Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

    P. A. Heuser, Die französischen Korrespondenzen (Jean Bérenger)


    Francia-Recensio 2012/2 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

    Peter Arnold Heuser (Bearb.), unter Mithilfe von Rita Bohlen, Die französischen Korrespondenzen. Februar–Mai 1648, Münster (Aschendorff ) 2011, CX–942 S. (Acta Pacis Westphalicae Serie II Abt. B, 8), ISBN 978-3-402-13784-0, EUR 138,00.

    rezensiert von/compte rendu rédigé par

    Jean Bérenger, Paris

    Peter Arnold Heuser poursuit avec ce volume la publication de la correspondance de la délégation française au congrès de Westphalie. Cet ouvrage représente la suite du travail publié en 2010 par Mme Christiane Neerfeld 1 et correspond, étant donnée l’abondance de la documentation, à nouveau à une brève période de quatre mois, allant de février à mai 1648.

    Peter Arnold Heuser reste fidèle aux principes et aux méthodes de ses prédécesseurs et il est inutile d'insister sur l’abondance de la documentation complémentaire et sur la précision des notes érudites. L’introduction (p. XLVII–CX) nous fournit une synthèse d'une période confuse, marquée du côté français par l’éviction définitive du comte d’Avaux, mais aussi par la ratification de la paix séparée hispano-hollandaise, qui avait été signée le 30 janvier 1648 et qui redonna espoir aux représentants des Habsbourg.

    La guerre continue à faire rage tout au long de la période et la trêve hivernale, habituelle au XVII° siècle, n’a guère été respectée. L’électeur Maximilien I er de Bavière, pour maintenir l’équilibre entre les deux camps, a repris les hostilités aux côtés des impériaux à l’automne 1647, ce qui leur a procuré des succès éphémères. La petite armée de la landgrave de Hesse-Cassel a toutefois empêché les impériaux du général Lamboy, stationnés en Westphalie, de s’emparer de Mayence. La perte de cette forteresse aurait été un grave revers pour les Français – tant sur le plan diplomatique (le nouvel électeur Schönborn est un catholique modéré, partisan d’une paix rapide dans l’Empire) que sur le plan militaire (les lignes de communication de Turenne auraient été compromises). En dépit des relations tendues entre Wrangel et Turenne (quelques régiments de cavalerie weimariens avaient abandonné l’armée française pour passer chez les Suédois), les deux généraux ont repris des opérations combinées dès février 1648 pour se séparer à nouveau en avril et se retrouver en mai. Le 17 mai, ils ont infligé une grave défaite aux impériaux à Zusmarshausen, ce qui permit à Turenne d’occuper la Bavière et de marcher en direction de la Haute-Autriche, tandis que les Suédois reprenaient la direction de la Bohême. Maximilien de Bavière, chassé de sa capitale Munich, était plus que jamais disposé à signer la paix.

    Mazarin pensait faire porter l’effort principal en Flandre, pour obliger l’Espagne à signer la paix, mais il fallut attendre le 20 août 1648 pour que Condé obtînt une victoire significative à Lens. Et les Espagnols ont pu reconquérir Naples, parce que la flotte française de secours est arrivée beaucoup trop tard.

    Les lourdes dépenses de guerre contribuèrent à aggraver la pression fiscale en France et les signes avant-coureurs de la Fronde incitèrent Mazarin à signer le plus rapidement possible la paix.

    Les relations de la France avec les Provinces-Unies se sont dégradées à la suite de la signature de la paix séparée de ces dernières avec l’Espagne, mais les deux gouvernements veillèrent à maintenir une alliance formelle. La diplomatie française s’employa néanmoins à retarder le plus possible la ratification du traité du 30 janvier 1648.

    C’est pourquoi Mazarin concentra tous ses efforts au renforcement de l’alliance suédoise, qui avait connu des moments difficiles en 1647. Le retour de l’armée de Turenne en Allemagne et le versement des subsides à la Suède n’ont pas manqué leur but. Le rappel du comte d’Avaux contribua encore à détendre l’atmosphère à Osnabrück. Mazarin était persuadé qu’une étroite coopération militaire franco-suédoise aboutirait à la signature rapide de la paix en Allemagne, même s’il fallait renoncer à la paix générale en Europe. La Suède resta fidèle à ses engagements de ne pas signer de paix séparée avec l’empereur. Pour rassurer le partenaire suédois, la France renonça à conclure des alliances particulières avec les princes allemands, l’électeur de Brandebourg ou l’électeur de Bavière. Le seul partenaire solide des couronnes demeurait donc la landgrave de Hesse Cassel. La politique raisonnable de Mazarin vis-à-vis de la Suède porta ses fruits en particulier réduisant l’influence de la diplomatie espagnole dans l’Empire et en obligeant par la suite l’empereur à déposer les armes.

    Cette période est également marquée par de graves querelles à l’intérieur de la délégation française. Elles se traduisirent par le départ volontaire du duc de Longueville le 3 février et par le rappel du comte d’Avaux le 13 mars 1648. Cela signifiait un profond remaniement de la délégation française. Abel Servien devint le seul plénipotentiaire français. Il fut muni d’une nouvelle instruction et il fut nommé ministre d’Etat pour le mettre sur un pied d’égalité avec le comte de Penaranda., chef de la délégation espagnole. Les divergences entre d’Avaux et Servien étaient de notoriété publique à Münster. Ce n’était pas seulement des querelles de personnes, car elles étaient le reflet de conflits à l’intérieur de la cour et du gouvernement – d’Avaux était l’homme du parlement, servien un fidèle serviteur de Mazarin.

    Les négociations franco-espagnoles qui se poursuivaient par l’intermédiaire des médiateurs officiels – le nonce apostolique et l’ambassadeur vénitien – n’aboutirent à aucun résultat, pas plus que celles qui furent confiées aux représentants des Provinces-Unies. Elles achoppèrent en particulier sur la question lorraine.

    En revanche, les négociations des princes allemands avec l’empereur aboutirent le 21 avril aux principales dispositions qui constituèrent l’instrument de paix d’Osnabrück, mais c’est la cour qui contribua à la négociation du compromis entre catholiques, protestants et délégation impériale. C’est finalement le renforcement de l’alliance franco-suédoise et la victoire de Turenne à Zusmarshausen qui débloqua la situation au détriment de l’empereur Ferdinand III.

    En tout cas, il faut saluer avec ce volume la poursuite de la publication de la correspondance politique française et il convient de souhaiter que cette tâche méritoire arrive bientôt à son terme car l’ensemble de ces volumes rendra de grands services aux historiens français.

    1 Christiane Neerfeld (Bearb.), unter Mithilfe von Rita Bohlen und Michael Rohrschneider, Die französischen Korrespondenzen, Band 7: 1647–1648, 2010 (Acta Pacis Westphalicae. Serie II . Abt B).

    Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

    PSJ Metadata
    Jean Bérenger
    P. A. Heuser, Die französischen Korrespondenzen (Jean Bérenger)
    CC-BY-NC-ND 3.0
    Frühe Neuzeit (1500-1789)
    Frankreich und Monaco
    Politikgeschichte
    17. Jh.
    4018145-5 4146609-3 4180011-4 4065777-2
    1648
    Frankreich (4018145-5), Briefsammlung (4146609-3), Schriftverkehr (4180011-4), Westfälischer Friede (4065777-2)
    PDF document heuser_berenger.doc.pdf — PDF document, 95 KB
    P. A. Heuser, Die französischen Korrespondenzen (Jean Bérenger)
    In: Francia-Recensio 2012/2 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
    URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2012-2/FN/heuser_berenger
    Veröffentlicht am: 20.07.2012 13:55
    Zugriff vom: 19.09.2017 15:31
    abgelegt unter: