Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

A. Hausmann, Die kaiserlichen Korrespondenzen (Jean Bérenger)

Francia-Recensio 2012/1 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

Andreas Hausmann (Bearb.), Die kaiserlichen Korrespondenzen. 1647–1648, Münster (Aschendorff ) 2010, XCIII–464 S. (Acta Pacis Westphalicae. Serie II. Abt. A, 7), ISBN 978-3-402-05001-9, EUR 93,00.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Jean Bérenger, Paris

Le présent volume est le résultat de plusieurs collaborations, dont la coordination a été assurée par Andreas Hoffmann. Il a le mérite de reprendre une tâche interrompue depuis quelques années avec la publication en 1993 du tome 5 et du tome 4 en 2001 de la correspondance impériale. Il repose pour l’essentiel sur des documents des archives d’État de Vienne: il comporte 119 textes provenant du fonds » Friedensakten « de la chancellerie d’Empire (Reichskanzlei), tous rédigés en langue allemande. Il comprend essentiellement les instructions de Ferdinand III, les relations des délégués mais aussi la correspondance entre les principaux ministres de Vienne au sujet de la négociation. Cet ouvrage obéit aux règles habituelles d’édition de la collection et fournit en particulier une solide introduction d’une cinquantaine de pages et une abondante bibliographie.

Ce volume de la correspondance impériale correspond à la fin de l’année 1647 et aux six premières semaines de 1648. Il est dominé par les négociations d’Osnabrück, où, conformément aux vœux des princes protestants, l’empereur poursuit les négociations avec la Suède, alors que les négociations avec la délégation française à Münster sont au point mort depuis la signature des préliminaires de paix le 11 novembre 1647, sans que la question de la restitution de la Lorraine par la France à son duc Charles IV ait été réglée.

À Osnabrück, le point de départ des entretiens fut le mémorandum que Trautmannsdorff, Premier ministre de Ferdinand III, avait présenté à l’été 1647, mais ce document, dont les termes avaient été en partie contesté, fut l’objet de nouvelles négociations. Le point de départ fut l’instruction impériale rédigée le 6 décembre et reçue par la délégation impériale, composée du comte Lamberg, de Krane et d’Isaac Volmar, le jour de Noël 1647. Elle était la synthèse de sept mémoires différents.

Comme à ce moment la situation militaire était bonne pour les impériaux, puisque la Bavière avait repris la lutte à leurs côtés et que l’armée suédoise avait évacué la Bohême, l’instruction était assez dure. Elle stipulait que le jus reformandi pour les pays héréditaires n’était pas négociable, que l’empereur se le réservait à son seul profit, qu’il n’y aurait aucune restitution des biens confisqués par l’empereur dans les pays héréditaires, que les satisfactions territoriales pour les princes allemands demeuraient inchangées et que les indemnités pour l’armée suédoise ne seraient négociées qu’après la signature du traité de paix. Les Suédois insistèrent en revanche sur la restitution des biens confisqués et sur le libre exercice de la religion dans les pays héréditaires, tout en réclamant une solution rapide de la question des indemnités. Pour l’empereur la situation se compliqua rapidement du fait de la division croissante parmi les princes catholiques qui opposait les »maximalistes« peu disposés aux concessions importantes et les »principalistes« qui, autour des électeurs de Bavière et de Mayence, étaient prêts à céder aux exigence suédoises. Le nouvel archevêque Schönborn ne cachait pas son désir de conclure rapidement une paix de compromis. D’autre part, la cour de Vienne multiplia en vain les contacts avec les princes protestants, en particulier les électeurs de Saxe et de Brandebourg. C’est pourquoi les représentants des princes protestants et ceux des »principalistes« tinrent une conférence le 8 février 1648, qui aboutit à de nouvelles propositions destinées à relancer la négociation.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Jean Bérenger
A. Hausmann, Die kaiserlichen Korrespondenzen (Jean Bérenger)
CC-BY-NC-ND 3.0
Frühe Neuzeit (1500-1789)
Europa
Politikgeschichte
17. Jh.
4015701-5 4018145-5 118647989 118806262 118823795 118838598 4020517-4 4135952-5 4065777-2
1647-1648
Europa (4015701-5), Frankreich (4018145-5), Alexander VII., Papst (118647989), Franz Wilhelm Osnabrück, Bischof (118806262), Lamberg, Johann Maximilian von (118823795), Volmar, Isaak (118838598), Geschichte (4020517-4), Quelle (4135952-5), Westfälischer Friede (4065777-2)
PDF document hausmann_berenger.doc.pdf — PDF document, 95 KB
A. Hausmann, Die kaiserlichen Korrespondenzen (Jean Bérenger)
In: Francia-Recensio 2012/1 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-recensio/2012-1/FN/hausmann_berenger
Veröffentlicht am: 18.04.2012 15:05
Zugriff vom: 19.09.2017 15:31
abgelegt unter: