You are here: Home content Publikationen Francia-Online Francia-Recensio 2011-4 Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815) J. Corkery, T. Worcester, The Papacy since 1500 (Benoît Schmitz)
Personal tools
Navigation
 

J. Corkery, T. Worcester, The Papacy since 1500 (Benoît Schmitz)

— filed under:
James Corkery, Thomas Worcester (ed.), The Papacy since 1500. From Italian Prince to Universal Pastor

Francia-Recensio 2011/4 Frühe Neuzeit – Revolution – Empire (1500–1815)

James Corkery, Thomas Worcester (ed.), The Papacy since 1500. From Italian Prince to Universal Pastor, Cambridge (Cambridge University Press) 2010, 296 p., ISBN 978-0-521-50987-9, EUR 72,20.

rezensiert von/compte rendu rédigé par

Benoît Schmitz, Rome

Les douze contributions réunies dans ce volume offrent une histoire de la fonction pontificale du début du XVIe siècle à nos jours. D’emblée, il faut dire que l’on n’a pas affaire à un recueil disparate, mais à un ouvrage collectif bien pensé et bien articulé. La cohérence du livre doit beaucoup aux deux éditeurs scientifiques, un théologien, James Corkery, et un historien, Thomas Worcester, qui se sont astreints à définir précisément leur projet dans l’introduction et à en dresser le bilan dans la conclusion. L’accent est mis sur les principaux rôles du pape, ceux de prince et de pasteur, ainsi que, dans une moindre mesure, sur celui de patron des arts. Le sens de l’évolution au cours des époques moderne et contemporaine est nettement défini: l’office pontifical tend à se confondre principalement, sinon exclusivement, avec sa mission pastorale. Le constat est certes assez banal; mais une hypothèse de départ donne toute sa fécondité à cette enquête collective: pour expliquer cette transformation, il faut s’intéresser davantage aux facteurs et aux conditions externes qu’à la personnalité des différents papes, à leur vision de la charge de Pierre et à leur programme de gouvernement. Les différents articles s’attachent de ce fait tout particulièrement à la question de la réception: le problème est moins de savoir ce que les pontifes ont fait ou ont voulu faire que de cerner comment ils ont été perçus et comment la critique, l’approbation et, plus généralement, les attentes extérieures ont contribué à façonner l’histoire de la papauté.

Ce choix méthodologique restitue à celle-ci toute sa complexité: l’évolution n’est ni linéaire ni le simple fruit de la volonté des papes. Le cadre d’ensemble fixé par les éditeurs scientifiques et respecté par les auteurs est suffisamment souple pour ne pas interdire la nécessaire diversité des approches et des thèmes et pour permettre des mises au point qui se limitent à quelques moments-clefs. Une double lecture est donc possible, selon que l’on privilégie le fil problématique fermement tenu tout au long de l’ouvrage ou ce qu’apporte chaque contribution à l’historiographie dans laquelle elle s’insère plus particulièrement. Je me bornerai ici à présenter les principales conclusions de ces articles, avant de tenter d’évaluer le résultat d’ensemble.

Le décalage entre les jugements formés sur les papes et la réalité de leurs pontificats est bien mis en lumière par Frederic J. Baumgartner pour Jules II, par Kenneth Gouwens pour Clément VII et par Sheila Barker pour Urbain VIII. Le »pape terrible« n’a pas été qu’un prince guerrier et qu’un mécène, mais aussi un pasteur. Ou, mieux, il a, pour l’essentiel, pensé les deux premières fonctions comme des moyens propres à assurer l’indépendance et l’autorité de l’Église1. Le second pape Médicis s’est efforcé, comme ses prédécesseurs, de jouer ces trois rôles. Son échec tient beaucoup moins à ses erreurs ou à ses fautes – c’est la position traditionnelle des historiens depuis Francesco Guicciardini – qu’à la nouvelle situation politique: le Saint-Siège n’avait plus les moyens de poursuivre ses objectifs traditionnels en Italie à partir du moment où la Péninsule devenait simplement le théâtre où s’affrontaient les deux grandes puissances d’outre-monts. Quant au pontificat Barberini, il faut réviser le bilan désastreux qui lui fut prêté par les pasquinades.

À partir du milieu du XVIIe siècle, Rome dut faire face à un contexte de plus en plus hostile. Le jansénisme, étudié par Gemma Simmonds, combattit contre la prétention du pape à être le juge suprême en matière de foi et de mœurs. Pour retrouver une influence sur les pouvoirs politiques, les pontifes mirent l’accent sur leur autorité morale. Pamela M. Jones montre ainsi que Clément XI fit évoluer l’image officielle de Pie V lorsqu’il le canonisa en 1712: contrairement à Sixte Quint, qui fit ouvrir le procès en béatification, il privilégia le pasteur et l’homme de prière sur le pape guerrier.

Au XIXe siècle, les successeurs de Pierre compensèrent les atteintes que la sécularisation des sociétés et la perte des États pontificaux portèrent à leur pouvoir par leur rayonnement personnel et le développement de leur fonction d’enseignement, ce que Th. Worcester, Ciarán O’Carroll et Thomas Massaro vérifient respectivement pour Pie VII, Pie IX et Léon XIII. Au siècle suivant, les nouveaux moyens de communication permirent une diffusion sans précédent de la parole papale, comme l’observe John F. Pollard pour les pontificats de Pie XI, Pie XII et Jean XXIII.

Cette adaptation donna à la papauté un nouveau pouvoir d’influence, mais la soumit aussi à de nouvelles critiques, que nourrirent souvent des attentes déçues. Charles R. Gallagher montre ainsi que les catholiques anglais eurent du mal à comprendre le choix par Benoît XV de l’»impartialité absolue« durant la Première Guerre mondiale. La réception contrastée de l’enseignement de Jean-Paul II illustre aussi, selon Linda Hogan et J. Corkery, les limites rencontrées par l’autorité pontificale.

La plupart des textes rassemblés ici apportent une contribution significative à notre connaissance de la papauté. De larges développements sont consacrés aux relations entre le Saint-Siège et le monde anglo-saxon et offrent ainsi un regard neuf sur une histoire que l’on tend parfois à écrire d’abord du point de vue de l’Europe continentale. Certains choix peuvent néanmoins être discutés. Les deux derniers articles laissent un peu le lecteur sur sa faim: pour renouveler l’approche des pontificats de Paul VI et Jean-Paul II, il faudrait, je crois, dépasser les débats internes du catholicisme contemporain comme le discours médiatique ambiant, car ils n’aident pas vraiment à poser un problème historique. Plus généralement, la réflexion sur la fonction papale mériterait sans doute d’être approfondie afin de mieux saisir – comme l’avait fait Paolo Prodi en 1982 dans »Il sovrano pontifice« – les interactions entre les différents rôles remplis par le pontife. La notion de magistère, qu’utilisent de nombreux contributeurs, pourrait aussi être prise comme thème d’une nouvelle recherche: les catégories de pasteur, de prince et de patron des arts se révèlent peut-être trop génériques et équivoques pour nous éclairer pleinement. Mais ces quelques critiques et suggestions n’ôtent rien à la qualité de ce livre qui propose une synthèse convaincante et devrait rendre bien des services aux chercheurs et aux étudiants, en particulier grâce à sa bibliographie finale et à son très riche index des noms et des matières.

1 Deux affirmations de Frederic J. Baumgartner doivent être rectifiées. Le texte de Cajetan auquel Jacques Almain répondit par un »De auctoritate ecclesiæ« achevé en mai 1512, n’est pas son discours prononcé devant le concile de Latran V le 17 mai 1512 (p. 22) mais son traité »De comparatione auctoritatis Papæ et concilii«, publié en novembre 1511. Quant à la postérité négative de Jules II dans le monde catholique, je crois qu’il faudrait la nuancer (p. 28). Certains théologiens catholiques défendirent sa politique, à commencer par Bellarmin: »Tractatus de potestate summi pontificis in rebus temporalibus, adversus Gulielmum Barclaium«, Coloniae Agrippinae, Sumptibus Bernardi Gualtheri, 1611, p. 130–133.

Lizenzhinweis: Dieser Beitrag unterliegt der Creative-Commons-Lizenz Namensnennung-Keine kommerzielle Nutzung-Keine Bearbeitung (CC-BY-NC-ND), darf also unter diesen Bedingungen elektronisch benutzt, übermittelt, ausgedruckt und zum Download bereitgestellt werden. Den Text der Lizenz erreichen Sie hier: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/de

Metadata

Your download should start automatically.

To download manually click: here

Zitation
 
: Rezension von: James Corkery, Thomas Worcester (ed.), The Papacy since 1500. From Italian Prince to Universal Pastor, Cambridge (Cambridge University Press) 2010, 296 p., ISBN 978-0-521-50987-9, EUR 72,20.
In: Francia-Recensio 2011/4 | Frühe Neuzeit - Revolution - Empire (1500-1815)
URL: http://www.perspectivia.net/content/publikationen/francia/francia-recensio/2011-4/FN/corkery_schmitz
Veröffentlicht am: Jan 13, 2012
Zugriff vom: Jul 30, 2014
Document Actions