Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

J. Bérenger: Léopold Ier et Louis XIV

discussions 4 (2010)

Jean Bérenger

Léopold I er et Louis XIV

<1>

Il n 'est pas exagéré de qualifier l 'empereur Léopold I er (1658–1705) d 'adversaire résolu de la France et d 'ennemi personnel du Roi-Soleil. Les timides tentatives de rapprochement sont demeurées sans effet parce que la mésentente entre l 'empereur et Louis XIV reposait sur des rivalités d 'intérêts et des sentiments personnels. L 'hostilité, qui s 'est manifestée dès le début du règne de Léopold en 1657, s 'est prolongée jusqu 'à sa mort en 1705. Elle a débuté à propos de l 'élection impériale de 1658, s 'est poursuivie au sujet du mariage de Léopold et s 'est aggravée à cause de la politique agressive de la France aux Pays-Bas et en Rhénanie. La question de la succession d 'Espagne, qui est à l 'arrière-plan de la politique européenne durant la seconde moitié du XVII e siècle, représente avec la lutte contre l 'impérialisme français, une des raisons de la rivalité permanente entre l 'empereur Léopold I er et Louis XIV.

<2>

L 'élection impériale de 1658 fut la première occasion qui révéla la profonde rivalité qui opposait les deux souverains. La mort inattendue du jeune roi des Romains Ferdinand IV peu après son élection (1654) et la mort subite de l 'empereur Ferdinand III en mars 1657 posèrent une grave question. Le seul fils survivant de Ferdinand III était l 'archiduc Léopold Ignace, âgé de 17 ans. Bien qu 'il ait été élu roi de Hongrie en 1655 et couronné solennellement roi de Bohême en 1656, la succession dans l 'Empire n 'était pas préparée au printemps de 1657, de sorte que la situation était très dangereuse pour les Habsbourg de Vienne. L 'élection de Léopold I er fut une des crises les plus graves que la maison d 'Autriche eut à surmonter à l 'époque moderne. L 'élection impériale n 'était pas, comme on le croit souvent en France, une simple formalité, en particulier parce que l 'archiduc Léopold Ignace était considéré par plusieurs Électeurs comme un prince mineur 1 . L 'élection impériale était avant tout pour le cardinal Mazarin, qui depuis 1653 dirigeait à nouveau la politique étrangère de la France, une occasion inespérée de s 'immiscer dans les affaires du Saint-Empire. Elle lui a permis de livrer à Francfort une bataille diplomatique afin d 'entreprendre de sérieuses négociations de paix avec la monarchie d 'Espagne. Mazarin envoya dès l 'automne 1657 une ambassade extraordinaire, qui comprenait le duc de Gramont, son homme de confiance Hugues de Lionne et le jeune Charles Colbert, afin de se mêler des négociations électorales 2 . Elle était aussi pour les états de l 'Empire l 'occasion inespérée de confirmer les traités de Westphalie 3 .

<3>

Mazarin était convaincu que cette élection était l 'occasion de montrer à toute la chrétienté que la couronne impériale n 'était pas la propriété de la maison d 'Autriche, de sorte qu 'il s 'imagina à l 'automne 1657 que l 'on pouvait même présenter la candidature de Louis XIV. Cette question a déjà été débattue à plusieurs reprises, mais Klaus Malettke a trouvé des preuves dans la littérature de propagande que la France a répandue à cette occasion 4 . L 'élection impériale offrait la possibilité de séparer définitivement les deux branches de la maison d 'Autriche 5 , alors que Léopold subissait l 'influence espagnole. En effet, le »parti espagnol« de la cour de Vienne 6 , qui était dirigé par le prince Auersperg, était puissant au sein du Conseil privé, quoique le Premier ministre Portia ait affirmé une évidente autonomie par rapport aux intérêts de Madrid.

<4>

Le grand problème pour Mazarin était de trouver un candidat acceptable pour les Électeurs. Le cardinal pensa d 'abord proposer la couronne impériale à l 'Électeur de Bavière Ferdinand Marie, qui avait succédé en 1651 à son père Maximilien. On pressentit également un autre Wittelsbach, Philippe Guillaume de Palatinat-Neubourg. Il régnait à Düsseldorf et il entretenait à cette époque de bonnes relations avec la France. Il fut même un certain temps fiancé à la cousine de Louis XIV, la »Grande Mademoiselle« (Anne de Bourbon-Montpensier, fille de Gaston d 'Orléans). En juillet 1657 on avait même pensé solliciter la candidature de l 'archiduc Léopold Guillaume 7 , frère de Ferdinand III, mais le projet fut abandonné dès le mois de septembre, parce que l 'archiduc n 'avait aucune envie de ceindre la couronne de Charlemagne 8 . Destiné à l 'état ecclésiastique (il était évêque de Strasbourg), ce prince cultivé et maladif en avait assez des responsabilités politiques, après avoir été durant dix ans gouverneur général des Pays-Bas espagnols (1646–1656). Il souhaitait mener désormais une vie paisible à Vienne 9 . Les propositions de la délégation française aux autres Électeurs furent encore plus fraîchement accueillies. L 'Électeur de Saxe Jean Georges II était un Luthérien pieux, qui ne s 'intéressait pas à la grande politique et il était en outre un fidèle vassal de l 'empereur. Quoique l 'Électeur de Bavière Ferdinand Marie fût un prince francophile, il avait des conseillers et une mère dévoués aux Habsbourg, qui le découragèrent de tenter l 'aventure. Il estimait d 'ailleurs qu 'il n 'était ni assez riche ni assez puissant pour accepter la couronne impériale et pour gouverner convenablement le Saint-Empire. D 'autre part, la cour de Vienne acheta les suffrages des Électeurs de Mayence et de Trèves. L 'élection de 1658 a coûté fort cher au Trésor impérial, qui a demandé 250.000 florins rhénans de contribution extraordinaire aux états de Moravie et de Silésie 10 . En juin 1658, la Chambre des Comptes de Vienne ( Hofkammer ) a envoyé chaque semaine à Francfort des sommes considérables en espèces. Elle a reçu des pièces d 'or et d 'argent des villes minières de Haute-Hongrie et la cour d 'Espagne lui a versé des subsides.

<5>

Mazarin a vite compris que la propagande française en faveur d 'une candidature de Louis XIV était un échec et qu 'elle n 'influencerait pas les Électeurs, de sorte qu 'il a pris acte au printemps de 1658 de la candidature de l 'archiduc Léopold Ignace. Même si la candidature du Roi Très Chrétien ne trouva aucun écho favorable en Allemagne, la neutralité de l 'empereur dans le conflit franco-espagnol n 'en était pas moins préoccupante pour les états de l 'Empire, dans la mesure où la cour de Vienne ne respectait pas les dispositions prises dans l ' Instrumentum Pacis Caesareo-Suecicum Osnabrugense . Malgré ses promesses elle avait continué d 'apporter un soutien militaire à la monarchie d 'Espagne qui poursuivait la guerre avec la France. En 1656, par exemple, Ferdinand III avait permis aux Espagnols de faire des recrues sur le territoire de l 'Empire. C 'est pourquoi le Roi Très Chrétien souhaitait que le futur empereur s 'engage solennellement à ne plus intervenir directement ou indirectement dans les opérations militaires franco-espagnoles, que ce soit aux Pays-Bas ou en Italie du Nord. L 'Électeur palatin, les Électeurs de Mayence, de Cologne comme l 'Électeur de Brandebourg Frédéric-Guillaume soutenaient le point de vue français. Puisqu 'ils représentaient une majorité du collège électoral, ils exigèrent que cet engagement fût inscrit dans la capitulation électorale du 13 mai 1658 11 . L 'article 13 imposa au nouvel empereur de respecter les traités de 1648 et dans l 'article 14 il promit de ne se mêler en aucun cas de la guerre franco-espagnole aux Pays-Bas ou en Italie, l 'article 16 lui interdit même de recruter des soldats pour l 'Espagne dans ses Pays héréditaires. En d 'autres termes, il s 'agissait d 'une neutralisation complète de la Monarchie autrichienne. De telles mesures correspondaient aux désirs profonds de la diète électorale, dont les membres souhaitaient essentiellement la consolidation de la paix de Westphalie. Il faut noter que pour une fois la politique de Louis XIV était en parfaite harmonie avec les intérêts des princes allemands, qui condamnaient l 'alliance de la cour de Vienne avec la cour d 'Espagne. Dans sa relation de fin de mission, l 'ambassadeur vénitien Nani constatait qu 'aucune nation n 'était plus détestée par les princes d 'Empire que la nation espagnole. En dépit de l 'existence d 'un »parti espagnol« dans le gouvernement de Vienne, cette antipathie était partagée par les sujets de la Monarchie autrichienne. On souhaitait partout en Allemagne que les intérêts espagnols ne soient plus confondus avec les intérêts allemands et que l 'on mette fin à l 'union étroite entre les deux branches de la maison d 'Autriche 12 .

<6>

Pendant les fêtes du couronnement de Léopold à Francfort, la délégation française a négocié avec les princes allemands le traité fondateur de la Ligue du Rhin. Puisque Léopold I er avait été élu malgré les intrigues françaises, Mazarin a cherché à réduire l 'autorité impériale et à affaiblir la puissance des Habsbourg en augmentant l 'influence française en Allemagne. La capitulation électorale avait déjà renforcé certaines dispositions des traités de Westphalie, mais Mazarin a réuni dans une même alliance les princes allemands qui se méfiaient le plus de la maison d 'Autriche. La Ligue du Rhin, qui fut conclue pour dix ans, est probablement son chef d 'œuvre diplomatique. Cette alliance a pour un certain temps limité l 'autorité impériale en Allemagne occidentale. Après la guerre de Dévolution (1667–1668), l 'Électeur de Mayence a compris que la France menait en Rhénanie une politique d 'expansion et que la collaboration avec les Bourbons était aussi dangereuse pour les »libertés germaniques« qu 'un pouvoir impérial sans limites. Quoi qu 'il en soit, l 'agression française en 1672 contre la république des Provinces-Unies a clarifié la situation et montré que le meilleur défenseur du Saint-Empire demeurait l 'empereur Léopold.

<7>

Le mariage de Léopold I er a offert à Mazarin une autre occasion de contrecarrer les ambitions et les désirs du jeune souverain et le résultat fut d 'éloigner encore un peu plus les deux souverains. Dans la perspective de l 'union étroite des deux branches de la maison d 'Autriche, le mariage de l 'empereur avec une infante d 'Espagne était une nécessité. En 1658, la seule possibilité était pour Léopold le mariage avec l 'infante Marie-Thérèse, née en 1639, parce qu 'elle aurait pu lui donner immédiatement des enfants. Les négociations de paix entre Paris et Madrid ont cependant imposé une autre solution, parce que les fiançailles de Louis XIV avec l 'infante Marie-Thérèse étaient une des conditions essentielles de la paix des Pyrénées. Elles furent ressenties par la cour de Vienne comme une véritable catastrophe. Bien qu 'il y ait eu en 1646 des projets de mariage entre Marie-Thérèse et Louis XIV, il était convenu à l 'origine que l 'archiduchesse Maria Anna, fille de Ferdinand III, épouserait l 'infant Balthazar Carlos, fils unique de Philippe IV d 'Espagne, tandis que l 'infante Marie-Thérèse épouserait le roi des Romains Ferdinand IV 13 . Après la mort de Ferdinand IV, Léopold s 'imagina qu 'il épouserait sa cousine Marie-Thérèse. Au cours de l´année 1659, les négociations de paix franco-espagnoles ont cependant réduit à néant ses espoirs et Léopold s 'est senti trahi par la cour d 'Espagne. C 'est pourquoi il eut toute sa vie le sentiment désagréable que Louis XIV lui avait ravi sa fiancée. Dans cette perspective, la paix des Pyrénées fut perçue à Vienne comme une véritable trahison, parce que Philippe IV avait sacrifié sa fille aînée Marie-Thérèse à la réconciliation avec la France.

<8>

La cour de Madrid proposa à l 'empereur déçu la main de l 'infante Marguerite Thérèse. Elle était la fille puînée de Philippe IV, issue de son mariage avec l 'archiduchesse Maria Anna et par conséquent la nièce de Léopold. Il a dû toutefois attendre jusqu 'en 1666 pour épouser l 'infante Marguerite Thérèse. Il fallut vaincre au préalable la résistance de la cour d 'Espagne, qui prétextait en particulier la jeunesse de l 'infante 14 . Le parti espagnol à la cour de Vienne fut finalement plus fort que les sentiments personnels de l 'empereur et le Conseil privé céda aux exigences du gouvernement de Madrid, qui trouvait toujours de nouveaux arguments pour retarder le mariage de l 'infante Marguerite Thérèse 15 . Cette attitude était très dangereuse pour l 'avenir de la maison d 'Autriche, parce que Léopold avait besoin de s 'assurer rapidement une descendance en ligne masculine. En 1662, le souverain de 22 ans demeurait en effet le seul rejeton mâle de la branche allemande, parce que son oncle Léopold Guillaume venait de mourir et que son demi-frère était gravement malade 16 . L 'union de Léopold avec Marguerite Thérèse fut un mariage heureux, même si elle ne dura que sept ans, puisque l 'impératrice trépassa en décembre 1673. Le seul enfant survivant de ce premier mariage de Léopold fut l 'archiduchesse Maria Antonia 17 , la future électrice de Bavière.

<9>

L 'aide que la France apporta dans la lutte contre les Turcs aurait peut-être pu conduire à une réconciliation sincère entre Léopold et Louis XIV, mais elle n 'eut aucun résultat positif, parce que le Premier ministre autrichien, le prince Ferdinand Portia, était très réservé à l 'égard de la France. En fait la première guerre turque du règne de Léopold (1663–1664) a confirmé l 'hostilité de principe de la cour de Vienne vis-à-vis de la France. Bien que Louis XIV ait envoyé un corps d 'armée de 6.000 hommes, qui sous le commandement du comte de Coligny a contribué à la victoire des Impériaux à Saint-Gotthard, le prince Portia fit peu de cas de cette aide militaire, car à vrai dire elle le gênait plutôt. Léopold avait sollicité une aide financière de la part des états de l 'Empire, conformément à la tradition qui s 'était établie au cours du XVI e siècle 18 . Il se rendit à Ratisbonne en décembre 1663 et il apparut en personne à la diète d 'Empire 19 . Parce que les états de l 'Empire n 'avaient aucune confiance dans l 'administration financière de la cour de Vienne, ils décidèrent de fournir une aide militaire plutôt qu 'une contribution financière. Ils décidèrent même la formation de deux armées différentes: d 'une part, l 'armée traditionnelle des cercles, et d 'autre part l 'armée de la Ligue du Rhin, à laquelle appartenait le corps auxiliaire français du comte de Coligny. Les généraux nommés par la diète prêtèrent serment le 12 avril 1664.

<10>

Louis XIV avait mis des troupes à la disposition de la Ligue du Rhin 20 , parce qu 'il avait depuis deux ans modifié son attitude à l 'égard de la Sublime Porte. Comme Léopold, Portia et le Conseil privé n 'avaient aucune confiance en Louis XIV, ils pensaient que l 'aide française serait de courte durée. Ils n 'avaient pas plus confiance dans les états de l 'Empire. Ils ne considéraient pas cette coalition hétéroclite, même si elle était en partie financée avec des subsides pontificaux, comme une »coalition européenne« 21 . C 'est pourquoi ils ont préféré signer avec la Sublime Porte un traité de paix peu glorieux au lieu de poursuivre les hostilités dans la Grande plaine hongroise. Ainsi est née la paix de Vasvar, dix jours après la victoire chrétienne à Saint-Gotthard. L 'empereur renonçait aux forteresses de Großwardein (Oradea, en Roumanie) et de Neuhäusl (Nové Zamky, en Slovaquie), qui avaient été prises par le grand vizir Achmet Köprülü au début des hostilités. Les Turcs promirent en échange une trêve de vingt ans dans la Grande plaine. La principauté de Transylvanie demeurait vassale du sultan, qui en dépit de sa défaite militaire apparaissait comme le vainqueur du conflit. La noblesse hongroise perçut ce règlement diplomatique comme une offense et la rupture du contrat qui la liait aux Habsbourg. Elle songea désormais à se trouver un autre protecteur que le roi Habsbourg. Tel était le but de la conjuration des Magnats (1664–1671), qui en dépit des illusions de ses meneurs, les frères Zrinyi, n 'eut jamais vraiment le soutien de Louis XIV. Cette réserve française s 'explique en particulier par le rapprochement, éphémère il est vrai, entre Vienne et Versailles.

<11>

Après la mort de Philippe IV en 1665, une brève entente caractérisa en effet les relations de Léopold avec la France. Après la mort du Premier ministre Portia et du roi d 'Espagne, Léopold prit pleinement conscience de sa faiblesse sur la scène internationale. Après la bataille de Saint-Gotthard et la signature de la paix de Vasvar, il avait licencié la majorité de ses troupes pour réduire les dépenses publiques et assainir les finances de la monarchie. Il manquait d 'argent et de soldats pour entreprendre une guerre contre la France. Il n 'avait aucun allié car l 'Espagne qui n 'avait même pas encore mis fin à son long conflit avec le Portugal (1640–1668) était alors dans une situation critique. Les états de l 'Empire voulaient maintenir la paix à tout prix. C 'est pourquoi Léopold était suffisamment réaliste pour ne pas liquider à lui seul la succession d 'Espagne en cas de décès de Charles II, un enfant de santé fragile, alors qu 'il était le seul héritier mâle de la monarchie d 'Espagne et qu 'il reconstituerait alors à son profit l 'empire de Charles Quint. Louis XIV n 'a d 'ailleurs jamais revendiqué la totalité de l 'héritage espagnol mais quelques provinces – en gros celles qui avaient appartenu un jour à la couronne de France (le comté de Flandres et le royaume de Navarre). Le principe fut d 'abord repoussé par Léopold parce qu 'il était pénétré du principe selon lequel l 'extinction d 'une branche de la maison d 'Autriche entraînait automatiquement la réunification des branches allemandes et espagnoles. Son point de vue reposait sur la théorie de l 'unité et de l 'inséparabilité du patrimoine de la maison d 'Autriche, qui avait été affirmé dans l 'acte d 'abdication de Charles Quint en 1555. D 'ailleurs l 'impératrice Marguerite-Thérèse avait été constituée par son père légataire universelle de l 'héritage espagnol en cas de décès prématuré de son frère Charles II. Le fait que Léopold ait renoncé à appliquer le principe d 'unité des biens de la maison d 'Autriche ainsi qu 'aux dispositions du testament de 1665 de Philippe IV s 'explique par la faiblesse momentanée de la Monarchie autrichienne. Le traité de partage secret de la succession d 'Espagne qui fut signé le 19 janvier 1668 avec le résident français à Vienne, Grémonville n 'était qu 'une concession tactique de la part de Léopold, afin de sauver l 'essentiel sans faire une guerre qu 'il risquait de perdre. Cette politique réaliste fut défendue au sein de la conférence secrète 22 par le prince Lobkowitz qui était alors le principal ministre. Elle fut soutenue par les autres ministres de la conférence, le prince Schwarzenberg et le chancelier d 'Autriche Hocher, de sorte que le gouvernement de Vienne soutint cette politique de rapprochement malgré les efforts du »parti espagnol«.

<12>

Le rapprochement franco-autrichien fut de très courte durée. D 'une part l 'empereur ne voulait pas signer un traité d 'alliance avec la France, de sorte que les négociations menées de 1669 à 1671 par Grémonville et Lobkowitz ne furent pas suivies d 'effets, d 'autre part Louis XIV mena dès 1670 une politique agressive contre la Lorraine. Bien que le duc Charles IV de Lorraine ait signé en 1662 le traité de Montmartre, Louis XIV a fait occuper sans justification aucune la Lorraine ducale et sa capitale Nancy par le maréchal de Créqui. Léopold était fâché mais pas encore prêt à déclarer la guerre pour défendre les droits de son vassal. La rupture ne se produisit qu 'en 1673, un an après l 'agression française contre les Provinces-Unies. Pendant les trente années qui suivirent (1673–1705), on peut considérer les deux souverains comme des ennemis, même si les années 1680 furent en apparence un peu moins mouvementées. Léopold voulait défendre à la fois le Saint-Empire et la monarchie d 'Espagne, la paix de Nimègue de 1678/79 ne doit être considérée que comme un armistice dans cet interminable conflit.

<13>

Pour rendre cette situation encore plus dangereuse pour Léopold, la noblesse hongroise décida de rompre avec les Habsbourg et de chercher des soutiens partout en Europe, que ce soit en Pologne, en France, en Hollande, en Transylvanie, voire dans l 'Empire ottoman. La conjuration des Magnats aboutit en 1670 à une révolte ouverte contre l 'empereur, qui pour une fois réagit brutalement. Il fit occuper la Hongrie royale par les Impériaux, il encouragea les persécutions contre les protestants et suspendit la Constitution. Ces mesures ne furent pas acceptées par la noblesse hongroise qui en 1673 avec les soldats licenciés organisa l 'insurrection des Malcontents et chercha à nouveau des appuis extérieurs.

<14>

En 1673 les protestants hongrois avaient perdu le soutien hollandais, de sorte que l 'empereur mena une sévère répression. Le vice-chancelier d 'Empire Königsegg déclarait par exemple au résident suédois Esaias Pufendorf:

que l 'Empereur n 'avait point à tenir compte des interventions faites en faveur des protestants, dans la mesure où ceux qui travaillaient ainsi en faveur des protestants étaient ou bien des amis de l 'Empereur et attachés à ses intérêts et ils ne se laisseraient point troubler si l 'on ne faisait pas droit à leur demande, ou bien des adversaires de l 'Empereur et ils ne se laisseraient point désarmer, au cas où on ne leur ferait pas plaisir, bien pire ils en déduiraient faiblesse et inconstance de la part de l 'Empereur 23 .

Les Malcontents trouvèrent néanmoins un appui auprès du nouveau roi de Pologne Jean III Sobieski, et comme à l 'accoutumée, chez Louis XIV. Sobieski mit le château de Stryj (Galicie) à la disposition de Thököly qui y rencontra le marquis de Béthune, beau-frère de Sobieski et ambassadeur de France en Pologne. Il conclut en mai 1677 un traité d 'alliance entre Louis XIV et les Malcontents 24 . La France a par ce traité reconnu les Hongrois comme des partenaires et des alliés. L 'ambassadeur de France en Pologne a recruté 6.000 hommes en Pologne, qui ont été placés sous les ordres du comte d 'Orval, qui les fit conduire en Transylvanie. Ces recrues renforcèrent les 7.000 soldats hongrois, qui sous le commandement du brigadier général Boham attendaient les ordres de marche. Grâce au soutien militaire et financier de Louis XIV, Émeric Thököly a pu dès 1678 conquérir la majeure partie de la Haute-Hongrie. Il s 'empara même des villes minières (Kremnitz, Schemnitz et Neusohl), qui fournissaient à l 'empereur un peu d 'or, de l 'argent et du cuivre et lui permettaient de frapper des ducats d 'or et des thalers d 'argent 25 . Quoique Louis XIV ait cessé de soutenir officiellement les Malcontents après la ratification de la paix de Nimègue, il continua d 'envoyer des subsides à Thököly. En 1680, les rebelles étaient en état de former une principauté autonome en Haute-Hongrie, qui obtint le soutien officiel de la Transylvanie et de la Sublime Porte.

<15>

Le danger hongrois était devenu menaçant pour Léopold et le gouverneur de Vienne était désormais persuadé qu 'il fallait trouver une solution – il fallait au moins négocier un compromis avec les éléments modérés de la noblesse hongroise et peut-être même négocier avec les rebelles de l 'entourage de Thököly. Il était nécessaire d 'entrer en négociation avec les protestants hongrois comme avec les aristocrates catholiques, ce qui signifiait que la Constitution suspendue en 1671 devait être rétablie. La convocation d 'une diète s 'imposait, car elle était la solution la plus pratique pour élire un Palatin, nommer les membres d 'un gouvernement hongrois autonome à Presbourg et pour rétablir les libertés confessionnelles. La session de la diète qui siégea à Sopron de mai à décembre 1681 atteignit ces buts et détendit notablement la situation politique intérieure en Hongrie.

<16>

Le compromis entre la dynastie et les ordres était nécessaire étant donnée la situation internationale, à laquelle la cour de Vienne était confrontée. Après Nimègue, les rapports entre Vienne et Versailles se sont détériorés à cause de la politique des Réunions. Le principe des Réunions était simple même s 'il n 'était pas très juste et s 'il pouvait ouvrir la voie à des débordements: les territoires qui dépendaient des possessions cédées au roi de France par les traités de Münster et de Nimègue pouvaient être en exécution de ces traités rattachées au royaume comme fiefs dépendant des territoires annexés. Ces droits furent tellement étendus par les chambres de Réunion de Metz et de Brisach, que la Lorraine et une partie de la rive gauche du Rhin furent revendiquées comme fiefs de l 'évêché de Metz et souvent annexées par la France 26 . Les princes allemands, considérés comme vassaux de la couronne de France, n 'avaient qu 'à reconnaître la suzeraineté de Louis XIV et à accepter de lui prêter foi et hommage pour rester en possession des fiefs en question. Sinon le fief était mis sous séquestre et occupé militairement. Les Réunions représentaient une perte considérable pour le Saint-Empire et pour l 'empereur qui considéra la politique des Réunions comme inacceptable et la condamna sans appel. Louis XIV s 'appuyait sur la force des armes et sur la faiblesse des états de l 'Empire. C 'est pourquoi les Réunions ont considérablement aiguisé le conflit qui opposait Louis XIV et Léopold et ont failli provoquer immédiatement une guerre ouverte entre eux. Pour obliger Léopold à reconnaître les Réunions, qui concernaient aussi les Pays-Bas espagnols, Louis XIV a continué après 1679 à aider les Malcontents hongrois, de sorte qu 'Émeric Thököly est devenu en 1682 prince de Haute-Hongrie, vassal de la Sublime Porte.

<17>

Après la capitulation de Strasbourg, le 30 septembre 1681 27 , qui dans le Saint-Empire comme à Vienne fut ressentie comme une grave défaite, la conférence secrète décida d 'attendre les réactions des états de l 'Empire. La conférence était comme d 'habitude profondément divisée en deux camps et l 'empereur demeurait indécis.

Le public [viennois] compte sur la guerre, quelques ministres la souhaitent, d 'autres ne la souhaitent pas. M. de Lorraine, M. de Baden, l 'ambassadeur d 'Espagne et le comte Zinzendorf, grand maréchal, poussent l 'Empereur d 'un côté, M. de Schwartzenberg et M. Oker soutiennent la paix 28 .

Le Père Sinelli, qui à ce moment sous-estimait le danger turc, trouva à cet instant un appui dans le parti espagnol pour conseiller à l 'empereur de négocier à tout prix avec les Ottomans. Il était prêt à trouver un compromis avec les rebelles hongrois et restituer à la nation nobiliaire tous ses privilèges, y compris dans le domaine confessionnel. La longue et fructueuse session de la diète de Sopron était en partie son œuvre. Contrairement aux jésuites, ce capucin était persuadé que l 'emploi de la force était inutile pour résoudre les problèmes confessionnels. Après l 'échec de la politique de Contre-réforme qui avait été menée en Hongrie par la cour de Vienne depuis 1671, il était persuadé que la politique des jésuites et de l 'évêque Léopold Kollonich menait à la catastrophe, alors que les Malcontents demeuraient puissants et qu 'ils étaient prêts à conclure une alliance avec les Turcs. Le Père Sinelli était par ailleurs convaincu que l 'empereur devait mener une politique très ferme à l 'égard de la France: au cas où la cour de Vienne trouverait l 'apaisement du côté hongrois, l 'empereur devait se retourner contre Louis XIV et mettre fin à sa politique des Réunions. En cas de besoin, il pourrait faire la guerre à la France avec l 'aide des princes d 'Empire.

<18>

Le parti espagnol, dont le but était »de rallumer la guerre entre la France et l 'Empire«, était dirigé par l 'ambassadeur d 'Espagne à Vienne, le marquis de Borgomaneiro. La force de ce parti reposait sur les intérêts familiaux de Léopold, qui savait qu 'il hériterait un jour de la monarchie d 'Espagne en tant que légataire universel. C 'est pourquoi il jugeait inadmissible l 'agression française contre les Pays-Bas espagnols et tout particulièrement contre Luxembourg. Le parti allemand était prêt en revanche à négocier un compromis avec la France, à cause du danger croissant que représentaient les Turcs. Quoique le chancelier Hocher et le président du Conseil aulique d 'Empire Schwarzenberg aient condamné le principe des Réunions, ils étaient parfaitement conscients de la supériorité militaire de Louis XIV. En 1680, aucune puissance européenne n 'était capable de s 'opposer militairement aux conquêtes françaises. Louis XIV entretenait alors une armée permanente de 180.000 hommes. L 'empereur ne disposait que de 50.000 hommes au maximum, car il avait licencié de nombreux régiments après la paix de Nimègue. Les autres princes allemands avaient licencié leurs meilleures troupes pour des raisons financières 29 .

<19>

C 'est pourquoi Léopold découragé était prêt au printemps de 1682 à accepter la thèse du parti allemand. Il exprimait sa profonde déception auprès du résident français Sébeville parce que, selon lui, tous les peuples qu 'ils fussent Turcs, Bohêmes, Hongrois, Français ou Allemands d 'Empire avaient conspiré contre lui.

Qu 'il était malheureux de ce que tout s 'opposait à ses bonnes résolutions, que toutes les parties de l 'Empire qui le devaient reconnaître pour chef et concourir avec lui au bien public s 'en séparaient et agissaient chacun souverainement suivant leurs intérêts, qu 'il n 'y avait plus d 'ordre, de gouvernement observé ni de forme d 'Empire que pour s 'opposer aux desseins de l 'Empereur qui était attaqué de toutes parts ou sur le point de l 'être, que la France se préparait d 'un côté et les Turcs de l 'autre; que les Hongrois même ses sujets lui faisaient la guerre et donnaient lieu aux autres de la lui faire davantage, que les Bohémiens ne cherchaient aussi que l 'occasion de se soulever, étant tyrannisés par leurs seigneurs particuliers, enfin que tout conspirait contre lui 30 .

Léopold redoutait même que la dignité impériale échappât à la maison d 'Autriche, ce que confia au résident français Sébeville un conseiller de Léopold, le comte Mollart:

Mais qui nous assurera que dans la suite [Louis XIV] ne recommencera pas la guerre quand il aura pris toutes ses mesures pour faire élire Monseigneur le Dauphin Roy des Romains. Voilà, poursuivit-il, tout ce qui tourmente l 'esprit de l 'Empereur qui craint avec raison que le Roy ne trouble le dessein qu 'il a d 'assurer l 'Empire à l 'archiduc [Joseph]; sans cela je suis sûr qu 'ils seraient bientôt d 'accord 31 .

Le thème de la candidature française à la couronne impériale semblait toujours d 'actualité chez Léopold, même si elle semblait encore moins fondée qu 'en 1657. Lorsque le grand vizir rompit les négociations avec le résident impérial à Constantinople, ce fut une surprise pour Léopold qui avait cru pouvoir renouveler sans difficulté la paix de Vasvar. Il fut rapidement soutenu par le pape Innocent XI, quelques princes allemands et le roi de Pologne. Léopold reçut dès le printemps 1683 une aide financière du pape, qui lui permit d 'entretenir pendant trois ans 30 à 40.000 hommes 32 . Le roi de Pologne reçut également une aide du Saint-Siège, qui lui permit de faire rapidement des recrues. Sobieski promit de venir en Autriche le plus rapidement possible à la tête de 40.000 hommes. L 'Électeur de Bavière Max Emmanuel accepta d 'envoyer 8.000 hommes et dix canons. L 'Électeur de Saxe Jean Georges III envoya 10.000 hommes, la diète d 'Empire mobilisa les contingents de l 'armée des cercles, tandis que l 'Électeur de Brandebourg et Louis XIV restaient neutres.

<20>

Les événements sont bien connus. Le grand vizir Kara Mustapha se mit tôt en marche en Hongrie avec l 'armée principale et atteignit Vienne le 14 juillet 1683 sans rencontrer de résistance. La résidence impériale avait été évacuée en toute hâte. La stratégie des Impériaux reposait sur deux postulats: la capacité de résistance de la capitale autrichienne et l 'arrivée rapide d 'une armée de secours. Le commandant en chef des Impériaux avait économisé ses forces au début de l 'été et tout dépendait de l 'arrivée dans les temps des secours allemands et polonais. Au début de septembre, les défenseurs de Vienne étaient épuisés, les Turcs avaient déjà fait une brèche (dans la Burgbastei) et lancé plusieurs assauts qui avaient été repoussés au prix de lourdes pertes. L 'armée de secours commandée par le roi de Pologne et le duc de Lorraine arriva juste à temps, traversa la Forêt viennoise et délivra la place assiége après la célèbre bataille du Kahlenberg le 12 septembre 1683. Le grand vizir chercha le salut dans la fuite et perdit tous les trésors accumulés dans son camp.

<21>

Le second siège de Vienne par les Turcs 33 a bouleversé la situation géostratégique en Europe centrale. Ce fut le grand tournant dans le règne de Léopold, dans le domaine économique comme dans le domaine diplomatique 34 . La bataille du Kahlenberg représentait une défaite significative tant pour la Sublime Porte que pour son allié le Roi Très Chrétien, qui obtint néanmoins en août 1684 par la trêve de Ratisbonne, la reconnaissance provisoire des Réunions (pour vingt ans seulement) 35 . Les événements dans le contexte du second siège de Vienne par les Turcs ont contribué à renforcer l 'hostilité de l 'empereur à l 'égard du Roi-Soleil. Léopold accusa Louis XIV d 'avoir provoqué l 'attaque ottomane contre la résidence impériale et peut-être même de leur avoir fourni des ingénieurs militaires français qui auraient dirigé les opérations du siège. Cette affirmation est exagérée car il n 'y avait aucune assistance technique française dans le camp turc, puisque l 'ingénieur Dupont, souvent mis au pilori, était employé dans l 'armée polonaise. Il y eut certes des négociations diplomatiques à Constantinople qui ont facilité l 'attaque du grand vizir contre Vienne: l 'ambassadeur Guilleragues avait conseillé à Kara Mustafa Pacha d 'attaquer les Impériaux plutôt que les Polonais pendant la campagne de 1683, en utilisant l 'argument que Louis XIV aiderait militairement les Polonais, mais qu 'il ne ferait rien pour l 'empereur. Louis XIV donna l 'ordre après la victoire du Kahlenberg de féliciter chaleureusement Léopold pour sa victoire sur les Turcs. L 'empereur répondit »qu 'il ne désespérait pas qu 'il ne se pût trouver des conjonctures favorables à la Chrétienté qui pourraient donner à Votre Majesté d 'employer ses forces contre l 'ennemi commun« 36 . Cette invitation était sans conséquence puisque Louis XIV s 'est toujours refusé à participer à la Sainte Ligue. Il a au contraire fourni une aide mesurée aux Ottomans 37 .

<22>

Léopold abandonna la politique du »parti espagnol« sous la pression du Saint-Siège et de son représentant à la cour, le Père Marco d 'Aviano. Après quelques mois d 'hésitation, il se décida en 1684 à conclure une alliance avec Venise, la Pologne et quelques princes d 'Empire, la Sainte Ligue, qui entreprit la reconquête de la Hongrie par une armée chrétienne composée majoritairement de troupes impériales. La reprise de Bude en septembre 1686 avait pour l 'empereur une importance stratégique. La victoire indiscutable de Charles V de Lorraine, qui était alors commandant en chef de l 'armée chrétienne, fut considérée comme un événement aussi important que la victoire du Kahlenberg trois ans plus tôt. Elle fut saluée comme telle par l 'opinion. La frappe d 'une médaille commémorative 38 symbolisa la joie de la cour de Vienne et de l 'empereur. L 'opinion publique vénitienne s 'imaginait même, non sans illusion, que la guerre touchait à sa fin, parce que la victoire des Impériaux du 2 septembre 1686 obligerait la Porte à signer promptement un traité favorable à la Sainte Ligue. La victoire de Bude signifiait la fin de l 'occupation de la Grande plaine par les Turcs et allait mettre un terme à la domination ottomane en Transylvanie. Colbert de Croissy, le ministre des Affaires étrangères de Louis XIV, encouragea discrètement la Porte à poursuivre les hostilités en Hongrie, bien que pour des raisons religieuses le gouvernement français se refusât en 1686 à conclure une alliance formelle avec le Grand Turc. L 'Empire ottoman n 'était pas encore épuisé et la guerre de la Ligue d 'Augsbourg lui permettra d 'opposer encore pendant dix ans une résistance tenace en Hongrie. C 'est seulement à partir de 1695 que le sultan sera abandonné par la France et après la victoire du prince Eugène en 1697 à Zenta il se montra disposé à négocier à Karlowitz, où il reconnut les conquêtes impériales en Hongrie.

<23>

Les succès des Impériaux et de l 'armée de la Sainte Ligue ont renforcé considérablement la position de la maison d 'Autriche en Europe centrale. La reconquête de la Hongrie (1684–1699) a renforcé la puissance des Habsbourg, même si Léopold n 'a jamais pu s 'affirmer comme souverain absolu en Hongrie. La noblesse hongroise a, en dépit d 'importantes concessions à la diète de Presbourg de 1687, toujours défendu avec succès la Constitution et ses privilèges politiques. Les tentatives maladroites du cardinal Kollonich, d 'imposer la noblesse, d 'opprimer les paysans et de persécuter à nouveau les protestants ont conduit à une insurrection générale au début du XVIII e siècle. Les Habsbourg confirmèrent à la fin les libertés de la nation hongroise et la paix de Szatmar (1711) représente le premier compromis austro-hongrois. La situation diplomatique et militaire de Léopold s 'est tellement améliorée au cours des années 1680 que les Pays héréditaires n 'étaient plus menacés par les Turcs. L 'empereur était désormais capable de mener une guerre sur deux fronts lorsque les hostilités recommencèrent en Rhénanie. La guerre a recommencé en 1688 en Rhénanie avec une intervention agressive et limitée de la France (cette fois-ci contre la forteresse de Philipsbourg) qui a rapidement dégénéré en guerre européenne. Même si l 'outil militaire forgé par Le Tellier et Louvois permit à la France de lutter victorieusement contre une puissante coalition, l 'illusion d 'une guerre courte fut bientôt dissipée. L 'armée française qui comptait alors 300.000 hommes combattit sur plusieurs théâtres d 'opérations sans remporter de succès décisifs – que ce soit aux Pays-Bas, en Rhénanie, en Italie septentrionale, en Espagne ou en Irlande. Dès 1691, après la bataille de La Boyne en Irlande, il était clair que la restauration des Stuarts en Grande-Bretagne par une campagne militaire victorieuse était dorénavant exclue. Après la bataille navale de La Hougue, la flotte de ligne de la France n 'était plus capable de protéger un débarquement en Angleterre. La poursuite des hostilités reposait sur une stratégie défensive et à partir de 1693 chaque camp était persuadé que des sièges aux Pays-Bas n 'apporteraient jamais une victoire décisive 39 . Les alliés ont compris qu 'il leur était impossible d 'envahir la France; quelques attaques des vaisseaux anglais contre Brest, Saint-Malo ou Dieppe avaient plus une valeur psychologique qu 'une importance stratégique.

<24>

La guerre de la Ligue d 'Augsbourg mena finalement aux négociations de paix de Ryswick, qui étaient dominées par un esprit de compromis chez les participants 40 . Pour bien marquer les dispositions du Roi-Soleil à faire des concessions, il ne faut pas oublier les nombreuses difficultés économiques ou militaires qu 'a connues le royaume dans les années 1690. La grave crise économique des années 1693–1694 eut, comme l 'a jadis montré Pierre Goubert 41 , des conséquences négatives aussi bien sur la richesse que sur le développement démographique du royaume. La nouvelle orientation de la politique étrangère de la France s 'explique aussi par les transformations du ministère après la mort de Louvois comme par le retour au premier plan des préoccupations de la question de la succession espagnole. On attendait maintenant la mort du roi Charles II qui, malgré deux mariages successifs, n 'avait pas d 'enfant.

<25>

Si la question semblait réglée dès 1668 avec le premier traité de partage 42 , la situation avait tellement évolué en faveur de l 'empereur, puisqu 'il eut deux fils de son troisième mariage avec Éléonore de Palatinat-Neubourg. Le second fils, l 'archiduc Charles, né en 1685, fut très tôt considéré comme le successeur de Charles II et il fut éduqué dans cette perspective. Dans les années 1690 seule la survie de Charles II posait problème à la cour de Vienne, parce que selon la loi interne de la maison d 'Autriche, l 'héritage de Charles Quint était inséparable et si une branche venait à s 'éteindre, l 'autre héritait automatiquement de la totalité du patrimoine. Aucune autre maison souveraine n 'avait le moindre droit à recueillir une partie du patrimoine des Habsbourg. Il n 'était nulle question de dédommagement ou de compensation et seule la faiblesse momentanée de la maison d 'Autriche avait justifié la conclusion du traité Grémonville en 1668. C 'était une exception et une concession tactique de la part de Léopold, afin de sauver l 'essentiel sans faire une guerre perdue d 'avance. Vingt ans plus tard Léopold était devenu un souverain relativement puissant grâce à la reconquête de la Hongrie, grâce aussi à l 'alliance avec les Puissances maritimes et à la bonne entente avec Guillaume III d 'Orange.

<26>

Tout espoir de réaliser les clauses du traité de 1668 était vain et Louis XIV devait trouver une autre solution s 'il voulait obtenir au moins un dédommagement pour un fils de la reine Marie-Thérèse, décédée en 1683. Toute revendication territoriale conduirait à une guerre avec l 'Espagne et avec Léopold. Guillaume d 'Orange n 'était pourtant pas prêt à favoriser exagérément son allié viennois. Seules des négociations secrètes avant le décès du roi d 'Espagne pouvaient sauver l 'équilibre européen et la paix sur le continent. Léopold avait un descendant direct, qui faisait un bon candidat au trône d 'Espagne, à savoir son petit-fils Ferdinand, le prince électoral de Bavière. Il était le fils de l 'archiduchesse Maria Antonia, fille unique du premier mariage de Léopold avec l 'infante Marguerite Thérèse; elle avait épousé en 1682 Max Emmanuel de Bavière. Le dernier testament de Philippe IV avait institué au cas où son fils Charles mourrait sans héritier, sa fille Marguerite Thérèse comme héritière universelle de la monarchie d 'Espagne. Dans tous les cas, sa fille aînée Marie-Thérèse était exclue de la succession à cause de son mariage avec Louis XIV. Malgré sa puissance croissante, Léopold ne pouvait entreprendre une guerre de longue durée contre la France sans l 'appui des Puissances maritimes, c 'est-à-dire sans le soutien de Guillaume III d 'Orange qui dirigeait alors la politique étrangère de la Grande-Bretagne et des Provinces-Unies, avec lequel Louis XIV aurait préféré trouver un compromis, afin d 'éviter la guerre.

<27>

Les Anglais tenaient ferme au maintien de l 'équilibre européen ( balance of power ) et pour cette raison ne voulaient avantager ni les Bourbons ni les Habsbourg. Geoffrey Symcox l 'avait constaté dans sa contribution au volume dirigé par Ragnhild Hatton sur Louis XIV and Europe 43 :

The growing power of the Emperor, backed by several of the German princes, was identified as the principal threat, and some thought was given to the possibility of a permanent settlement with the Emperor, which would allow Louis to retain, what he had already acquired. But this aim was not pursued with great energy; the threat was still considered distant 44 .

Charles II d 'Espagne s 'en tenait à la thèse que le testament de son père Philippe IV demeurait la seule base juridique pour le règlement de la succession d 'Espagne et qu 'en conséquence un rejeton de sa sœur Marguerite Thérèse, en l 'espèce le prince électoral de Bavière Ferdinand, était l 'héritier universel de la monarchie d 'Espagne. Louis XIV était aussi prêt à approuver cette solution acceptable pour la branche allemande de la maison d 'Autriche. C 'est pourquoi il envoya à Londres le maréchal de Tallard, peu de temps après la ratification du traité de Ryswick, afin de négocier un compromis avec Guillaume d 'Orange; en conséquence il reconnaissait les droits du prince électoral de Bavière et il excluait l 'archiduc Charles de la succession. Le résultat de ce compromis entre la France et les Puissances maritimes fut en 1698 le second traité de partage, qui instituait contrairement aux intentions de Léopold, le petit Ferdinand de Bavière héritier universel de la monarchie d 'Espagne. La mort subite de ce dernier anéantit les plans des puissances occidentales et donna à l 'archiduc Charles des chances accrues de monter un jour sur le trône madrilène.

<28>

Le point de vue de Léopold était tout à fait hostile à ces combinaisons et il l 'exprima sans ambiguïté devant la conférence secrète le 12 septembre 1703, avant le départ de l 'archiduc Charles (le futur Charles VI) pour l 'Espagne:

La succession de la monarchie d 'Espagne, qui a été ouverte par le décès du feu roi Charles II d 'Espagne revenait à la maison d 'Autriche en vertu de ses droits, des traités et des renonciations solennelles. Parce que le seul héritier du point de vue légal aurait du mal à gouverner ses possessions espagnoles avec ses autres royaumes, il avait décidé d 'attribuer son héritage au roi des Romains en qualité de fils aîné, mais parce que ce dernier avait beaucoup hésité à accepter cet héritage, il avait décidé de l 'attribuer à son second fils l 'archiduc Charles sous certaines conditions et réserves comparables à celles formulées jadis par son ancêtre Charles Quint et de déclarer l 'archiduc Charles, pleno jure & titulo roi légitme de tous les royaumes espagnols 45 .

Si ce plan était raisonnable du point de vue de la maison d 'Autriche, il tenait compte du sentiment national espagnol, du nouveau concept d '»équilibre européen« mais il faisait bon marché des revendications des Bourbons sur l 'héritage espagnol. En effet, si avec cette théorie les Bourbons étaient privés de l 'héritage espagnol, tout partage de la monarchie d 'Espagne était évité et elle montre bien que l 'interprétation de l 'historien français Mignet, qui considérait ce problème comme la question essentielle de la diplomatie européenne du XVII e siècle, n 'était pas dénuée de fondement 46 . La signification essentielle qu 'avait la succession d 'Espagne pour les cours européennes du Grand siècle a été réaffirmée 80 ans plus tard par un autre historien, Ernest Lavisse:

La succession d 'Espagne, qui nous paraît aujourd 'hui une chimère, était dans l 'esprit de l 'ancienne politique et pour les contemporains un sujet constant d 'inquiétude 47 .

Malgré la renonciation d 'Anne d 'Autriche en 1616 à tous ses droits sur la succession espagnole et malgré la renonciation bien connue de l 'infante Marie-Thérèse en 1659, lors de son mariage avec Louis XIV, celui-ci n 'avait pas tardé à élever des prétentions au nom de la reine sur les Pays-Bas espagnols, ce qui conduisit finalement à la signature de trois traités de partage en 1668, 1699 et 1700. Dans le premier cas le traité fut signé avec l 'héritier universel potentiel, Léopold I er , dans les deux autres cas Louis XIV a négocié avec son autre ennemi Guillaume III d 'Orange, qui a traité sans l 'accord de Léopold. Dans les trois cas on voulait prendre en compte les intérêts des Bourbons et sauver la paix en Europe. L 'analyse de Léopold qui était fondée en 1668 était obsolète en 1700 après la reconquête de la Hongrie et la percée des Puissances maritimes sur l 'échiquier européen 48 .

<29>

Bien que Léopold fût de tempérament pacifique, il déclara la guerre en 1701 avec bonne conscience, afin de défendre les droits de la maison d 'Autriche. Il se sentait en droit de ressusciter en sa personne la monarchie de Charles Quint et c 'est par pure générosité qu 'il renonça à la monarchie d 'Espagne et qu 'il transféra ses droits à son second fils l 'archiduc Charles et à ses éventuels descendants. Mais ce point de vue de Léopold, basé sur la loi interne de la maison d 'Autriche, était-il réaliste? En d 'autres termes: est-ce que Léopold disposait déjà des moyens financiers et militaires pour défendre seul son héritage et empêcher un partage de la monarchie d 'Espagne?

<30>

Le traité de La Haye que Guillaume III d 'Orange proposa en septembre 1701 était un compromis raisonnable. Philippe V resterait roi d 'Espagne tandis que Léopold conserverait les Pays-Bas et les domaines italiens. Les monarchies de France et d 'Espagne demeureraient complètement séparées. Proposé par les Puissances maritimes, le traité fut perçu comme un échec par Louis XIV comme par Léopold. En effet, ni l 'un ni l 'autre n 'étaient disposés à accepter un partage de la succession espagnole ni même à consentir à la renonciation de Philippe V à ses droits à l 'éventuelle succession au trône de France. Malheureusement, ce compromis ne fut accepté qu 'après une longue guerre, en 1713 par la France à Utrecht et un an plus tard, en 1714, par l 'empereur Charles VI à Rastatt.

<31>

Il convient de rappeler en conclusion que pour des raisons corporelles, religieuses et psychologiques, Léopold I er n 'était pas un guerrier et l 'idéologie baroque du roi de guerre lui était totalement étrangère:

Il est vrai qu 'il n 'a jamais fait la guerre en personne, il n 'est jamais allé au combat, mais il est vrai aussi qu 'on n 'a jamais voulu le laisser aller à la guerre, parce que d 'une part on exigeait la conservation de la Maison d 'Autriche et que d 'autre part il eût été dommageable pour certains qu 'il connût l 'art de la guerre 49 .

Il n 'a jamais commandé son armée. En cela il se distingue de Guillaume d 'Orange, de Louis XIV ou de Jean III Sobieski, quoique l 'empereur ait été en théorie le commandant en chef de ses armées. Il se faisait remplacer par un lieutenant général puisque la Généralissime des Impériaux était la Vierge Marie. Le lieutenant général était souvent un prince d 'Empire comme le margrave Louis de Bade ou même un prince électeur comme Max Emmanuel de Bavière. Il pouvait même être un parent de l 'empereur comme Charles V de Lorraine, beau-frère de Léopold, ou bien son gendre comme Max Emmanuel de Bavière. Montecuccoli, descendant d 'une famille aristocratique italienne, demeurait une exception.

<32>

Par deux fois en 1673 à Eger et en 1683 à Kittsee, il a passé en revue une armée de 30.000 hommes avant le début de la campagne. Il aurait volontiers pris la tête de son armée contre les Turcs en 1664 50 comme en 1683, mais en septembre 1683 le roi de Pologne Jean Sobieski aurait été humilié, s 'il n 'avait pas commandé lui-même l 'armée de secours qui venait délivrer Vienne. C 'est pourquoi Léopold a renoncé à sa prérogative, de sorte qu 'il était à Vienne le 1 er août 1664 pendant la bataille de Saint-Gotthard 51 du même jour, et il attendait à Sankt Pölten pendant la bataille du Kahlenberg le 12 septembre 1683. Comme Saint-Simon l 'affirmait à juste titre, l 'empereur avait à son service des généraux fort capables comme Montecuccoli, Charles de Lorraine ou le prince Eugène de Savoie, et il était suffisamment intelligent pour ne pas les troubler avec des instructions inadaptées et comminatoires. Il n 'était certes ni un »roi de gloire« 52 , ni un roi soleil comme son beau-frère et ennemi Louis XIV. L 'idéologie du Sol Invictus avait pour lui une toute autre signification, car c 'était dans le sens de la Pietas austriaca la manifestation de la supériorité de la maison d 'Autriche sur toutes les autres dynasties grâce à sa piété et à son sens de la justice.

<33>

Comme Ragnhild Hatton l 'a montré naguère 53 et comme Christophe Kampmann l 'a récemment illustré dans un colloque tenu à Marbourg/Lahn 54 , Léopold I er était avec Louis XIV et Guillaume d 'Orange un des trois hommes d 'État qui ont profondément influencé le destin de l 'Europe à la fin du XVII e siècle et il demeure le fondateur de la puissance autrichienne pour les deux siècles qui ont suivi 55 .

Auteur:

Jean Bérenger
Université de Paris IV–Sorbonne
jean.berenger@club-internet.fr

1 Certains Électeurs considéraient que l 'archiduc n 'avait pas atteint sa majorité, qui était de 18 ans, et ne pouvait être candidat à l 'Empire.

2 Charles Colbert, marquis de Croissy était le frère cadet du grand Colbert. Il dirigea la diplomatie française de 1679 à sa mort en 1696. Jean Bérenger, Charles Colbert, marquis de Croissy, dans: Roland Mousnier (dir.), Le Conseil du roi, de Louis XII à la Révolution, Paris 1970, p. 153–174.

3 Rapport du nonce apostolique, Prague, 12 septembre 1657, Nuntiaturberichte vom Kaiserhofe Leopolds I. (1657, Februar bis 1669, Dezember), éd. par Arthur Levinson, dans: Archiv für Österreichische Geschichte (ensuite AÖG) 103 (1913), p. 547–841, ici p. 625.

4 Klaus Malettke, Les relations entre la France et le Saint Empire au XVII e siècle, Paris 2001 (Bibliothèque d 'histoire moderne et contemporaine, 5), p. 218–233.

5 Mazarin au duc de Gramont, La Fère, 29 juillet 1657, Archives des Affaires étrangères (AAE) Paris, Correspondance Politique (CP) Allemagne, vol. 136.

6 Le Conseil privé de l 'empereur était divisé entre un parti espagnol et un parti allemand. Jean Bérenger, La cour impériale de Léopold I er . Partis, clans & clientèles, dans: Klaus Malettke, Chantal Grell (dir.), Hofgesellschaft und Höflinge an europäischen Fürstenhöfen in der Frühen Neuzeit, Marbourg 2001, p. 257–270.

7 Rapport du nonce Caraffa, Vienne, 26 juillet 1657, Nuntiaturberichte, AÖG (voir n. 3), p. 601.

8 Rapport du nonce, Prague, 22 août 1657, Nuntiaturberichte, AÖG (voir n. 3), p. 619.

9 Rapport du nonce, Prague, 5 septembre 1657, Nuntiaturberichte, AÖG (voir n. 3), p. 623-624.

10 Rapport du nonce Caraffa, Vienne, 22 juin 1658, Nuntiaturberichte, AÖG (voir n. 3), p. 647.

11 Theatrum Europaeum, tome VIII, Francfort/M. 1664, p. 436–453.

12 Relation finale de 1658 de l 'ambassadeur Giovanni Battista Nani au Sénat de Venise, dans: Joseph Fiedler (éd.), Relationen der Botschafter Venedigs über Deutschland und Österreich im siebzehnten Jahrhundert, vol. II: K. Leopold I., Vienne 1867 (Fontes Rerum Austriacarum, II e série, 27), p. 1–29.

13 Pour la généalogie des Habsbourg, voir Jean Bérenger, Histoire de l 'empire des Habsbourg, 1273–1918, Paris 1990, p. 394.

14 Alfred Francis Pribram, Die Heirat Kaiser Leopold I. mit Margaretha Theresia von Spanien, dans: AÖG 77 (1891), p. 319–375.

15 Alfred Francis Pribram, Franz Paul von Lisola und die Politik seiner Zeit, Leipzig 1894, p. 268–270.

16 Pribram, Franz Paul von Lisola (voir n.15), p. 268–270.

17 L 'archiduchesse Maria-Antonia-Josepha, née le 18 janvier 1669, épousa en 1685 l 'Électeur Max Emmanuel de Bavière et mourut en 1694, à l 'âge de 25 ans.

18 Certains mois romains ( Römermonate ) étaient destinés expressément à la guerre contre le Turc, Peter Rauscher, Zwischen Ständen und Gläubigern. Die kaiserlichen Finanzen unter Ferdinand I. und Maximilian II. (1556–1576), Vienne 2004 (Publications de l 'Institut für Österreichische Geschichtsforschung, 41).

19 Anton Schindling, Die Anfänge des Immerwährenden Reichstags zu Regensburg, Mayence 1991, p. 107–112.

20 Bertrand Auerbach, La France et le Saint Empire Romain Germanique depuis la paix de Westphalie jusqu 'à la Révolution Française, Paris 1912, p. 94–101; Malettke, Les relations entre la France et le Saint-Empire (voir n. 4), p. 230–274.

21 Georg Wagner, Das Türkenjahr 1664. Eine europäische Bewährung, Eisenstadt 2 1964.

22 Après la mort de Portia (1665) la politique étrangère de Léopold fut dirigée par la conférence secrète, qui comprenait quatre ou cinq conseillers d 'État. Jean Bérenger, La conférence secrète de l 'empereur Léopold I er , dans: Il Pensiero Politico XIII/2 (1980), p. 233–239.

23 Esaias Pufendorf, Bericht über den Wiener Hof 1674, Leipzig 1864, p. 52.

24 Jean Bérenger, Le royaume de France et les Malcontents de Hongrie. Contribution à l 'étude des relations entre Louis XIV et Imre Thököly, dans: Revue d 'Histoire diplomatique 3 (1973), p. 1–43.

25 Alfred Francis Pribram, Rudolf Geyer, Geschichte der Löhne und Preise in Österreich, Vienne 1938, p. 46.

26 Marie-Odile Piquet-Marchel, La chambre de réunion de Metz, Paris 1966; François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris 1989, article »Réunions«, p. 1330–1332.

27 Dépêche de l 'ambassadeur Contarini au Sénat de Venise en date du 12 octobre 1681, Archivio di Stato di Venezia (ASV), Senato, Segreta, Dispacci da Germania , filza 155.

28 Dépêche de Sébeville à Louis XIV, Vienne, 15 janvier 1682, AAE, CP, Autriche, vol. 53, fol. 29.

29 Jean Bérenger, Ludwig XIV. und Frankreichs Streben nach der Vormachtstellung in Europa, dans: Robert Waissenberger (dir.), Die Türken vor Wien 1683, Vienne, Salzbourg 1982, p. 37–46.

30 Dépêche de Sébeville, Vienne, 24 avril 1682, AAE, CP, Autriche, vol. 53, fol. 138–139.

31 Dépêche de Sébeville au roi, Sopron, 13 novembre 1681, AAE, CP, Autriche, vol. 50, fol. 352.

32 Au total deux millions de livres tournois. Dépêche de Sébeville au roi, Vienne, 21 mars 1683, AAE, CP, Autriche, vol. 55, fol. 113.

33 L 'historiographie autrichienne, qui parle toujours du second siège, fait référence au premier siège de Vienne par Soliman le Magnifique, en 1529.

34 Cf. Jean Bérenger, L 'empereur Léopold I er (1640–1705), fondateur de la puissance autrichienne, Paris 2004.

35 Il s 'agissait de la possession de Lauterbourg, Germersheim, de la principauté de Montbéliard, de la Sarre, de Deux-Ponts et du comté de Vedenz. Pour le reste, la ville de Strasbourg demeurait sous protectorat français. La forteresse espagnole de Luxembourg avait été annexée par la France en 1684. André Corvisier, La France de Louis XIV. Ordre intérieur et place en Europe, Paris 1994, p. 313; Camille Rousset, Histoire de Louvois et de son administration, 4 vol., Paris 1863–1865; Louis André, Michel Le Tellier et Louvois, Paris 1943; ainsi que André Corvisier, Louvois, Paris 1983.

36 36 Dépêche de Sébeville, 25 septembre 1683, AAE, CP, Autriche, vol. 55, fol. 331.

37 Jean Bérenger, La politique ottomane de la France dans les années 1680, dans: Rainer Babel (dir.), Frankreich im europäischen Staatensystem der frühen Neuzeit, Sigmaringen 1995 (Beihefte der Francia, 35), p. 87–107.

38 BUDa seXto IneXpUgnabILIs, septIMO fIt CaesarIs (Bude six fois assiégée, reprise la septième fois par l 'empereur).

39 Anne Blanchard, Vauban, Paris 1996, p. 353–358.

40 Jean Bérenger, Die Politik Frankreichs bei den Rijswijker Verhandlungen, dans: Heinz Duchhardt (dir.), Der Friede von Rijswijk 1697, Mayence 1998, p. 93–113.

41 Pierre Goubert, Louis XIV et vingt millions de Français, Paris 1967; et surtout: Beauvais et le Beauvaisis, 2 vol., Paris 1959.

42 Jean Bérenger, An attempted rapprochment between France and the Emperor, dans: Ragnhild Hatton (dir.), Louis XIV and Europe, Londres 1976, p. 133–152.

43 Hatton (dir.), Louis XIV and Europe (voir n. 42).

44 Geoffrey Symcox, Louis XIV and the Outbreak of the Nine Years ' War, dans: Hatton (dir.), Louis XIV and Europe (voir n. 42), p. 179–212.

45 Eucharius Gottlieb Rink, Leopolds des Großen, Römischen Käysers, wunderwürdiges Leben und Thaten, 2 tomes, Leipzig 1708, tome 2, p. 1035–1036.

46 François-Auguste Mignet, Négociations relatives à la succession d 'Espagne sous Louis XIV ou Correspondances, mémoires, et actes diplomatiques concernant les prétentions et l 'avènement de la maison de Bourbon au trône d 'Espagne. Accompagnés d 'un texte historique et précédés d 'une introduction, 4 vol., Paris 1835–1842.

47 Ernest Lavisse, Vue générale de l 'histoire politique de l 'Europe, Paris 1927, p. 144.

48 Jean Bérenger, Finances et absolutisme autrichien dans la seconde moitié du XVII e siècle, Paris 1975.

49 Rink, Leopolds des Großen Leben (voir n. 45), tome 1, p. 87.

50 Dépêche de l 'ambassadeur Sagredo au Sénat, Linz, 4 décembre 1663, ASV, Senato, Segreta, Dispacci da Germania , filza 123.

51 Ferenc Toth, La bataille de Saint-Gotthard (1 er août 1664), Limoges 2007.

52 Jean-Pierre Labatut, Louis XIV roi de gloire, Paris 1981.

53 Hatton (dir.), Louis XIV and Europe (voir n. 42).

54 Christoph Kampmann, Katharina Krause, Eva-Bettina Krems et al. (dir.), Bourbon – Habsburg – Oranien. Konkurrierende Modelle im dynastischen Europa um 1700 , Cologne, Weimar, Vienne 2008.

55 Cf. Bérenger, Léopold I er (voir n. 34).

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

PSJ Metadata
Jean Bérenger
Léopold Ier et Louis XIV
CC-BY-NC-ND 3.0
Frühe Neuzeit (1500-1789)
succession d’Espagne élection impériale maison d’Autriche
PDF document berenger_leopold.doc.pdf — PDF document, 288 KB
J. Bérenger: Léopold Ier et Louis XIV
In: Assecuratio Pacis. Französische Konzeptionen von Friedenssicherung und Friedensgarantie, 1648–1815 (Beiträge zum Studientag, Deutsches Historisches Institut Paris, 16. Mai 2008 / Actes de la journée d’études, Institut historique allemand, 16 mai 2008), hrsg. von / publiés sous la direction de Guido Braun, unter Mitarbeit von / avec le concours de Stefanie Buchenau (discussions, 4)
URL: http://www.perspectivia.net/publikationen/discussions/4-2010/berenger_leopold
Veröffentlicht am: 22.04.2010 18:40
Zugriff vom: 21.09.2017 12:39
abgelegt unter: