Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    E. Brilli, L. Fenelli, G. Wolf (ed.), Images and Words in Exile (Philippe Genequand)


    Francia-Recensio 2017/2 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

    Elisa Brilli, Laura Fenelli, Gerhard Wolf (ed.), Images and Words in Exile. Avignon and Italy during the First Half of the 14thCentury, Firenze (SISMEL – Edizioni del Galluzzo) 2015, XXXIV–582 p., num. ill. (Millennio Medievale, 107; Millennio medievale. Strumenti e studi. Nuova serie, 40), ISBN 978-88-8450-673-3, EUR 77,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Philippe Genequand, Montréal

    L’ouvrage que proposent Elisa Brilli, Laura Fenelli et Gerhard Wolf est riche: 600 pages, 17 planches couleurs et de nombreuses illustrations en noir et blanc, et non moins de trente articles en trois langues (italien, anglais et français), cinq introductions distinctes, une postface et deux index. L’ambition de ce recueil d’articles issu pour l’essentiel d’un colloque tenu en 2011 à Florence et à Avignon est de »rileggere questo periodo adottando come fuoco dell’inchiesta un tema-problema quale l’esilio che, benché di lunga durata, conosce nei documenti del primo Trecento une rinnovata attualità« (p. XVI).

    Pour ce faire, les éditeurs ont divisé la matière en cinq parties principales. On passe ainsi, pour en reprendre les titres: de l’exclusion et de l’auto-exclusion de la civitas; aux personnes déplacées; à la formation d’Avignon comme capitale; aux regards croisés rendus possibles par l’exil; finalement à une tentative de cartographier l’espace avignonnais, concret et imaginaire. Les sections reprennent le déroulement du colloque et sont presque toutes – la troisième en manque – précédées d’une introduction qui cherche à appuyer la validité des articles retenus pour l’examen d’ensemble du thème de l’exil. L’ajout de plusieurs textes aux interventions prononcées lors du colloque a manifestement posé aux éditeurs de difficiles problèmes. Le texte de Laura Fenelli consacré à la reconstitution du culte de saint Onuphre à Bologne au milieu du XIVe siècle, semble ainsi mal placé dans la première section, malgré la justification insérée dans le résumé qui plaide pour une extension de la thématique (p. 125). On ne boudera pourtant pas son plaisir puisque les propositions de l’auteure, à partir de trois peintures murales, s’avèrent très stimulantes.

    D’avantage encore que d’une unité autour d’un concept, question à laquelle il conviendra de revenir ci-dessous, le lecteur retiendra le fréquent et très habile usage des documents iconographiques, qu’il s’agisse de commenter enluminures, peintures murales, retables ou bâtiments. Tous concourent au plaisir de la lecture et à un dialogue constant, annoncé par le titre du livre, entre les images et les mots. Le chantier ouvert par Gaetano Curzi à propos des formes et représentations laissées par l’ordre du Temple apparaît extrêmement stimulant, tout comme le sont les articles de Gottfried Kerscher à propos de l’espace palatial et du cérémonial pontifical, une question appuyée sur les importants travaux de Bernhard Schimmelpfennig1, notamment, ou celui de Claudia Bolgia consacré à l’activité artistique de la ville de Rome en l’absence physique des papes et s’inscrivant en tension avec l’idée qui affirmerait que »the transfer of the Papacy to Avignon between 1309 and 1376 provoked a lengthy hiatus in the artistic commission and production of Trecento Roma« (p. 399), sans oublier le bilan proposé par Dominique Vingtain à propos de la reconnaissance et de la protection des peintures murales du Palais entre le XIXe et le XXe siècle.

    Le lecteur retiendra aussi deux prises de position importantes qui tranchent, deux discussions entamées il y a des décennies. La plus centrale est indubitablement celle d’Agostino Paravicini-Bagliani qui se penche sur la nature des spécificités du XIVe siècle pontifical. Celle-ci ne tient pas essentiellement en l’absence du pape de Rome mais bien plutôt à l’établissement pérenne de la curie dans une autre ville, laquelle a provoqué »la déstabilisation du concept de centralité et donc d’universalité« de l’urbs(p. 256) et a provoqué des aménagements symboliques qu’Étienne Anheim, d’ailleurs cité par l’auteur, a clairement exposé dans le premier livre qu’il a extrait de ses travaux doctoraux2. La question est centrale car l’équilibre thématique du recueil autour de l’»exil« en dépend, lequel résonne un peu creux puisque l’idée d’un »exil avignonnais«semble appartenir de plus en plus au passé d’une historiographie désormais dépassée. Étienne Anheim, quant à lui, se penche sur les dernières années du célèbre peintre Simone Martini, explorant les traces très maigres laissées à Avignon. Dans une leçon de méthode, il montre combien de nombreuses interprétations passées doivent être rangées dans une »mythologie« martinienne (p. 366), et combien il est nécessaire de restituer, malgré les Vies de Vasari, le rapport de force entre Pétrarque et Martini en faveur du second, au faîte de sa carrière, alors que le poète débute la sienne. Simone Martini aurait ainsi laissé peu de traces des dix dernières années de son existence parce qu’il ne les a passées que partiellement sur les bords du Rhône, d’une part, et parce qu’il peint peu et des œuvres expérimentales que lui autorise sa grande notoriété, d’autre part.

    Ainsi, on voit que les textes de grande qualité ne manquent pas dans le volume généreux qui nous est offert. Malheureusement, celui-ci pèche, comme les exigences des éditeurs et les modes historiographiques semblent pousser à le faire depuis deux décennies au moins, par une volonté excessive de conceptualisation qui vaut au lecteur des introductions qui s’apparentent davantage à des fioritures rhétoriques qu’à des travaux historiques. On lit ainsi, par exemple: »Aussi l’humanité (chrétienne) est-elle entièrement composée de displaced persons, soumises à un double mouvement d’éloignement/détournement à l’égard du saeculum et de tension vers la patrie céleste. Une tension, vouée à ne s’apaiser que dans l’au-delà, qui sert d’énergie motrice pouralimenter l’incessante peregrinatio de l’homo viator, et le mettre à l’abri, la grâce divine aidant, des errances/errores qui le guettent, dans un exil que l’avènement du Christ a reconfiguré comme un exode« (p. 129).

    Plaidons pour le retour à une certaine simplicité d’expression visant à rendre hommage aux travaux présentés, comme le fait très bien l’introduction rédigée par Michel Laclotte, à l’orée de la quatrième partie du volume. Plaidons aussi pour que les éditeurs apprécient la qualité des articles sans exiger l’adjonction d’une sauce conceptuelle parfois bien lourde. Malgré cette critique, qui touche à la forme davantage qu’au fond, il est certain que de nombreux historiens du XIVe siècle trouveront dans ce livre de quoi approfondir leurs connaissances et leurs réflexions.

    1 Bernhard Schimmelpfennig, Die Zeremonienbücher der römischen Kurie im Mittelalter, Tübingen 1973 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 40).

    2 Étienne Anheim, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle, Paris 2014.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

    PSJ Metadata
    Philippe Genequand
    Images and Words in Exile
    Avignon and Italy during the First Half of the 14th Century
    fr
    CC-BY-NC-ND 4.0
    Spätes Mittelalter (1350-1500)
    Frankreich und Monaco, Italien
    Sozial- und Kulturgeschichte
    14. Jh.
    1310-1352
    Avignon (4004019-7), Italien (4027833-5), Kulturaustausch (4165964-8)
    PDF document brilli_genequand.doc.pdf — PDF document, 338 KB
    E. Brilli, L. Fenelli, G. Wolf (ed.), Images and Words in Exile (Philippe Genequand)
    In:
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2017-2/ma/brilli_genequand
    Veröffentlicht am: 13.06.2017 15:17
    Zugriff vom: 20.08.2017 00:29
    abgelegt unter: