Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    N. Bock, Die Herolde im römisch-deutschen Reich (Henri Simonneau)

    Francia-Recensio 2017/1 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

    Nils Bock, Die Herolde im römisch-deutschen Reich. Studie zur adligen Kommunikation im späten Mittelalter, Ostfildern (Jan Thorbecke Verlag) 2015, 437 S., 10 Abb. (Mittelalter-Forschungen, 49), ISBN 978-3-7995-4368-2, EUR 54,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Henri Simonneau, Toulouse

    Depuis une dizaine d’années, l’historiographie concernant les hérauts d’armes et leur office s’est considérablement enrichie et renouvelée, grâce notamment à l’initiative de l’Institut historique allemand à Paris. Le colloque organisé par Werner Paravicini et Bertrand Schnerb à Lille en 2005 avait permis de dresser un premier bilan de la question et de soulever des problématiques essentielles à la compréhension d’un phénomène tout à fait particulier à la fin du Moyen Âge. Si des ouvrages ont paru depuis, et nous pourrions citer les travaux de Torsten Hiltmann sur les compendiades hérauts1, il manquait une synthèse sur la question. C’est en grande partie ce que nous propose ici Nils Bock. Cet ouvrage, issu de sa thèse et de ses travaux à l’Institut historique allemand, porte en effet un regard très large sur l’émergence et le développement des hérauts d’armes dans les derniers siècles du Moyen Âge. Si son espace de prédilection reste le Saint Empire romain germanique, il compare systématiquement la situation impériale et l’espace franco-bourguignon, sur lequel les études sur les hérauts sont beaucoup plus nombreuses.

    L’auteur s’intéresse tout d’abord à ce qui semblerait être l’terrain d'action privilégié des hérauts, les tournois. En effet, dans les derniers siècles du Moyen Âge, les tournois, joutes et pas d’armes connaissent un engouement qui ne faiblit pas, et les hérauts d’armes en assurent à la fois l’organisation mais aussi la promotion. En s’appuyant notamment sur l’exemple des Vier-Lande-Turniere, cette série de tournois qui se tiennent en Allemagne méridionale à la fin du XVe siècle, l’auteur montre ainsi le rôle d’annonceur, d’organisateur, voire de consultant que joue le héraut. Autre aspect important de la promotion des jouteurs, le héraut est celui qui exhibe les attributs de la noblesse que sont les cimiers et les armoiries.

    À partir de l’exemple des tournois à la fin du Moyen Âge la perspective de l’ouvrage s’élargit, et Nils Bock montre l’émergence progressive du héraut d’armes sur la scène politique, depuis son rôle de promotion des tournois jusqu’à celui de représentant et de messager, de porte-parole, de la noblesse et des villes. En effet, une des particularités de l’Empire est le dynamisme du phénomène des hérauts urbains – comme on peut l’observer dans les villes des Pays-Bas méridionaux – qui remplissent les fonctions de communication politique. Comme en Angleterre, en France ou dans les Pays-Bas bourguignons, le XVe siècle est aussi la période d’institutionnalisation de l’office, avec la hiérarchie des poursuivants, hérauts et rois d’armes ainsi que son intégration au plus près du prince en tant qu’officier de cour.

    La troisième partie est consacrée au héraut en tant que vecteur de la communication nobiliaire. Depuis un quart de siècle, Philippe Contamine ou Gert Melville avaient souligné l’importance des officiers d’armes dans les stratégies de communication des grands seigneurs, dans leurs relations diplomatiques ou lors des grandes cérémonies. Ici, à partir d’exemples tirés de l’espace germanique, mais tout à fait transposables à d’autres régions, l’auteur s’intéresse aux fonctions de messagers du héraut et tout particulièrement à son rôle lors des conflits qui éclatent entre les différents princes et seigneurs impériaux, et notamment dans les mesures de proscription (Reichsacht). C’est sans doute là une particularité des hérauts allemands qui tient à la tradition judiciaire impériale. Enfin, chacune des cérémonies dans lesquelles le héraut s’illustre sont détaillées avec soin, depuis les mariages, les obsèques et les couronnements, jusqu’aux dégradations de chevaliers.

    Cet ouvrage, très clair dans sa structure, est particulièrement précieux par la lacune qu’il comble dans l’historiographie. De plus, il ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le monde de la noblesse européenne à la fin du Moyen Âge.

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    PSJ Metadata
    Henri Simonneau
    Die Herolde im römisch-deutschen Reich
    Studie zur adligen Kommunikation im späten Mittelalter
    fr
    CC-BY-NC-ND 4.0
    Spätes Mittelalter (1350-1500)
    Deutschland / Mitteleuropa allgemein
    Politikgeschichte
    Mittelalter
    1177-1519
    Deutschland (4011882-4), Heroldsamt (4337792-0), Adel (4000464-8), Kommunikation (4031883-7)
    PDF document bock_simonneau.doc.pdf — PDF document, 322 KB
    N. Bock, Die Herolde im römisch-deutschen Reich (Henri Simonneau)
    In: Francia-Recensio 2017/1 | Mittelalter – Moyen Âge (500–1500) | ISSN: 2425-3510
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2017-1/ma/bock_simonneau
    Veröffentlicht am: 16.03.2017 11:56
    Zugriff vom: 20.08.2017 00:27
    abgelegt unter: