Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

M.-E. Brunert, Acta Pacis Westphalicae (Jean Bérenger)

Francia-Recensio 2015/1 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

Maria-Elisabeth Brunert (Bearb.), Acta Pacis Westphalicae. Serie III. Abt. A, Protokolle. Die Beratungen des Fürstenrates in Osnabrück 7. Juli–September 1648, Münster (Aschendorff) 2013, LXXXIII–485 S., ISBN 978-3-402-13786-4, EUR 81,00.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Jean Bérenger, Paris

Ce volume s’inscrit dans la série des procès-verbaux des réunions de représentants des États de l’Empire, les trois collèges de la diète d’Empire ( Reichstag) qui se sont réunis à Osnabrück. Il fait suite au volume 6 publié par Maria-Elisabeth Brunert en 2009 1 . Il rapportait les délibérations du début de l’été 1648 (18 juin au 27 juillet), où l’on avait résolu trois graves problèmes qui demeuraient en suspens avant la conclusion de la paix: l’indemnité de 5 millions de rixdales réclamée par la Suède, l’amnistie et la restitution des biens confisqués dans les Pays héréditaires de l’empereur, l’exécution des clauses du futur traité de paix.

Dans le volume 7, les négociations ont pour but d’examiner le traité de paix avec la France. Elles se poursuivirent à Osnabrück du 28 juillet au 24 septembre 1648, date à laquelle la majeure partie des négociateurs se rendirent à Münster pour la phase finale de négociations – le traité de paix étant signé dans cette ville le 24 octobre 1648, mais les trois curies ont poursuivi leurs délibérations jusqu’en 1649. Les États de l’Empire comprenaient des représentants des trois curies de la diète d’Empire: le collège des électeurs , le collège des princes et le collège des villes.

Le début du volume ne correspond à aucune césure bien nette. Cependant, en juillet, les trois curies ont commencé à délibérer en commun. Elles souhaitaient n’avoir pour médiateur dans leurs négociations avec la délégation française ni le nonce Chigi ni Contarini, l’ambassadeur de Venise, mais Salvius, le chef de la délégation suédoise, pourtant partie dans le conflit. Les négociations entre la France et l’empereur ont également repris à cette date. Le 28 juillet le texte définitif du traité entre les États de l’Empire et la Suède a été définitivement mis au point de sorte que les négociations entre la délégation française et les États de l’Empire constituent le thème central de ce volume. L’entrée des troupes suédoises à Mala Strana à Prague le 26 juillet ne remit pas en cause la conclusion de la paix avec la Suède, qui fut signée le 6 août 1648 par les envoyés de 33 États de l’Empire (42 diplomates au total). Le traité de paix avec la Suède, l’ Instrumentum Pacis Osnabrugiensis , était encore incomplet à cette date, alors que les négociations des Impériaux avec la délégation française n’étaient pas achevées.

Essentiel pour la suite et la réussite des négociations était la revendication française selon laquelle l’empereur Ferdinand III n’apporterait son soutien à l’Espagne ni comme chef du Saint-Empire ni comme archiduc d’Autriche, que les deux branches de la maison d’Autriche seraient définitivement séparées et que le cercle de Bourgogne (Pays-Bas et Franche-Comté) serait exclu du traité. Pour des raisons tactiques, les États de l’Empire avaient reporté cette délicate question à la fin des négociations, et elle ne fut abordée que le 28 août et Servien refusa la médiation suédoise. Trois points furent l’objet de discussions entre la France et les États de l’Empire: la Lorraine, le cercle de Bourgogne et l’assistance militaire, sans oublier le problème de la cession des possessions alsaciennes de la maison d’Autriche (y compris par l’Espagne). On décida d’exclure la Lorraine des négociations, bien que l’armée du duc Charles IV fût un facteur de troubles pour l’Allemagne de l’Ouest, tout comme la question du cercle de Bourgogne. La seule question épineuse demeurait celle de l’assistance du Saint-Empire à l’Espagne dans son conflit avec la France, Madrid et Paris semblant incapable de signer la paix. Le collège des princes, après avoir négocié avec Servien, obtint le 10 septembre l’accord du collège des électeurs et du collège des villes siégeant à Osnabrück et le texte du traité définitif entre la France et l’empereur fut collationné et scellé, mais pas encore signé le 13 septembre. Les envoyés qui jusqu’alors siégeaient à Osnabrück arrivèrent peu à peu à Münster où à la demande de la délégation impériale, ils finirent par siéger avec leurs collègues à partir du 25 septembre jusqu’à la signature du traité de paix le 24 octobre.

Les États de l’Empire siégeant à Münster depuis le printemps 1648 avaient en effet été souvent opposés à leurs collègues d’Osnabrück. Toutefois, ceux-ci ne tinrent pas compte de leurs protestations ni de leurs résolutions, car, d’une part les discussions étaient mal coordonnées et, d’autre part, les États de l’Empire siégeant à Münster étaient minoritaires par rapport à leurs collègues d’Osnabrück. Seul le délégué du Brandebourg avait élevé une protestation au cours de l’été 1648 et les décisions prises à Osnabrück furent finalement entérinées par les États de l’Empire en octobre.

Les États de l’Empire siégeant à Osnabrück apparurent, contre la volonté de Ferdinand III, comme les interlocuteurs privilégiés d’Abel Servien, chef de la délégation française depuis le printemps 1648 et homme de confiance de Mazarin. La délégation de Mayence, qui avait un rôle directeur dans le collège des électeurs et sur l’ensemble des représentants des États de l’Empire était profondément divisée, mais les partisans de Ferdinand III étaient minoritaires, ce que traduisent les procès-verbaux des séances. Les prises de contact des représentants des États avec les envoyés de l’empereur, de la France et de la Suède se faisaient par des délégations qui étaient dirigées par un représentant de Mayence et comprenant au moins un représentant de chaque curie.

On est en effet bien documenté sur les discussions plénières, où sont transcrites les réactions des différents membres, même si l’on a conservé plusieurs versions du procès-verbal. La source essentielle utilisée par l’éditeur est le procès-verbal de Saxe-Altenbourg, rédigé par le conseiller Carpsow pour la délégation. Il représente l’élément essentiel de cette publication conforme aux traditions de cette sérieuse collection.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Jean Bérenger
M.-E. Brunert, Acta Pacis Westphalicae (Jean Bérenger)
CC-BY 3.0
Frühe Neuzeit (1500-1789)
Europa
Politikgeschichte
17. Jh.
4751718-9 4065777-2
1648
Eurasien Ost (4751718-9), Westfälischer Friede (4065777-2)
PDF document brunert_berenger.doc.pdf — PDF document, 106 KB
M.-E. Brunert, Acta Pacis Westphalicae (Jean Bérenger)
In: Francia-Recensio 2015/1 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815) | ISSN: 2425-3510
URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2015-1/FN/brunert_berenger
Veröffentlicht am: 11.03.2015 10:45
Zugriff vom: 19.09.2017 15:31
abgelegt unter: