Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

F. Hulak, Sociétés et mentalités (Peter Schöttler)

Francia-Recensio 2013/3 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine

Florence Hulak, Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch, Paris (Éditions Hermann) 2012, 352 p., ISBN 978-2-7056-8311-5, EUR 32,00.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Peter Schöttler, Paris/Berlin

Voici une thèse de philosophie, soutenue à l’université de Paris I, consacrée à l’un des grands historiens du XX e siècle, Marc Bloch, dont l’auteure nous propose une » lecture épistémologique « . Entreprise courageuse s’il en est, puisque Bloch est un des historiens les plus cités en sciences humaines, au point qu’un observateur a même pu parler de » saint Marc Bloch « . D’où un double problème: comment lire un auteur aussi adulé? Et comment lire » en philosophe « un historien de métier qui insistait toujours, même dans ses textes les plus théoriques, sur le fait qu’il n’était pas » philosophe « ?

Évidemment, Florence Hulak n’est pas la première à entreprendre une telle lecture, même si elle feint – comme beaucoup de doctorants aujourd’hui, sans doute sous la pression de la concurrence académique – d’ignorer ses prédécesseurs. Je pense notamment aux travaux pionniers de Massimo Mastrogregori qui, dès 1987, publiait un ouvrage, » Il genio dello storico « (Rome 1987), dans lequel il essayait d’ » extraire « la philosophie cachée de Marc Bloch et de Lucien Febvre. D’autres livres et de nombreux articles ont d’ailleurs suivit; cf. notamment son » Introduzione a Bloch « (Bari 2001). On pourrait également citer l’ouvrage de Bianca Arcangeli, » La storia comme szienza sociale. Letture di Marc Bloch « (Naples 2001), dont le titre est assez proche de celui de F. Hulak, et surtout les actes des deux colloques » Marc Bloch « de 2007, parmi lesquels ceux de Berlin au moins sont facilement accessibles (Marc Bloch et les crises du savoir, Max- Planck-Institut für Wissenschaftsgschichte, 2011, www.mpiwg-berlin.mpg.de/Preprints/P418.PDF ) 1 . Or tous ces travaux manquent dans la bibliographie de F. Hulak qui a préféré se limiter aux publications qui font ou qui semblent faire référence à Paris.

Mais malgré cette perspective un peu trop franco-française – et même s’il semble également aller de soi qu’une thèse de philosophie » pure « n’ait pas besoin de tenir compte des correspondances (publiées!) ou des archives d’un auteur –, ce livre est d’un intérêt incontestable. En effet, F. Hulak a lu de près les principaux livres de Bloch, des » Rois thaumaturges « au » Métier d’historien « en passant par la » Société féodale « , ainsi qu’un choix d’articles, en essayant d’y trouver autre chose qu’une simple confirmation d’idées à la mode. D’autant que Bloch, pour les philosophes, n’est pas un auteur facile. Bien qu’historien, il connait assez bien la philosophie et défend une approche méthodologique réfléchie qui se trouve appliquée et incrustée dans ses textes. Laquelle? Question difficile, et surtout délicate, puisque l’historien adoré se trouve réclamé par des interprètes les plus divers. À chacun son Marc Bloch, pourrait-on dire: marxistes ou anti-marxistes, structuralistes ou anti-structuralistes, positivistes ou anti-positivistes, etc. Certains ont même prétendu qu’à la fin de sa vie Bloch serait devenu un adepte de l’histoire politique traditionnelle et donc un adversaire de l’histoire dite des » Annales « . Ce qui fait penser à la fameuse phrase du maître lui-même: » Robespierristes, antirobespierristes, nous vous crions grâce: par pitié, dites-nous, simplement, quel fut Robespierre? « Mais une telle question est-elle encore de mise aujourd’hui?

En tous cas, cerner et définir la philosophie implicite du grand historien est une entreprise osée, puisqu’on risque de se mettre à dos une partie de ses lecteurs (et des collègues). Or F. Hulak a osé, et il faut lui en savoir gré. Cela dit, elle y va très doucement et avec mille précautions. Ainsi, elle reprend souvent les opinions les plus répandues, comme si elles étaient solidement étayées, pour ensuite introduire un petit » mais « et avancer une interprétation différente, à contre-courant. En tous cas, elle refuse, dès l’introduction, la lecture traditionnelle qui place Marc Bloch dans la continuité historiographique de la fondation des Annales à l’EHESS d’aujourd’hui, pour souligner que l’historien défendait » une conception épistémologique méconnue, articulant de manière singulière mental et social, et permettant par-là de repenser à nouveaux frais le changement historique et le rôle politique de l’histoire « (p. 13). Seule une lecture précise de l’œuvre permettrait cependant de dégager cette » voie de renouvèlement de la réflexion philosophique sur l’histoire « (p. 18).

Florence Hulak procède par étapes: dans un premier temps, elle balise le terrain et écarte un certain nombre de lectures concurrentes (Rancière, Aron, Althusser, etc.), puis elle s’attaque à la pièce de résistance: Lucien Febvre. Le compagnon de Bloch, en effet, lui semble avoir récolté la mise, en survivant à la guerre et en imposant » sa « conception de l’histoire à la fois aux Annales et à la VI e section à l’époque de sa plus grande splendeur. Or, selon F. Hulak, qui reprend et radicalise sur ce point une idée avancée il y a déjà longtemps par André Burguière, Febvre et Bloch représentaient deux voies radicalement différentes de l’histoire: l’une herméneutique, l’autre sociologique. Tandis que Febvre, influencé par son ami Henri Wallon, se serait perdu dans les méandres de la psychologie et n’aurait plus écrit, pour l’essentiel, que » trois biographies « (Luther, Rabelais, Marguerite de Navarre), retrouvant ainsi la problématique des » grands hommes « qui expriment et résument leur temps, Marc Bloch, en revanche, aurait refusé cette » psychologie herméneutique « et inauguré un » nouveau paradigme « .

Évidemment, prudence oblige, l’auteure souligne fortement que ni Febvre ni Bloch n’aurait jamais défendu une » épistémologie nomologique « – ce qui pose quand même le problème de leur lecture avérée d’historiens positivistes comme Buckle, Bourdeau, Lamprecht et d’autres et de leur utilisation, au moins occasionnelle, du concept de » loi historique « ; aussi Bloch se serait-il autant démarqué » des sociologues durkheimiens que des historiens historisants ‹« (p. 115), c’est-à-dire de l’histoire traditionnelle. Mais où pouvait-il alors mettre les pieds? Avançait-il vraiment dans un terrain entièrement vierge et inexploré? Selon hypothèse des spécialistes Bloch s’appuyait, pour les » questions théoriques « , sur des lectures certes variées, mais clairement orientées du coté positiviste; de même, sa méthodologie combinait des éléments qu’il avait recueilli du côté des sciences historiques auxiliaires et des sciences sociales les plus avancées; enfin, que son optimisme scientifique ne lui était pas particulier, mais qu’il le partageait avec Berr, Febvre et quelques autres de la » Revue de synthèse « et du groupe des Annales (notamment Henri Pirenne et Georges Lefebvre), si bien que la distance Bloch/Febvre, malgré leurs styles de pensée différents, n’était pas si grande que cela. Mais son hypothèse de base ne permet pas à l’auteure ce genre de subtilités. En regardant Bloch à travers sa longue-vue de philosophe elle semble vraiment croire qu’il était le seul historien de son époque à opter pour un modèle » expérimental « et que la »Société féodale« de 1939/40 en était la réalisation.

Pour le montrer, Hulak est de nouveau prudente: certes, Bloch n’aurait pas été » durkheimien « au sens d’Émile Durkheim et de François Simiand qu’elle considère comme dogmatiques (inutile donc de vérifier les retombées de leurs idées chez Bloch?), mais plutôt au sens d’une » seconde génération « représentée par Marcel Mauss et Maurice Halbwachs. Vu la nouvelle popularité de ces auteurs, mais qu’on ne lit souvent que dans une perspective » anthropologique « (or Halbwachs ne voulait-il pas transformer la sociologie en » science naturelle « ?), on comprend l’intérêt d’un tel rapprochement. Mais que dire alors des comptes rendus dithyrambiques que Bloch a écrits sur les travaux de Simiand? 2 Et que dire aussi de son amitié et de sa proximité avec Georges Davy, généralement considéré comme un durkheimien » pur et dur « ? Là aussi, un peu de contextualisation et de micro-histoire intellectuelle aurait pu éviter de fausses oppositions.

Mais le livre ne s’arrête pas là. D’autant que la redécouverte d’un Bloch durkheimien, même de » seconde génération « , n’aurait peut-être pas suffit à justifier l’ambition philosophique. Or les derniers chapitres développent incontestablement une idée nouvelle: selon l’auteure, en effet, la plus grande proximité et parenté théorique (via Antoine Meillet, Mauss et Halbwachs) existerait entre l’œuvre de Bloch et celle de Claude Lévi-Strauss. Pour le montrer, elle rapproche d’abord la conception de la mémoire de Bloch et Halbwachs (mais n’aurait-il pas fallu en souligner aussi les différences, comme le fait Marie-Claire Lavabre?), puis met en parallèle, à partir du fameux texte sur » la vie d’outre-tombe du roi Salomon « , la mémoire et le mythe( » les récits de la mémoire collective constituent les mythes propres aux sociétés chaudes « [p. 265]) pour arriver enfin à l’ » anthropologie structurale « qui, selon elle, » présente un double intérêt pour une réflexion sur la science historique « en établissant d’une part » la fonction mythique de l’histoire dans nos sociétés et [d’autre part] un modèle pour la science historique, en tant qu’elle veut se faire ethnologie ou anthropologie des sociétés du passé « (p. 265). Passablement surpris, nous assistons alors à une sorte de lecture croisée de Bloch et de Lévi-Strauss dont certains thèmes semblent en effet se recouper, miraculeusement – bien que l’anthropologue, en vérité, ne cite jamais que Lucien Febvre! Malicieux celui qui ne peut s’empêcher alors de penser à un autre maître qui aimait dire qu’avant » de mettre bout à bout deux parcours « , il faut toujours » s’assurer qu’il s’agit bien du même chemin « (Georges Canguilhem)?

Que dit-on réellement quand on écrit avec Michel de Certeau en allusion à Lévi-Strauss : » l’histoire est devenue notre mythe « ? (p. 288) Est-ce un constat? Est-ce une critique? Et quelles conséquences doit-on en tirer pour le métier et la science de l’histoire qui ne datent pas d’hier, mais qui ont leurs principes et leurs règles quasi-artisanales? Ou pour le dire autrement: une telle » philosophie de l’histoire « , à moins d’être affirmative, ne devrait-elle pas encourager justement les historiens au sens large, c’est-à-dire tous ceux qui labourent ce vaste champ, à s’attaquer avec plus de détermination encore – en suivant l’exemple de Bloch – à cette chiendent rampante que constitue la mythologie historique? F. Hulak n’en doute pas et propose effectivement de considérer l’histoire comme une » contre-mémoire « , destinée à mettre en évidence les » écarts « , les » absences « et les » décalages « du discours historique; mais elle souligne aussitôt que ce genre d’ » intervention critique « ne mènera jamais » à une rupture avec ces mythes, propres à nos sociétés, que sont les récits mémoriels « (p. 326).

C’est sur ce constat plus ou moins pessimiste que se conclut le livre, et l’auteure ajoute même, en renvoyant à la »Société féodale«, que la » fonction critique de l’histoire ne lui interdit pas d’exercer une fonction mythique « (p. 328). Marc Bloch aurait-il donc été un peu sorélien sur les bords? Bien sûr que non. Mais cette façon de présenter et de réduire la science de l’histoire à un ou plusieurs discours sur lesquels on est libre de méditer, indique une fois de plus que l’auteure ne perçoit l’histoire qu’à travers son » écriture « , on pourrait même dire: qu’à travers les livres. Or le métier pratiqué par Bloch, Febvre et leurs amis est encore autre chose: un méticuleux travail sur archives (au sens large), une confrontation intellectuelle avec un » état de la recherche « international, et enfin seulement, même si l’ordre chronologique importe peu, une élaboration écrite adressée à un public supposé savoir de quoi il s’agit. Certes, la différence entre livres de recherche et livres de » synthèse « , voire de vulgarisation, est souvent fluide – d’autant que les éditeurs poussent fortement vers » l’essai « –, mais que dire des minutieux articles de recherches ou des comptes rendus érudits dans des revues confidentielles, car professionnelles, comme Marc Bloch aimait les écrire? Voilà un discours bien différent, assez décalé en effet, qu’une épistémologie de l’histoire n’a pas le droit de passer sous silence. À moins de s’attirer de nouveau le reproche de ne pas tenir compte de la science en train de se faire et de vouloir donner, malgré tous les dénis, une leçon philosophique aux amis de Clio.

1 Plus généralement, on devrait y ajouter les livres d’Enrico Castelli Gattinara, notamment, Les Inquiétudes de la raison. Épistémologie et histoire en France dans l’entre-deux-guerres, Paris1998, Cristina Chimisso, Writing the History of the Mind. Philosophy and Science in France, 1900 to 1960s, Aldershot 2008; ainsi que, plus récemment, Francesco Pitocco, Crisi della storia, crisi della civiltà. Saggio su Marc Bloch e dintorni, Milan 2012.

2 Il est d’ailleurs presque comique de voir que l’auteure, tout en critiquant (et caricaturant) Simiand, lui fait un joli cadeau en lui attribuant la fameuse citation de l’ » Apologie « sur les » lignes mêmes du réel « (p. 199). Or il s’agit d’un mot d’Henri Bergson! Bloch, en effet, qui n’aimait pas la philosophie bergsonienne, cite son camarade d’infortune quelques jours après sa mort, probablement en hommage discret.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Peter Schöttler
F. Hulak, Sociétés et mentalités (Peter Schöttler)
CC-BY-NC-ND 3.0
Zeitgeschichte (1918-1945)
Europa
Theorie und Methode der Geschichtswissenschaften
20. Jh.
4015701-5 118511742 4020529-0 4020535-6
1900-2000
Europa (4015701-5), Bloch, Ernst (118511742), Geschichtsphilosophie (4020529-0), Geschichtswissenschaft (4020535-6)
PDF document hulak_schoettler.doc.pdf — PDF document, 148 KB
F. Hulak, Sociétés et mentalités (Peter Schöttler)
In: Francia-Recensio 2013/3 | 19./20. Jahrhundert - Histoire contemporaine
URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2013-3/ZG/hulak_schoettler
Veröffentlicht am: 13.09.2013 10:15
Zugriff vom: 23.07.2017 06:42
abgelegt unter: