espaces politiques moins familiers, comme celle de Katalin Szende (»Royal Privileges to the Towns of Medieval Hungary«) très suggestive et mettant l’accent sur les questions d’intégration urbaine des nouveaux arrivants (les hospitesdes sources latines), une question particulièrement sensible dans ce royaume où se fixaient de nombreuses communautés (Latins, Allemands, Arméniens, Flamands). On y lit aussi des formes originales d’autonomie urbaine rarement expérimentées ailleurs, telle l’élection des prêtres de paroisses par les membres de la communauté; un contrôle qui parfois s’étendait aux vicaires même du prêtre qui devaient être approuvés par les burgenses! Les raisons d’un tel dispositif, aux antipodes de l’ecclésiologie grégorienne de l’Occident, tiennent en partie au multilinguisme qui prévalait dans le royaume et qui visait à faire élire des prêtres capables de parler la langue de chaque communauté.

    La question de l’intégration à la communauté urbaine est aussi au cœur de la contribution très convaincante d’Olga Kozubska-Andrusiv (»Becoming a Citizen. The Formation of Communities and Urban Liberties in the Principalities of Kievan Rus’«), sur l’octroi de franchises spécifiques pour les communautés étrangères souvent d’origine germanique (d’où l’appellation de jus teutonicumdonnée à ce type de dispositions, même s’il s’étendait à des populations étrangères non germaniques); la trajectoire historique révèle comment les privilèges de la citoyenneté dans la principauté kievienne se sont progressivement refermés sur les seuls citoyens »de foi romaine« au détriment de communautés parfois installées de longue date mais exclues des fonctions de commandement urbain.

    Il n’est pas possible dans l’espace d’une recension d’évoquer toutes les communications reproduites, notamment celles qui concernent le monde médiéval et qui apportent chacune un utile regard comparatiste ou des nuances des tableaux très bienvenues.

    La question des libertés urbaines et de la citoyenneté active prend une autre coloration à la fin de l’Ancien Régime et durant la période contemporaine, quel que soit le moment où s’opère ce changement selon les espaces politiques. Plusieurs contributions portent leur regard sur les périodes charnières où le rapport entre gouvernement urbain, gouvernement central et participation civique se modifie. Ainsi celle d’Alexander Kamenskii »Citizenship in Eigtheenth-Century Russia«qui insiste sur les réformes de Pierre le Grand en la matière et pointe les échecs en terme d’autogouvernement urbain avec ce résultat paradoxal qu’en autorisant les élections des représentants des villes, le tsar avait abouti à assujettir encore davantage les villes au monarque en raison des contraintes fiscales supplémentaires qui leur furent imposées. Les réformes entreprises par Catherine II qui visaient à donner davantage d’autonomie aux habitants des villes furent brisées net par la Révolution française qui incita le successeur de Catherine, Paul Ier, à revenir sur les décisions trop audacieuses de sa mère, si bien que la trajectoire décrite dans cet article est celle du rendez-vous manqué entre les villes et la citoyenneté.

    Par-delà les cas de figures locaux, l’un des mérites de l’ouvrage est d’ouvrir la réflexion à la période très contemporaine en faisant ainsi dialoguer historiens et sociologues de la ville, comme l’attestent les contributions de Lars Nilson, »Local Self-Government in Northern Europe in the Nineteenth and Twentieth Centuries« ou d’Harlan Koff, »Urban Air makes who Free? Immigration and Urban Citizenship in Contemporary Europe«, lequel s’intéresse à la façon dont les immigrants s’intègrent dans les dispositifs de la gouvernance urbaine à partir de l’analyse comparée de quatre villes: Lille, Toulouse et Florence, Bari et en prenant comme point d’appui notamment l’intégration dans les ONG, comme premier indicateur d’une insertion. On appréciera tout particulièrement la comparaison qui se dégage entre cet indicateur et les questions si souvent débattues dans les cités médiévales de l’intégration des migrants (le plus souvent venus non pas de l’étranger mais des campagnes).

    Les conclusions très nourries de Franz Irsigler rappellent les apports respectifs des contributions et la portée originale de ce colloque. Nous le rejoignons sans réserve sur ce point. Le volume mérite réellement d’être médité.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

    PSJ Metadata
    Patrick Gilli
    Urban Liberties and Citizenship from the Middle Ages up to now/Libertés et citoyenneté urbaines du moyen âge à nos jours/Städtische Freiheiten und bürgerliche Partizipation vom Mittelalter bis heute
    Actes du Colloque 2009 de la Commission internationale pour l’Histoire des villes
    fr
    CC-BY 4.0
    ohne zeitliche Zuordnung
    Europa
    Siedlungs-, Stadt- und Ortsgeschichte
    ohne zeitliche Zuordnung
    1100-2009
    Europa (4015701-5), Stadt (4056723-0), Bürger (4008764-5), Teilhabe (4134681-6), Freiheit (4018326-9)
    PDF document pauly_gilli.doc.pdf — PDF document, 334 KB
    M. Pauly, F. Irsigler (dir.), Urban Liberties and Citizenship from the Middle Ages up to now (Patrick Gilli)
    In:
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2017-2/ma/pauly_gilli
    Veröffentlicht am: 13.06.2017 15:18
    Zugriff vom: 20.08.2017 00:31
    abgelegt unter: