Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    C. Wilsdorf, L’Alsace des Mérovingiens (Laurent Naas)

    Francia-Recensio 2013/1 Mittelalter – Moyen Âge (500–1500)

    Christian Wilsdorf, L’Alsace des Mérovingiens. Articles et études, Strasbourg (Publications de la Société savante d’Alsace) 2011, 408 p. (Recherches et documents, 82), ISBN 2-904920-43-9, EUR 25,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Laurent Naas, Schoenau

    Il est bien difficile de relever le défi qui consiste à présenter un aperçu de cinquante ans de recherche historique menée par un même historien. Néanmoins, dans le prolongement des » Pages d’histoire « de Philippe Dollinger, publiées en 1977, un autre médiéviste alsacien voit un certain nombre de ses articles et autres contributions publiés en un seul volume.

    Point n’est besoin de présenter ici l’auteur de cet ensemble d’articles, auquel la communauté des historiens avait déjà rendu hommage en 2002 par le biais d’un volume de mélanges publiés dans le cadre de la » Revue d’Alsace « . Christian Wilsdorf (né en 1926), directeur des Archives départementales du Haut-Rhin de 1952 à 1991, a perpétué par ses multiples travaux de recherches une tradition inaugurée par ses prédécesseurs chartistes, ce qui en a fait le meilleur connaisseur du haut Moyen Âge alsacien et l’auteur d’un peu plus de 70 articles portant essentiellement sur cette époque.

    Le volume, publié par la Société savante et préfacé par son président Benoît Jordan, ne procède pas du genre académique des volumes offerts à un chercheur mais bien plus de celui de l’anthologie, l’objectif étant de recueillir, de rassembler des études dispersées en de multiples revues, plus ou moins confidentielles, afin de les rendre en quelque sorte plus aisément accessibles. De fait, ce volume se situe, du point de vue de sa conception, dans le prolongement du recueil d’articles de l’historien moderniste et ruraliste Jean-Michel Boehler publié par la même Société savante d’Alsace en 2004 1 . Le parti pris éditorial embrassé par cette association, dont la vocation principale est la diffusion de la recherche universitaire en sciences historiques, présente l’insigne avantage de proposer, notamment en direction du lectorat classique des alsatiques, un aperçu global de la production scientifique d’un chercheur. Néanmoins, il n’est pas sans poser de problèmes du point de vue formel aux chercheurs désireux d’utiliser un tel volume dans le cadre de leurs travaux. En effet, la mise en page originelle d’un article reproduit – n’étant pas respectée – la nouvelle pagination ne peut être reprise lorsqu’il s’agit de citer cette œuvre de l’esprit. Ainsi, il aurait sans doute été préférable, pour les articles n’ayant pas bénéficié d’une plus-value sous la forme de corrections et/ou d’ajouts, de suivre le modus operandi des »Variorum Reprints« , bien connus de la communauté scientifique.

    Ce recueil comprend au total seize contributions, parmi lesquelles il importe de relever trois textes inédits: le premier est assez didactique et porte sur l’évolution du blason alsacien ( » Que nous raconte le blason des nouvelles plaques d’immatriculation? « , p. 7–15); le second traite des occurrences du mur païen dans les sources textuelles anciennes (p. 45–82); le troisième porte sur la croix miraculeuse de Niedermunster 2 . L’ensemble du haut Moyen Âge alsacien est couvert, du VII e siècle avec l’essor des Etichonides, la dynastie des ducs d’Alsace, au XI e siècle avec le pape réformateur Léon IX. Les travaux présentés relèvent autant de l’histoire ecclésiastique que de l’archéologie, appliquée en particulier aux châteaux. Ils rendent compte de la préoccupation constamment mise en œuvre par Chr. Wilsdorf qui vise à mettre en évidence des textes inédits ou oubliés, qui permettent de renouveler le regard que l’historien est amené à poser sur une question précise.

    Certains articles ont également fait l’objet d’une synthèse, qui met d’autant mieux en lumière l’apport de leur auteur à l’historiographie d’une question. Ainsi, celle portant sur les étapes de la formation de la légende de saint Florent (p. 89–110) permet une approche d’ensemble de cette question à partir de trois articles publiés dans la » Revue d’Alsace « en 1955, 1956 et 1960. De même, une synthèse suivant le même procédé a été réalisée sur le château du Haut-Éguisheim (p. 249–281). Cependant, si l’on peut se réjouir de la mise en œuvre d’une forme de mise à jour d’un status quaestionis , aucun élément n’indique clairement au lecteur quels textes ont été corrigés, modifiés en vue de la publication de ce recueil.

    De plus, il aurait été intéressant, du point de vue historiographique, d’insérer une préface de la part de l’auteur lui-même. S’il est désormais bien pratique de pouvoir maintenant disposer de ces œuvres de Chr. Wilsdorf en un seul volume, le regard que porte cet historien sur l’ensemble de son œuvre aurait constitué une plus-value intéressante et tout à fait pertinente. Concernant la biographie et la bibliographie de l’auteur, absentes de ces opera selecta , à tout le moins aurait-on pu renvoyer au volume de la » Revue d’Alsace « de 2002 comportant ces éléments (respectivement aux p. 11–18 et p. 359–370). D’autre part, il aurait été utile de fournir au lectorat visé quelques éléments destinés à fournir des explications quant au choix des textes retenus. Pourquoi a-t-on retenu ces textes et pas les autres? Pourquoi avoir laissé de côté les contributions pertinentes de Chr. Wilsdorf, qui n’ont pas encore été remplacées pour le moment, sur l’abbaye de Murbach ou les origines lointaines des villes de Sélestat et Colmar?

    Du point de vue matériel, le volume est de belle facture et les illustrations de belle qualité; on s’étonne d’autant plus de signaler la qualité médiocre d’un cliché ancien représentant le tombeau de sainte Odile avant 1935 (p. 56), en raison sans doute d’une numérisation dans une résolution insuffisante.

    Il ressort de ces observations qu’au-delà des difficultés liées au parti pris éditorial de la Société savante, ce beau volume permettra désormais de présenter une belle et agréable vue d’ensemble de la production scientifique du médiéviste alsacien Chr. Wilsdorf. À ce titre, il ne manquera pas sa vocation de diffusion, auprès d’un large lectorat, d’une certaine vision du haut Moyen Âge dans cette région du Rhin supérieur.

    1 Jean-Michel Boehler, La terre, le ciel et les hommes à l’époque moderne. Des réalités de la plaine d’Alsace aux horizons européens: 35 années de recherches d'histoire rurale (1968–2003), Strasbourg 2004 (Recherches et documents, 73).

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Laurent Naas
    C. Wilsdorf, L’Alsace des Mérovingiens (Laurent Naas)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Hohes Mittelalter (1050-1350)
    Deutschland / Mitteleuropa allgemein, Frankreich und Monaco
    Geschichte allgemein, Siedlungs-, Stadt- und Ortsgeschichte
    1 - 5. Jh. n. Chr., 6. - 12. Jh.
    4014500-1 4020517-4
    400-1100
    Elsass (4014500-1), Geschichte (4020517-4)
    PDF document wilsdorf_naas.doc.pdf — PDF document, 113 KB
    C. Wilsdorf, L’Alsace des Mérovingiens (Laurent Naas)
    In: Francia-Recensio 2013/1 | Mittelalter - Moyen Âge (500-1500)
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2013-1/MA/wilsdorf_naas
    Veröffentlicht am: 12.03.2013 16:25
    Zugriff vom: 17.10.2017 22:17
    abgelegt unter: